Forum des Médecins Au Maroc Index du Forum

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Rencontre sur la thyroïde le 21 mars à Casablanca

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum des Médecins Au Maroc Index du Forum -> La Médecine Au Maroc -> Actualités professionnelles et Infos
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
DR IDRISSI MY AHMED
Soleil
Soleil

Hors ligne

Inscrit le: 22 Juin 2008
Messages: 895
Localisation: Kénitra

MessagePosté le: Mar 7 Avr - 17:55 (2015)    Sujet du message: Rencontre sur la thyroïde le 21 mars à Casablanca Répondre en citant

Rencontre sur la thyroïde le 21 mars à Casablanca

 

 
Dossier de presse 
  Rencontre sur la thyroïde le 21 mars à Casablanca
La glande thyroïde : un petit  volume mais  un grand rôle 
 Le poids normal  de la  glande thyroïde  ne dépasse  guère les 30 grammes, pourtant sa fonction est primordiale. Elle agit principalement sur le cerveau, le cœur, le tube digestif, la peau et les muscles et régule  toutes nos fonctions énergétiques. La thyroïde produit des hormones  dont le taux est régulé par la  TSH (thyroid- stimulating hormone) sécrétée par l’hypophyse. 
L’acquisition des connaissances sur le rôle de la thyroïde n’a pas été facile à travers  l’histoire. Il est resté mystérieux même jusqu’à l’époque de la renaissance où on supposait  qu’elle servait de lubrifiant et d’humidificateur du larynx. Il fallait attendre 1910 pour que  la Thyroxine (T4) soit  isolée par l'américain Kendall, et ce n’est qu’en 1927 qu’on a pu réaliser sa synthèse chimique. 
Les dysfonctionnements thyroïdiens : une pathologie de la femme 
Les troubles thyroïdiens atteignent l’aspect de la glande ou dérèglent sa fonction. L’hypothyroïdie, caractérisée  par un manque d’hormones thyroïdiennes,  touche  jusqu'à 2% de la population en majorité  des femmes (jusqu'à 10 fois) souvent dans un contexte  familial et surtout après 5O ans.   Une chute des cheveux, une sécheresse et un écaillement de la peau,  une fatigue avec  de la lenteur et une intolérance au froid sont  parmi les symptômes les plus communément associés à cette affection. 
Les causes de l’hypothyroïdie sont nombreuses, mais la forme la plus courante  est liée à la thyroïdite de Hashimoto, une affection auto-immune où l'organisme produit des anticorps qui détruisent le tissu thyroïdien. L’hypothyroïdie peut être induite par certains médicaments  (amiodarone, lithium) et évidemment par l'ablation chirurgicale de la thyroïde. Elle peut aussi être congénitale concernant  1 sur 5000 naissances et devant être dépistée à  la naissance  afin d'éviter des répercussions irréversibles sur le cerveau du bébé.  
L’hyperthyroïdie  touche jusqu’à 1% de la population et 10 fois plus de femmes que d’hommes. Des  palpitations, de la nervosité, une perte de poids, une sensation de chaleur excessive avec  une transpiration accrue, une exophtalmie en sont les signes les plus révélateurs. 
 80% des hyperthyroïdies sont d’origine auto-immune en rapport avec la maladie de Basedow. Cette affection survient lorsque le système immunitaire produit des anticorps qui stimulent la glande thyroïde  
 Tous ces dérèglements thyroïdiens interviennent le plus souvent  chez les femmes à un  moment charnière de leur activité génitale.  La grossesse,  la période qui suit  l'accouchement et  la ménopause sont des périodes à risque thyroïdien.    
L’iode : un oligoélément vital à  la thyroïde 
 L’iode est indispensable à la thyroïde pour produire ses hormones. Les besoins journaliers en iode augmentent au cours de la grossesse et l‘allaitement.  Mais, seules les algues  et la morue fraiche en contiennent une quantité importante.  Les œufs, les crustacées, les haricots verts en contiennent beaucoup moins. 
 Dans tous les pays de culture occidentale, le lait et les produits laitiers transformés constituent la première source alimentaire en iode du fait de la généralisation des aliments minéraux et vitaminés dans l’élevage. Dans ces pays, l'iode apporté par le sel iodé domestique ne contribue  que de façon très marginale à la couverture des besoins en iode.  
L’excès en iode n’est cependant pas souhaitable, il peut également perturber la glande. 
La thyroïde et le Maroc : de grandes avancées mais encore beaucoup à faire 
Le Maroc est situé dans une zone de carence iodée modérée. Une enquête* réalisée en 1993 a révélé que 63% des enfants âgés de 6 à 12 ans avaient un déficit en iode  et 22% avaient un goitre. Depuis, un programme d’iodation du sel  alimentaire  a été mis en place et des textes réglementaires rendant obligatoires l’iodation du sel ont été adoptés en 1995 et révisés en 2004. La vente du sel non iodé est officiellement interdite par la législation marocaine. 
Néanmoins, après 10 ans d’instauration de la politique de la consommation du sel iodé,   une étude ponctuelle menée en 2003  sur 326 enfants a révélé que seul 6%  avait  un  statut iodé satisfaisant**. 
En outre, l’hypothyroïdie congénitale n’est pas dépistée systématiquement, elle est la  principale  cause de retard mental évitable dans le monde. Sa prévalence au Maroc serait 20 fois plus qu’en Europe. Depuis 1996, Il y a eu plusieurs programmes pilotes et essais de dépistage,  mais non encore de dépistage systématique obligatoire, ainsi qu’une sensibilisation à large échelle des médecins. 
De nouvelles techniques innovantes ne sont pas  disponibles au Maroc  utilisant un robot  piloté par le chirurgien et un accès à la thyroïde  ne laissant qu’une cicatrice invisible, sous le bras du patient ; ainsi que l’utilisation d’un système de monitoring des nerfs des cordes vocales pendant  l’intervention  qui  permet de limiter les conséquences de l’opération sur la voix des patients. Références :
*Chaouki N, Otmani S,Saad A, étude de prévalence des troubles dus à la carence en iode chez les enfants de 6 à 12 ans. Bul. Epidém. Maroc. 1996,17 : 2-19.
**Bousliman Y et al, Médecine du Maghreb, septembre 2011, N°189
Casablanca,  le 26 mars   2015
DR Khadija Moussayer,  Spécialiste en médecine interne et gériatrie,
Présidente d'AMMAIS
_________________
DR IDRISSI MY AHMED
aamm25@gmail.com
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mar 7 Avr - 17:55 (2015)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum des Médecins Au Maroc Index du Forum -> La Médecine Au Maroc -> Actualités professionnelles et Infos Toutes les heures sont au format GMT
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | créer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com