Forum des Médecins Au Maroc Index du Forum

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

LES TAXES SUR LES MALADIES . APPEL DES MALADES AU GOUVERNEMENT

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum des Médecins Au Maroc Index du Forum -> La Médecine Au Maroc -> Actualités professionnelles et Infos
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
DR IDRISSI MY AHMED
Soleil
Soleil

Hors ligne

Inscrit le: 22 Juin 2008
Messages: 938
Localisation: Kénitra

MessagePosté le: Lun 4 Juil - 01:42 (2016)    Sujet du message: LES TAXES SUR LES MALADIES . APPEL DES MALADES AU GOUVERNEMENT Répondre en citant

LES TAXES SUR LES MALADIES . APPEL DES MALADES AU GOUVERNEMENT  




Appel de l’AAMM au Gouvernement 











Préface


Exonérer les médicaments importés et défiscaliser les moyens techniques des soins, sera une révolution phare du Maroc. Venant de ce pays ouvert et De SM le Roi, son premier décideur, humain et sage au grand cœur, sera une nouvelle libération de l’Afrique, une conquête du bon sens et une leçon humanitaire pour tout l’Occident.


Détaxer les douleurs, dépénaliser les maladies, défiscaliser l’accès aux soins, en abrogeant les médicaments, en exemptant les réactifs et le matériel médical des Taxes de Douane et de TVA, c’est rendre service à l’humanité entière. A ceux des plus faibles et aux démunis, qui souffrent en premier.


Résumé


Voici une bonne dose de vérités pour les lecteurs pour cette deuxième partie de Ramadan durant laquelle le roi s’active et fascine, délivrant tout azimut, une leçon pour tous.
Je souhaite que par votre voix que tous les Partis agissent pour interpeller ouvertement le Gouvernement et l’aider aux fins de faire son devoir et les vôtres envers les citoyens malades. Les aigus ou chroniques, comme les plus graves, et cesser de les exploiter par des lois ineptes. Celles qui opèrent un véritable braconnage illégitime, un fait de brigandage qui est entré dans la routine fiscale, en pénalisant les incapacités et les états de douleurs des citoyens malades.
  
Voici donc une lettre et ce résumé en rappel de nos douleurs et misères, afin de réveiller les Gouvernants actuels et à venir, sur le sort des malades. Des personnes en souffrances, écrasées par des taxes iniques, qui frappent les seuls malades, que d’aucuns pourront devenir hélas, un jour. C’est l’avenir des personnes saines que nous défendons ! En quelque sorte, une prophylaxie proactive, prospective !


TVA et Taxes de Douane, sont aveuglement appliquées sur les réactifs des laboratoires, le matériel médical, les instruments chirurgicaux et ostensiblement sur les médicaments ! C’est une Taxe sur les Valeurs Amputées, que cette TVA, comme aimait le dire et la traiter, notre défunt Fès-jdidi et mémorable ministre d'Etat, My Ahmed Alaoui !


Des Taxes de Douane, dans un pays qui ne crée ni les composants ni invente pour ses malades les intrants des médicaments, sont un non-sens, une contradiction révoltantes. A comparer ces taxes indirectes, elles sont paradoxalement en opposition avec le blé et le livre, entre autres, qui eux, sont déchargés du fisc douanier. C'est donc une escroquerie, une arnaque d'Etat, implacable qui prédate des taxes sur les seules souffrances. Je le professe comme médecin et je le soutiens, comme tous les malades porteurs de maladies diverses ! Je ne veux pas de pitié, je veux que les lois aient une âme juste, raisonnable, plus que charitable ! Pas de faveurs ni de privilège, mais seulement le droit de ne pas être exploités pour nos déficits durant nos maladies !


 Ces taxes qui vont de 24 à 37 % sont un manque à gagner pour les hôpitaux d'Etat. Le Ministre de la Santé le sait-il, le dit-il ? Certes ! Comme elles grèvent non seulement les particuliers non couverts, mais aussi les Caisses des Maladies elles-mêmes. Ce réquisitoire doit éveiller les prestigieux commandants qui sont à la barre du pays, afin d’oser plus loin, de réaliser mieux, dans ce chantier délicat des impôts. Ce chantier qui se réfère à ce secteur pathologique et tellement vilipendé est celui des impôts sur les maladies. Cet amas anachronique et moyenâgeux de textes infamants et d’applications fiscales, sont décriées par l'AAMM depuis plus de 11 ans !
  
Aidez-nous aux Partis engagés, avec l’appui et la compréhension de vos leaders, économistes, légistes et politiques, pour dire encore ce que nous avons sur le cœur et qui laminent nos chairs. Le dire et le proclamer sur vos pages et dans vos déclarations au Parlement. Osez le redire, franchement, librement, démocratiquement et civiquement, en espérant que les Gouvernants et les élus décident enfin faire le pas, malgré les contraintes internationales auxquelles nous sommes très sensibles ! Et que nous gagnerons, grâce à la bonne gouvernance, à la proximité des malades et au sens de l’équité de SM le Roi.


 Ce serait une initiative marocaine spectaculaire que de réaliser cet espoir de réformes populaires, afin de répondre aux besoins des tranches affaiblies. C’est un fait de droits-de-l'homme et de justice, que le Maroc peut parrainer et exporter ! Cette sage révision des impôts sur les maladies, sera une évolution avant-gardiste de la Gouvernance. Une action, ni insensible ni indifférente, au profit des tranches pauvres, qui sera appréciée de partout dans le monde. Une action qui réconforte, élargit et complète le chantier royal de l'INDH, en y incluant pour les sauver, les malades de tous les bords.
 Enfin, cette Réforme magnanime requise, est une démonstration des capacités et de l’évolution des droits démocratiques au Maroc. Que Dieu guide SM le Roi, que nous invoquons pour ce faire.


Médicaments et taxes iniques sur les maladies.


Exposé du problème


Le devoir du Gouvernement et du Parlement en matière de santé, face aux taxes injustes sur les souffrances et les handicaps. Voici ce qu’attendent les électeurs des élus et des cadres haut placés. Nous avons souvenir que dans son discours d’avant les élections parlementaires, SM se flattait du travail des Partis et demandait aux ONG de soutenir leur travail civique. Coté taxes sur les médicaments et sur le matériel de diagnostic, qui renchérissent les actes, nous continuons notre travail d’éclaireurs bénévoles, sans relâche depuis plus de 11 ans. Qu’attendent les électeurs de leurs représentants parlementaires, des ministres et des Partis, en matière de santé et de défiscalisation des médicaments ?


Ce qu’attendent les électeurs des élus, des Cadres et des Conseillers Royaux du think-tank, que nous interpellons vivement, c’est un meilleur accès aux soins ! Avec plus de considération et de respect à l’endroit des malades, pour qu’ils ne soient plus exploités durant leurs maladies,et ce quels que soit les secteurs ! Ce n’est pas une affaire de professionnels, de praticiens, d’industriels ni d’importateurs, mais de réglementations indélicates et de lois voraces pour ne pas dire cannibales ! Les taxes de Douane et de TVA décriées, cumulent 24 % au total, sur presque tous les médicaments et 37 % sur le matériel des soins, qui sont destinés aux seuls malades, de tous secteurs confondus ! Or il est inique de taxer la maladie, parce que n’achètent les médicaments que les seuls malades. Et eux seuls supportent l’infamie de ces taxes indirectes, inconscientes, sournoises et fourbes, qui ne frappent que les malades !


C’est clair !


Cette discrimination est d’abord arbitraire et illogique et ces prélèvements sont illégitimes. Ces taxes indirectes représentent une ineptie, amorale, une fois qu’on en a eu conscience ! C’est une injustice anti-humanitaire, anti citoyenne que de voir persister ces pénalités sur les malades, alors que le Roi fait de l’INDH son chantier de règne. Qui plus est, il ne peut y avoir de développement humain, sans la santé ! C’est basique. Aussi, aspirons-nous vivement à voir ces taxes ignobles, abolies par SM le Roi, que Dieu Le garde, afin que les pauvres et les handicapés, les malades quelles que soient leurs tares, puissent sortir de l’indifférence, de la misère et de l’ingratitude, pour être placés sur le chemin du progrès et de la dignité, sans abus ni déni de leurs droits ni pénalités indirectes sur leurs douleurs et leurs maladies.


A ceux qui devront agir pour sauver les malades


Le constat social




Après le décours de cette véhémente affaire Ban Ki-mon et de l’impeccable réponse de la Nation sous la férule royale, de nouveau défis et de nouveaux horizons nous interpellent. Nous sommes à la veille des élections au Maroc. Nous parlons, quitte à nous répéter, par pédagogies et avec insistance devant votre honorable classe.
Serait-il utile aux militants des Partis, aux Conseillers du Roi, à tous les Cadres responsables du royaume et au Gouvernement actuel, qui analysent les événements, les idées et les actes, entre la morosité et les changements, politiques et temporels, de se pencher encore sur cette autre infamie, cette infortune, que sont les maladies ?
Aurez-vous enfin, un regard loyal et sincère, altruiste ou intéressé, envers les malades, messieurs-dames ? Les simples maladies et leurs approches, réglementaires, législatives et économiques ! Médecins et pharmaciens ne suffisent plus, face à ces calamités ! Ils réclament une Réforme fiscale sanitaire globale et non quelques réductions, parfois, minimes, sur les simples médicaments ! Le Maroc nous regarde et nous sommes tous concernés ! Vous-mêmes, lecteurs, votre santé et celle des vôtres, messieurs les ministres !
Est-il socialement productif de continuer à délaisser ce secteur vital, odieusement taxé d’inutilité, au profit d’autres valeurs plus dynamiques ? Est-il défendable de saborder ainsi sa base, la population de son propre pays ? Là où la souffrance réduit même les plus aisés d’entre les gens, au statut tragique d’assistés, rendant la dignité, donc la citoyenneté, à sa plus basse valeur. Les Partis, par voie de fait, se transforment en collèges virtuels pendant que des arrivistes sabordent les concepts de Démocratie, en niant au peuple des quartiers leurs bons droits !


Prise de conscience


Du coup la signification même de représentants, leur crédibilité d’élus se perd ! Dans cette désaffection des règles et des lois, des secours et de la compréhension, les laissés pour compte cherchent n’importe quel écueil, n’importe récif pour sortir de la noyade ! Et ce, quelque que soit la main consolante, sournoise, pernicieuse ou perverse, qui se tend alors vers eux, pour les repêcher !
Les milieux, ruraux, pauvres ou besogneux, dénigrés au profit d’expédients extatiques et de pétarades de salons, sont ceux-là même qui requièrent le plus l’affection et justifient des Cadres leur temps, leur énergie, leur génie et leur abnégation. Par tous les temps, quels que soient les autres dossiers où la sécurité prime. Ce sacerdoce ne connait pas devacances ! Les actes de présence, les gestes de solidarité sont la base de la vie en communauté, donc de toute politique. Est-ce abâtardir les cadres et polluer leurs méninges que d’aspirer leurs rencontres salvatrices avec les couches qui les ont générés ? Évidemment il y a des affaires terribles et graves qui nous occupent, le destin du Maroc, nous hèle, nous interpelle et nous préoccupe à fond ! Faut-il taire ainsi les autres dossiers, et repousser à jamais, la révision de nos concepts fiscaux sur les soins ? Prétextant, si ce ne sont pas les vacances des uns, le ramadan, les élections ! Ou a fortiori, notre vitale affaire du Sahara sur laquelle veille sans relâche le Souverain !
La logique, la raison, les sentiments, la nécessité, requièrent le courage de ce retour vers les problèmes qui semblent élémentaires, aussi difficiles soient-ils et quel que soit le sacrifice qu’il y a lieu de faire. Le Peuple a besoin de ses fils pour reformer la famille ! Ces immersions dans les rues, les usines et les quartiers, sont synonymes de rencontres entre condisciples et concitoyens de proximité avec ceux qui remplissent les urnes, voire avec ceux qui avec raison s’en détournent et fuient les suffrages et les scrutins !
Et ces mots sont écrits, de nouveau, après la dernière défection du Secrétaire général de l’ONU. Nous ne pouvons pas traiter nos affaires, identitaires nationales, ou sociales et humanitaires, par la lassitude, la politesse ou les faiblesses devant ceux qui votent ! Que ce soit à l’ONU ou aux quartiers ! Que ce soit par leurs silences, qui expriment une déception certaine, envers et à l’encontre de toutes les injustices ! Combien y-a-t-il de malades déprimés et dépités parmi-eux ? Faut-il négliger leurs voix et leur sort ? Si, face aux adversités, SM le Roi s’active avec autant de force, de courage et d’entrain, comme de franchise et de prestige, face au double jeu des puissances protectrices ou dites amies de longues dates, aujourd’hui nous interpelons le Gouvernement et le Parlements afin de s’occuper des lois tarées et injustes qui frappent nos malades dans le dos. Nous les dénonçons sans relâche, sans timidité ni pudeur. Et nous persévérerons ad vitam aeternam ! Allah yerham notre doyen et bienfaiteur, Si Abdellatif Berbich, qui nous le répétait souvent. Et ce, quels que soient la couleur ou le style des Gouvernements, qui doivent veiller sur les malades marocains comme sur les sables de notre Sahara !


Appel des familles, appel du peuple


Le service humanitaire, acte altruiste de citoyenneté, est la meilleure audience pour les militants avec leurs électeurs potentiels. Le Peuple, ces simples sujets qui travaillent pour vous instruire, attendent qu’on étanche leur sueur.
Ils attendent, non sans crainte d’être déçus et non sans espoir de fierté, un juste retour des sentiments de ces cadres, de ces cigognes, qu’elles refassent leur printemps ! Ils attendent que les programmes des Partis intègrent leurs soucis et leurs justes espoirs. Ils attendent que ces patriotes leur rendent justice et qu’ils lavent la honte des exactions et des abus ! Que les fils et les filles se détachent des innommables amalgames et se différencient de ceux qui les subornent et les trompent ! Que les programmes, leurs volontés écrites, soient aussi réalistes, que vrais et qu’on ne vole plus leurs droits, leurs aspirations et leurs rêves !
Ils veulent que leurs besoins, les plus simples, soient réalisés. Que les élus ne soient plus que de virtuels pastiches, les uns des autres, bons à placarder les murs de fausses promesses qui restent les témoins balafrés de leurs mensonges !
Et les chantiers à couvrir sont légions, dans tous les domaines, du travail à l’éducation et de la justice à la santé ! Le premier travail est de leur rendre leur confiance en soi et de régénérer un sang par trop corrompu ! Le premier travail est de retrouver cette fierté légitime, cette richesse que nul adversaire n’avait pervertie. A commencer par chasser toutes les formes de mépris et tous les stigmates de l’humiliation : celles exogènes et celles dues au destin de tout être vivant ! Leur droit à la santé, le droit des personnes malades à être soignées, le droit de ne pas subir d’entraves ni d’être d’un système de soins, les otages muets ! Le droit de ne pas subir de surenchères, ni d’embargo sur leur santé.


La santé est un droit et un devoir envers les citoyens,


Que dire de la santé, de l’accès aux soins, du coût des actes et du prix des médicaments, et qui plus est, des taxes que l’Etat prend sur les malades, leurs souffrances et leurs maladies ? Les maladies représentent deux faces de la responsabilité des gestionnaires que l’on peut réexaminer sous un nouvel angle, plus moderne et plus contemporain. Celui qu’il est d’assurer les besoins communautaires en médications et celui des moyens et règlements d’approche pour l’acquisition des médicaments et des soins. Sachant qu’il ne saurait y avoir de conflit d’intérêt entre les obligations de l’Etat dans ses deux facettes de régulateur et de commanditaire, ni de schizophrénie entre l’offre des médicaments qu’il organise et leur accessibilité, dont il décrète les coûts, la qualité et les obligations. Or, obligé d’assurer une couverture, il ne doit pas lui être étranger d’en abaisser les coûts pour répondre aux besoins élargis. Et nous connaissons l’impact de la maladie dans la genèse de l’inconfort, du chômage, de la misère, du mécontentement social, dans l’origine des grèves, dans les troubles et dans la révolte et les séditions !


Excellences, messieurs,
Il s’agit pour nous, à partir de l’AAMM, qui vous remercie de votre engagement et de votre affable soutien, entre autres associations dynamiques et ONG civiques, d’éclairer l’Etat sur un dol qu’il entretient et de faire prendre conscience à la cascade des décideurs, d’un concept nouveau, celui du DROIT DES MALADES. Nous sommes devant des punitions collectives, perpétrées selon un système organisé, pervers et des modes légalisés indirects, sournois.
Exactions aberrantes, devenues institutionnelles et inconscientes, revers d’un droit naturel, mais ignoré, doublé d’un devoir oublié. Nous ne disons pas dénigré, de par notre immense espoir en notre Pays et en nos cadres nationalistes, car ce droit et sa solution sont simples !
Ce droit légitime et naturel est celui d’être traités, sans arnaques ni surenchères, comme il devient coutumier de le lire, de le voir, de le souffrir et de le déplorer. Droit de refus nouveau et devoir de délation nôtre, doublé d’une violente condamnation face à des prélèvements coutumiers, impropres et inconséquents. Nous dénonçons avec vigueur citoyenne, dans un esprit pédagogique inlassable, ces taxes abusives dans leur concept, qui saignent les malades ! Une aberration, dès qu’il s’agit pour le fisc de frapper les médicaments et de pénaliser les demandeurs de soins ! Dès lors, il nous parait juste de ne pas laisser le malade crouler sous la chape des TAXES DOUANIERES et autre antinomique TVA sur la maladie !


Reformater les taxes.


La loi qu’il s’agit d’exorciser, l’abcès torpide qu’il s’agit d’inciser est donc cette ostensible et publique tare de l’Etat ! Une infamie, qui aberrante déjà, obère l’accès aux soins ! C’est-à-dire qu’il s’agit pour vous maintenant de faire raisonner le législateur et repenser aux réglementations devenues infâmes. Des us contreproductifs, car ils pèsent sur l’accès aux médicaments et aux soins, des soins que l’Etat veut élargir pourtant par l’AMO !
Un leitmotiv libératoire s’entend ! Reformater les taxes de douane et de TVA ! Ces contraintes contraires que l’Etat nous impose, sont des pénalités sur les fièvres et les douleurs. Des charges superflues qui représentent entre 25 % (à 42 % du prix des laits de bébés) sur les médicaments les plus indispensables, comme ceux de première nécessité ! Sauf exception ! Cette arnaque est vécue comme une entrave au simple droit de se soigner et comme un carcan, un boulet, autant d’exactions punitives, qui datent de l’ère qui précède celle des droits de l’Homme !


Ces dissonances, artefacts fossiles, archaïques, dignes des gestions reptiliennes, sont gravement antisociales. Elles plombent l’accès aux soins. Vous m’excuserez de m’appesantir sur cette punition collective qu’on administre à la Nation ! Elle est indigne du Maroc, contraire aux valeurs préconisées par le ROI. Indigne des Ministres des finances, aux références socialistes ou libérales, qui se sont succédé ! Indigne de tout pays au référentiel et au potentiel démocratiques ! Indigne de cet Islam, si prégnant dans les valeurs du Maroc, indigne de notre ouverture moderne. Indigne de notre tolérance, qui doit être une passion envers autrui ! Mais d’abord, envers ceux qui souffrent dans leur chair, dans leur être, dans leur santé et dans leur personne…


L’exemple brillantissime du Roi citoyen


En effet, l’école de solidarité et de défense des tranches pauvres et des handicapés, exprimée avec ardeur, en temps réel et sur le terrain, par notre Roi Sidi Mohamed, stimule notre énergie civique. Elle nous libère et nous pousse à la franchise, plutôt qu’au laisser-faire ! Elle éveille en nous, médecins, vos amis, admirateurs, militants et concitoyens, une volonté de voir les gouvernants élus et les réglementations suivre, avec réalisme et dans les actes, la juste passion de SM que Dieu Le garde.


Un besoin de réformes humanitaires


Réformer les concepts, c’est donc pour l’Etat, de réviser le cadre même de sa fiscalité sur les soins, à la lumière de clairvoyance de SM. A commencer par les médicaments et leurs divers intrants. De l’usine au labo et de la pharmacie au bloc ! A titre d’exemple, nous faisons une proposition ! Les citoyens sauront accepter les mesures de remplacement, les plus légères, sur le timbrage local, fiscal, sur les boissons prises en public, dans les cafés, par solidarité et civisme, « à la santé des malades » ! Sans gêner leur aisances et leur susceptibilité de classe, les plus riches accepteront les taxes sur les produits de confort et de luxe qui viendront remplacer celles de la Douane et de la TVA, lesquelles ne font trinquer que les malades, même ceux des strates les plus pauvres ! Il ne faut pas sortir de Saint-Cyr pour supprimer les rubriques budgétaires par d’autres impôts mieux adaptées au Maroc nouveau ! C’est une mesure salvatrice et de solvabilité de cet humanisme humanitaire qui est le nôtre et pour lequel nous admirons notre Roi, son initiateur ! C’est une question de force et de volonté contre les archaïsmes. Une autre forme du Nouveau Pouvoir !


Un besoin d’évolution démocratique


Supprimons dès lors les taxes rédhibitoires qui pénalisent l’accès aux soins. Car ces prébendes usuraires sur les souffrances, génèrent de la haine et suscitent la sédition ! Ces pénalités révoltantes sur les fièvres et les douleurs, injustes et inhumaines, surmultiplient les mécontentements populaires ! Comme ces entraves augmentent notre lot d’incapacités et de handicaps, par les retards, sinon par l’empêchement des secours initiaux et dans les prises en charge ! La cherté mine le chemin des soins et barre leur administration.
En défiscalisant les soins, les médicaments et leurs intrants, c’est le budget de la Santé publique, (en premier, celui des hôpitaux, civils et militaires), qui sera décuplé. Ses médicaments, ses instruments, ses réactifs !
Car l’investissement dans la Santé doit être vu, au moins, comme celui du Tourisme ou de l’Agriculture, pour son développement et ses privilèges, et soutenu comme l’une des priorités, aussi importantes que le livre, la fourniture du blé toute l’année, le pain qu’on subventionne, et le lait qu’on importe pour le mois de Ramadan !
Et tous les malades, du plus dramatique, au plus complexe, du moins grave au plus léger, seront dispensés des frais injustes et superflus ! La Santé s’offrira à un plus grand nombre ! Les Marocains qui n’ont pas d’autres saints auxquels se vouer, seront plus soignés et mieux soignés. Ils seront reconnaissants au Pouvoir Royal qui aura libéré leur santé des contraintes ! Cette OPA, géniale, profitera à l’AMO et à l’INDH qu’elle consolidera par des coûts de médicaments et de soins plus accessibles. Cette réforme, sur nous-mêmes et nos réglementations, est à faire en bloc et d’un seul tenant pour qu’elle soit productive et efficiente.


Des lois honnêtement, plus justes, sans cynisme !


En supprimant les taxes décriées, messieurs les Conseillers du Roi, messieurs les élus, vous rendez justice à l’Etat et vous rendrez sa pureté aux lois en les ré-humanisant. Agissant ainsi et conseillant de la sorte, vous rendrez les lois plus louables, plus amènes, plus convenables, plus en harmonie avec la politique de solidarité imaginée par SM.
Mesdames et messieurs les Ministres et les Députés, vous les Cadres sains de la Nation, vous les leaders d’opinion et les responsables des Partis, vous qui pouvez avoir l’audience et l’écoute du Souverain, vous êtes des responsables, sensés transmettre les dols de la population qui vous a élus, à SM. Nous percevons pour le Pouvoir, une gloire de plus, une exaltation de l’admiration et des louanges supplémentaires, un bénéfice en popularité opportun pour tous les acteurs de l’Etat.


Ce sont des lois honnies et contreproductives pour le prestige de l’Etat. Il est donc légitime de les abolir et de solliciter cette grâce de SM le Roi, dont onsait le pouvoir exécutif ultime et le rôle ascendant dans le Gouvernement. D’autant qu’aucun ministère, pris à lui seul n’est capable de décider et de légiférer ! Il est naturel dès lors d’espérer et d’attendre du Roi, qu’Il les abroge et qu’Il fasse un acte de justice, en graciant les malades, afin de les délivrer des taxes sur leurs maladies, et de lever cette prédation partiale et embarrassante.
 
Appel à Celui qui nous écoute…


Pour faire supprimer ces taxes sur les souffrances et les handicaps. En plus de la reconnaissance de la part du Peuple, l’effet produira un rejaillissement psychologique sur son imaginaire et un starter sur l’enthousiasme rouillant de certains ! Un plus en matière de solidarité, qui confortera par son effet humanitaire notre image de marque au sein des Nations, les mieux développées !
Aussi, garder ces lois inconscientes, devient un défi ingrat et malveillant aux principes inculqués par le Roi. Cette iniquité équivaut à une arnaque amorale, perverse, traîtresse et cynique, quand on sait qu’elle est portée par les seuls malades.


Cette réforme de la fiscalité des soins et des médicaments, sera une opération thérapeutique du brouhaha généré par les hausses des prix dans les hospices et par les autres indélicatesses, qui se font plus rudes à chaque rentrée ! Une chance pour cette détaxe, qui, si elle est bien pulsée, sera capable de stimuler l’amour de tous pour la Nation. Patriotisme qui semble passé de mode, depuis la Marche Verte ! Non, le Sahara, notre Nation, notre Pays, notre Etat en ont besoin.
Cette détaxe, mise en évidence et magnifiée, permettra de confondre et de dépasser le nihilisme navrant de nos dénégateurs et de nos acerbes adversaires ! Tel qu’il est journellement exacerbé pour écœurer les citoyens. Il est temps dès lors de stimuler l’adhésion de tous, à partir du prisme hypersensible de la santé, pour développer l’engouement du Maroc, en entier, dans le cadre de l’INDH et de la sauvegarde de son identité nationale et territoriale.


Dr Idrissi Ahmed, Président de l'AAMM
Kénitra, le 07 juillet 2016









Association des Amis des Myasthéniques du Maroc
Centre de référence régional des maladies neuromusculaires
112, ave Mohamed Diouri, Kénitra, Maroc, Telfax: 053737330, Assistance: 0661252005
aamm25@gmail.com           ,           http://myasthenie.forumactif.com


_________________
DR IDRISSI MY AHMED
aamm25@gmail.com
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Lun 4 Juil - 01:42 (2016)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
DR IDRISSI MY AHMED
Soleil
Soleil

Hors ligne

Inscrit le: 22 Juin 2008
Messages: 938
Localisation: Kénitra

MessagePosté le: Mer 28 Sep - 13:57 (2016)    Sujet du message: LES TAXES SUR LES MALADIES . APPEL DES MALADES AU GOUVERNEMENT Répondre en citant

http://www.libe.ma/La-politique-du-cautere-sur-une-jambe-de-bois-du-gouvernement-Benkirane_a79007.html




La politique du cautère sur une jambe de bois du gouvernement Benkirane
RAMED, prix des médicaments et ouverture du capital des cliniques privées aux non médecins ont accentué les maux du secteur de la santé






 La politique du cautère sur une jambe de bois du gouvernement Benkirane


0


inPartager
Généralisation du RAMED, baisse des prix des médicaments et ouverture du capital des cliniques privées à des investisseurs non médecins sont les mesures qui ont été mises en avant par le gouvernement Benkirane concernant le ministère de la Santé. L’actuel titulaire de ce maroquin en a fait un leitmotiv qu’il exhibe à chaque sortie médiatique. Pourtant, entre les mesures prises et leur réalisation, le gouffre est énorme.   
Tel est le cas de l’application de la loi 113-13 autorisant l'ouverture du capital des cliniques privées à des investisseurs non médecins qui s’est révélée être un vrai fiasco puisque fort peu d’investissements ont été consentis dans les villes de Casablanca, Mohammedia, Rabat et Marrakech. Ceci d’autant plus que le seul axe Casablanca-Rabat accapare 30% des 371 cliniques existantes, soit 35% de la capacité hospitalière nationale estimée à 14.560 lits. Une situation qui met à mal la raison d’être de cette loi farouchement défendue par le ministre de la Santé qui n’a eu de cesse de répéter à qui voulait l’entendre  qu’elle était censée  permettre un meilleur accès aux soins ainsi qu’une meilleure répartition régionale. « El Houssaine Louardi a toujours prétendu que cette loi allait permettre de drainer les investissements vers les petites localités et les zones éloignées. Mais, aujourd’hui, la réalité est tout autre. Les investisseurs ciblent les grandes villes où ils peuvent amortir leur mise de manière suffisamment rapide. Jamais aucun  opérateur privé n’osera investir des millions de DH  à Bouarfa ou à Figuig. Ce sont les grandes clinques casablancaises, rbaties et marrakchies qui sont ciblées en priorité. Le ministre est  actuellement bouche cousue et ne pipe mot des investissements déjà réalisés dans ce cadre  ou du bilan qu’il a réalisé dans ce domaine», nous avait indiqué Aziz Rhali, coordinateur du Collectif pour le droit à la santé au Maroc en mai dernier (Cf. notre édition du lundi 16 mai 2016).  « La ruée des investisseurs n’a donc pas eu lieu. Ces derniers font preuve de prudence. L’expérience de la clinique Ghandi en a découragé plus d’un,  puisque les prévisions escomptées ne se sont pas réalisées  et, du coup, les investisseurs patientent tout en avançant  à petits pas », nous a précisé le Dr. Badreddine Dassouli, président du Syndicat national des médecins du secteur libéral (SNML), dans la même édition. Et d’ajouter : «Aujourd’hui, ils manœuvrent dans les coulisses pour   orienter la demande de soins de santé vers le secteur privé, notamment via les sociétés d’assurance qui dirigent ainsi leurs clients vers certaines cliniques et pas d’autres».   
Le même constat a été dressé à propos de la baisse des prix des médicaments lancée en grande fanfare. Pour plusieurs observateurs, s’il est vrai que 2.602 médicaments et 1.000 dispositifs médicaux ont vu leurs prix baisser respectivement de  20 à 80% et de 63%, il n’en demeure pas moins que derrière ces bons résultats se cache une réalité plus troublante. En effet, le ministère de la Santé ne dit pas tout. Il balance des chiffres bruts sans en préciser, pour autant, les contours. En fait, il y a eu une baisse des prix, mais elle n’a concerné qu’une infime partie des médicaments  vendus dans les officines. Ainsi sur les 2.602 articles qui ont été touchés par ladite baisse, près de 70% d’entre eux concernent des produits très chers qui ne se vendent pas dans les pharmacies mais sont plutôt dispensés dans les hôpitaux ou dans les centres d’oncologie. «Et du coup, cette baisse ne concerne que les 30% qui restent soit près de 500 articles. C'est-à-dire moins de 5% des 9.000 articles en question», a précisé Khalid Zouine, expert en politique et industrie pharmaceutiques (Cf. notre édition du 11 mai dernier). Même son de cloche de la part de Khalid Sefrioui, président du Syndicat régional des pharmaciens d’officines d’Oujda (SRPOO). «La baisse effective a eu bien lieu, mais elle n’a pas été ressentie par les citoyens du fait que la plupart des médicaments concernés par cette mesure ne sont pas vendus dans les pharmacies. Il s’agit de médicaments coûteux vendus souvent par la CNOPS », nous a-t-il indiqué. 
Certains de ces observateurs vont plus loin. Ils estiment ces baisses insignifiantes puisque le Maroc continue à appliquer le  taux de TVA le plus élevé en Méditerranée en comparaison  avec l’Algérie et la Tunisie qui appliquent une TVA de 0%, l’Egypte (5%), la France (2,5%), la  Jordanie (6%) et l’Italie (5%). Pour eux,  cela signifie que tout le discours sur la baisse des prix des médicaments n’a été que de la poudre aux yeux puisque cette baisse n’a pas dépassé  2,98 points. 
Concernant la généralisation du RAMED, les experts s’accordent  à dire que derrière le chiffre de 9 millions de personnes immatriculées atteint fin novembre 2015, soit plus de 3,4 millions de foyers, se cache une réalité amère et de vraies questions. «Si le RAMED a atteint sa cible à hauteur de 113%, cela veut dire qu’on a dépassé les prévisions initiales de l’étude actuarielle réalisée en 2006 et estimant la population cible à 8 millions de personnes. Comment l’Etat compte-t-il donc gérer l’impact financier de cet élargissement alors que ce régime  souffre déjà d’une insuffisance de fonds?», s’est interrogé Aziz Rhali. Une situation des plus compliquées, d’autant plus que les experts de l’ANAM prévoient que cette population est appelée à augmenter davantage puisque 26 des provinces concernées n’ont pas encore atteint leurs cibles et que  5 d’entre elles ne dépassent pas 60%. 
Notre source se pose également des questions sur ces 9 millions de personnes immatriculées. Combien d’entre elles ont-elles effectivement retiré leurs cartes RAMED? «Beaucoup refusent de payer leur contribution financière de 120 dirhams par personne bénéficiaire avec un plafond de 600 dirhams par ménage. Elles estiment ce montant exorbitant», nous a précisé notre interlocuteur. Des propos confirmés par l’ANAM qui a indiqué que le taux de retrait des cartes de catégorie «Vulnérables», au titre de l’année 2015, a été de 29,5%, en régression de trois points par rapport à l’année 2014. Ce taux n’a d’ailleurs pas dépassé les 33,6% depuis 2009 ; ce qui confirme sa tendance baissière même s’il est déjà en deçà des attentes. 
Une situation des plus compliquées puisque l’Etat n’a pas injecté de fonds dans ce système depuis deux ans vu qu’il n’y a pas de dispositions claires dans la loi de  Finances qui précisent les sources de financement du RAMED. Plusieurs  établissements de santé publique refusent aujourd’hui de prendre en charge les Ramédistes faute de compensations financières. Nombreux sont les hôpitaux qui se sont trouvés confrontés à une équation complexe, à savoir l’augmentation du nombre d’assurés RAMED d’un côté et l’insuffisance des subventions du ministère de la Santé de l’autre. Les 2,4 MMDH alloués à ce régime par la loi de Finances 2015,  dont 60 MDH aux cinq CHU, ne semblent pas avoir été au diapason de la demande de soins qui est en nette  progression.


Hassan Bentaleb
Mercredi 28 Septembre 2016 
_________________
DR IDRISSI MY AHMED
aamm25@gmail.com
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 20:02 (2017)    Sujet du message: LES TAXES SUR LES MALADIES . APPEL DES MALADES AU GOUVERNEMENT

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum des Médecins Au Maroc Index du Forum -> La Médecine Au Maroc -> Actualités professionnelles et Infos Toutes les heures sont au format GMT
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | créer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com