Forum des Médecins Au Maroc Index du Forum

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Projet de loi instaurant le service médical national

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum des Médecins Au Maroc Index du Forum -> La Médecine Au Maroc -> Actualités professionnelles et Infos
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
DR IDRISSI MY AHMED
Soleil
Soleil

Hors ligne

Inscrit le: 22 Juin 2008
Messages: 895
Localisation: Kénitra

MessagePosté le: Dim 27 Sep - 00:00 (2015)    Sujet du message: Projet de loi instaurant le service médical national Répondre en citant

Projet de loi instaurant le service médical national
Écrit par M’Barek Tafsi   
 
Le refus fait perdre des points aux manifestants
L’opinion publique désavoue une telle attitude 
Le refus de servir dans les zones reculées, qui souffrent le plus du manque de médecins et de l’absentéisme d’autres qui n’admettent pas d’aller servir des montagnards et des ruraux dans le Bled, fait perdre aux manifestants contre l’avant-projet de loi N°28.15 instaurant le service médical national, toute la valeur que leur confère leur statut de pratiquant d’une profession aussi noble que la médecine. 
Le serment d’Hippocrate désapprouve toute discrimination dans le traitement des malades, ennemis soient-ils. 
Jeudi dernier, ils étaient nombreux à répéter à Rabat des slogans vides de sens, selon lesquels les «jeunes lauréats seraient disposés à aller travailler n’importe où, à condition que cela ne soit pas obligatoire». 
«Nous ne lâcherons pas Louardi» 
«Le projet est politique et le médecin est libre de choisir le lieu de son travail, comme le prévoit la Constitution». 
Nombreux sont les passants et autres Rbatis, ayant suivi cette manifestation de Jeudi, qui n’ont pas hésité à désapprouver l’attitude des jeunes médecins de demain qui rejettent l’idée de servir la nation pendant deux ans, en acceptant de sortir de l’axe Rabat-Casablanca, comme le faisaient d’autres diplômés assujettis au service militaire ou service civil. 
Interrogé sur le sens de leurs slogans, un participant à la manifestation de Jeudi a indiqué que les assujettis à ce service de deux ans dans les zones reculées vont perdre leur temps, arguant que les centres de santé et les hôpitaux dans ces régions rurales, le Bled,  manquent de matériels pour travailler, et c’est pourquoi, dit-il, il refuse d’aller dans un endroit où il ne trouvera pas le matériel nécessaire. 
Pour les initiateurs de ce texte, le but majeur d’un tel service médical est d’élever le niveau du secteur de la santé et de faciliter aux citoyens, l'accès aux soins de santé. 
Au-delà de l’instauration d’un tel service, le ministère de la santé ne cherche qu’à mettre fin aux disparités scandaleuses dans la répartition des professionnels de la santé, médecins et autres personnels médical et paramédical, et au sein même d’une seule région, entre milieu urbain et rural. 
Pour la majorité des médecins, seul l’axe Rabat-Casablanca compte, comme s’il n’y a pas de malades ailleurs. Le résultat, c’est que la majorité d’entre eux est concentrée à Casablanca et Rabat, refusant d’aller travailler dans les zones lointaines, même en cas de leur affectation par le ministère de la santé. Ce qui fait perdre dans de nombreux cas au ministère, des postes budgétaires, suite au refus de certains médecins de rejoindre les lieux de leur affectation, surtout dans les zones reculées qui continuent toujours d’enregistrer les taux les plus élevés de mortalité infantile et des mères. 
Ceux qui s’opposent à un tel projet, lui reprochent, notamment l'absence d'une promesse d'embauche à la fin de ces deux années de service.  Selon le projet en question, les deux années effectuées ne donnent pas droit à la titularisation dans le cadre de la fonction publique (art 17). 
Dans son article 2, le projet de loi en question indique que sont assujettis à ce service tous les titulaires d’un doctorat en médecine ou tout diplôme équivalent reconnu par l'Etat, médecin spécialiste ou tout diplôme équivalent reconnu par l'Etat, licence dans l'une des filières d'infirmerie ou de techniques de santé reconnus par l'Etat. 
Selon le texte, les médecins diplômés seront rémunérés comme leurs homologues dans le secteur public. Pas un centime de moins qu’eux. L'article 10 du projet de loi fixe le salaire des médecins assujettis à ce service, lequel salaire ne doit pas être inférieur à celui des autres médecins travaillant dans le secteur public. 
Au cours de ce service, les assujettis bénéficieront des indemnités de transport dans le cadre de leur service, d'indemnisation sur les gardes et les services obligatoires, les risques du travail, ainsi que les allocations familiales. Ils bénéficient aussi d’une assurance maladie durant les deux ans du service (art 11). 
Au cours de ce service de deux ans, il est permis aux médecins de se présenter aux concours de résidanat dans les CHU (art 14) ou à d’autres concours d’emploi dans le secteur public. Ils sont toutefois tenus d'effectuer leurs deux années de service ou ce qu'il en reste après la finalisation de leur cursus de spécialisation. 
Comme les autres fonctionnaires de l’Etat, ils bénéficieront de tous les congés prévus. 
Cela dit, en cas d'embauche suite à la réussite à un concours, le médecin bénéficiera de deux ans de cotisation à la caisse de retraite et les deux ans de service obligatoire seront comptabilisés comme leur équivalent d'ancienneté. 
L’article 18 dudit projet interdit aux personnes assujetties à ce service médical d'exercer un des métiers relatifs à la médecine dans les secteurs privé et public avant de présenter un certificat attestant avoir effectué ce service médical national, à l’exception toutefois des médecins résidents dans les centres hospitaliers universitaires. 
Sont exclus de l’application de cette loi, les médecins militaires, les spécialistes militaires en médecine ainsi que les titulaires de diplômes délivrés par des établissements de l'enseignement supérieur privé ou d'établissements de l'enseignement supérieur affiliés à des institutions à but non lucratif. 
Le texte est susceptible de subir des modifications au cours de son adoption aussi bien en conseil de gouvernement que par le Parlement. 

_________________
DR IDRISSI MY AHMED
aamm25@gmail.com
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Dim 27 Sep - 00:00 (2015)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum des Médecins Au Maroc Index du Forum -> La Médecine Au Maroc -> Actualités professionnelles et Infos Toutes les heures sont au format GMT
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | créer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com