Forum des Médecins Au Maroc Index du Forum

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Des mesures justes et équilibrées Baisse des prix des médicaments

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum des Médecins Au Maroc Index du Forum -> La Médecine Au Maroc -> Actualités professionnelles et Infos
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
DR IDRISSI MY AHMED
Soleil
Soleil

Hors ligne

Inscrit le: 22 Juin 2008
Messages: 937
Localisation: Kénitra

MessagePosté le: Mer 23 Avr - 21:09 (2014)    Sujet du message: Des mesures justes et équilibrées Baisse des prix des médicaments Répondre en citant

Des mesures justes et équilibrées
Écrit par Ouardirhi Abdezlaziz   
Baisse des prix des médicaments 
La baisse des prix de plus de 1500 médicaments est une décision très courageuse, surtout quant elle émane de la part d’un ministre qui est un professionnel de santé, très imprégné de la réalité du terrain, qui connaît mieux que quiconque l’industrie pharmaceutique, les pharmaciens d’officine, les répartiteurs, les organismes gestionnaires de l’AMO, le RAMED et partant tout ce qui touche de près ou de loin aux médicaments, surtout les conditions de l’accès de nombreux concitoyens aux médicaments. Pour faire  toute la lumière sur ce dossier une conférence de presse a eu lieu le jeudi 17 avril 2014 au siège du département de la Santé.
 
La décision de revoir à la baisse les prix de certains médicaments ne fut pas facile. Elle a nécessité des études, des analyses et exigé des mois de labeur constant, des journées et des journées de discussions, des heures et des heures de concertations, des réunions avec tous les partenaires. C’est un aspect, une réalité que peu de nos concitoyens connaissent et que le ministre de la Santé a tenu à dévoiler dans la plus grande transparence. 
C’est aussi pour mieux expliquer le véritable sens et les réels enjeux de cette baisse des médicaments que le ministère de la Santé a organisé une conférence de presse le jeudi 17 avril 2014, au cours de laquelle le  professeur El Houssein Louardi a  présenté à la presse toutes les données, les chiffres, les péripéties de ce dossier qui concerne la nouvelle tarification des médicaments qui entrera en vigueur au niveau de toutes les pharmacies d'officines du Royaume le dimanche 8 juin 2014, conformément au décret n° 2-13-852 relatif aux conditions et modalités de fixation des prix des médicaments du 18 décembre 2013. 
1578 médicaments concernés par la baisse des prix 
La baisse qui intervient après la publication, le mardi 08 avril 2014 au Bulletin Officiel, de l'arrêté 784.14 fixant la liste complète des nouveaux prix de vente des médicaments, a touché 1.578 médicaments (320 médicaments ayant déjà bénéficié d'une baisse des prix en 2013 et 1258 médicaments, concernés par le décret précité), indique un communiqué du ministère, notant que les médicaments dont les prix ont été arrondis à la baisse et qui concernent 989 spécialités ne sont pas comptabilisés. 
Cette révision des prix couvre quasiment toutes les classes thérapeutiques et profitera ainsi à tous les citoyens, ajoute la même source, précisant que les pourcentages de baisse des prix atteignent pour 656 produits, 20 à 80 % de leurs anciens prix.
Aussi, parmi les grands apports du nouveau texte réglementant la fixation des prix des médicaments, cette baisse des prix qui est le résultat de l'application de la moyenne du Benchmark. 
Une décision politique 
Le ministre de la santé a tenu à lever le voile sur certains aspects et à couper court à certaines rumeurs véhiculées ici et là. Il a dit haut et fort que cette décision de la baisse des prix de certains médicaments n’est pas celle du ministre de la Santé tout seul. C’est une décision politique. Car n’oublions pas que la position du PPS concernant l’accès aux  médicaments a toujours été claire et plaidait pour un meilleur accès aux soins et aux médicaments. Il devenait tout à fait normal de tenir certaines promesses faites et de procéder à la révision des prix de certains médicaments. C’est aussi dira le professeur Louardi, une décision du gouvernement Benkirane qui fait siens les problèmes auxquels sont confrontés nos concitoyens, parmi lesquels justement figure en bonne place l’accès aux médicaments. 
Par ailleurs la nouvelle constitution marocaine de 2011 est très claire sur le sujet, et son article 31 ne laisse planer aucun doute puisqu’il est spécifié que l’Etat, les établissements publics et les collectivité  territoriales œuvrent à la mobilisation de tous les moyens disponibles pour faciliter l’égal accès des citoyennes et citoyens aux conditions leur  permettant de jouir des droits aux soins de santé… 
2e conférence nationale sur la santé 
Toujours dans le même cadre qui met en exergue la volonté politique au plus haut niveau de l’Etat en ce qui concerne l’équité dans l’accès aux soins et aux médicaments, le professeur Louardi a rappelé aux journalistes présents à ce point  de presse, la lettre Royale adressée aux congressistes de la 2e conférence nationale sur la santé tenue a Marrakech du 1er au 3 juillet 2013 et au cours de laquelle SM le roi Mohammed VI avait déclaré «…La réunion de votre conférence aujourd’hui, qui consacre la pertinence de l’approche participative pour toutes les questions vitales de la nation, ne devrait pas être seulement l’occasion de faire le point des réalisations accomplies. Elle devrait être essentiellement un moment propice pour s’imprégner du sens des responsabilités et des valeurs de patriotisme. Car il s’agit de mettre au point une charte nationale réaliste et applicable, qui place le citoyen au cœur du système de santé et s’attache à préserver les réalisations, à redresser les dysfonctionnements, à trouver les voies et moyens de dépasser les contraintes et à esquisser des perspectives d’avenir prometteuses. 
Tout ceci doit s’inscrire dans une approche globale et novatrice et avoir pour dessein ultime de mettre à la disposition des citoyennes et des citoyens des prestations de haute qualité dans le cadre d’une démarche efficiente, juste et équitable…» 
Par ailleurs, le Maroc s’est fortement engagé pour réaliser l’atteinte des objectifs du millénaire  qui sont au nombre de 8 et l’accès aux soins et aux médicaments figurent en bonne place dans ce tableau. 
Un nouveau décret pour les prix des médicaments 
Concernant le volet législatif,  le professeur Louardi a insisté pour dire que le mode de fixation des prix des médicaments  qui était régi par l’arrêté ministériel de 1969  ne correspond plus à la réalité et que désormais, le nouveau décret N° 2-13- 852 des prix des médicaments propose des principes innovateurs en mesure de renforcer la transparence dans la fixation des prix des médicaments. Ainsi l’application du Benchmark, principe qui est appliqué dans la majorité des pays, va permettre aux populations pauvres et démunies d’avoir accès aux médicaments à des prix abordables qui tiennent compte de leur pouvoir d’achat, de renforcer la transparence dans la fixation des prix des médicaments, de donner plus de visibilité aux établissements pharmaceutiques industriels , d’harmoniser les prix des médicaments au Maroc avec ceux appliqués dans des pays similaires et d’assurer la pérennité des organismes gestionnaires de l’assurance maladie obligatoire 
Par ailleurs, et dans un objectif de transparence, tous les médicaments qui avaient un prix hôpital uniquement, auront désormais aussi un prix de vente Prix public de vente (PPV) et pourront ainsi être vendus légalement, si nécessaire au niveau des pharmacies d'officines.
Le communiqué note que certains médicaments dont le prix de vente avant révision était plus cher que celui appliqué dans d'autres pays, se retrouvent aujourd'hui avec un prix de vente plus bas. 
A cette occasion, le ministère de la Santé se félicite de ce haut niveau d'engagement des acteurs de l'industrie pharmaceutique et de tous les professionnels de la pharmacie, en faveur de la promotion et la protection de la santé des citoyens, et de leur entière disposition à relever avec le ministère de la Santé les défis de la couverture universelle à travers l'accès aux médicaments et le développement d'une industrie pharmaceutique nationale réactive et compétitive. 
Les industriels du médicament, ont exprimé solennellement leur engagement pour la mise en application de la baisse des prix dans les délais impartis, et dans les conditions requises de disponibilité, de qualité et de sécurité des médicaments, souligne le ministère, ajoutant qu'il veillera à tenir informés les citoyens sur toutes autres dispositions prises en vue de garantir l'application de la baisse des prix dans les pharmacies, dans les meilleures conditions. 
Autorisation de mise sur le marché 
L'autorisation de mise sur le marché ne peut être délivrée que si le médicament satisfait au préalable à une expérimentation appropriée visant à mettre en l’efficacité du médicament, garantir son innocuité dans des conditions normales d'emploi, démontrer son intérêt thérapeutique et établir la bioéquivalence lorsqu'il s'agit d'un médicament générique 
En outre le fabricant ou l’importateur doit justifier qu’il a fait procéder à l’analyse qualitative et quantitative du médicament, qu’il dispose effectivement d'une méthode de fabrication et de procédés de contrôles de nature à garantir la qualité du produit au stade de la fabrication industrielle… 
Ces autorisations  de mise sur le marché des médicaments prenaient parfois plusieurs années, une anomalie qui portait préjudice aux industriels du médicament. A ce sujet, le professeur Louardi a tenu à informer l’ensemble des intervenants que désormais l’AMM ne dépassera pas 10 mois au maximum. 
En guise de conclusion de son intervention, le  ministre de la Santé n’a pas manqué de rendre hommage à l’ensemble des acteurs de l’industrie pharmaceutique, les officinaux et leur différentes instances représentatives, les grossistes-répartiteurs qui ont tous participé dans un élan de solidarité à la réalisation et à la concrétisation de la baisse des prix des médicaments. C’est ce qui a permis à notre pays de se doter d’une nouvelle politique du médicament, plus adaptée au contexte actuel, plus juste, plus cohérente, plus équitable et plus efficiente, ce qui se traduit déjà et encore d’avantage à partir du 8 juin 2014,  par une nette amélioration de  l’accès aux médicaments au plus grand nombre de nos concitoyens, particulièrement les personnes que l’on considère vulnérables au point de vue économique. 
Le prix de tout médicament nouvellement introduit sur le marché sera aligné sur le prix minimum du Benchmark, c'est-à-dire le prix le plus bas pratiqué dans les pays retenus pour la comparaison. 
Rôle de la presse 
Les journalistes présents a ce point de presse ont posé des questions  en relation avec la nouvelle fixation des prix des médicaments, mais aussi des questions ayant trait au RAMED, à l’ouverture du capital des cliniques privées aux investisseurs non médecins, à la démission du directeur de l’hôpital Avicennes… 
Dans les réponses apportées aux différentes questions, le professeur Louardi comme a son habitude, a fait montre d’une clarté, en affirmant que de très belles choses sont réalisées actuellement, que des problèmes existent ici et là, mais qu’il n’est nullement question de prétendre tout solutionner en un clin d’œil. 
Le ministère de la Santé s’attache avec détermination pour remédier aux failles qui existent. La presse a, selon lui un rôle à jouer en ce sens, et tous les articles qui sont écrits par les différents supports font l’objet d’un très grand intérêt de la part de son département, que des commissions d’inspection sont dépêchées sur les lieux quand cela est justifié et que rien n’est laissé au hasard. 
Pour conclure le ministre de la Santé a tenu à remercier toute l’assistance, a réitéré son entière disposition au service des journalistes pour plus de clarté et d’informations sur tous les sujets. 
Le professeur Louardi se félicite aussi du haut niveau d’engagement des différents acteurs de l’industrie pharmaceutique, des pharmaciens d’officines… qui tous ont montré leur entière adhésion en faveur de la promotion et la protection de la santé des citoyennes, et leur entière disposition à relever avec le ministère de la Santé les défis de la couverture universelle  à travers l’accès aux médicaments et le développement d’une industrie pharmaceutique nationale réactive et compétitive. 
Ils ont dit… 
  
Dr Mohamed Houbachi, président de l’Association marocaine des médicaments génériques (AMMG), 
«Il s’agit de tout mettre en œuvre pour permettre une meilleure pénétration du médicament générique au Maroc. Celle-ci n’est que de 30% actuellement, et j’espère qu’avec la nouvelle politique du médicament, le générique puisse représenter 70%, ce qui permettra de réaliser des économies aux régimes publics et privés d’assurance maladie, ainsi qu’aux particuliers.» 
Mr Ali Sedrati : président de l’Association marocaine de l'industrie pharmaceutique 
«Tout d’abord, je tiens à féliciter et à remercier le ministre de la Santé pour tout le travail qui a été réalisé par son département. Nous sommes tous conscients à l’AMIP qu’il y a aujourd’hui un défi à relever pour permettre à nos concitoyens d’avoir accès aux médicaments à des prix raisonnables. L’industrie pharmaceutique au Maroc, c’est d’abord et avant toute chose une industrie citoyenne qui participera pleinement comme elle l’a toujours fait au développement de la santé de notre pays. Nous sommes aux côtés du ministère de la Santé. 
Près de  70% des besoins nationaux en médicaments sont couverts par la fabrication locale, 20 % de la production nationale sont destinés à l’export. L’industrie pharmaceutique marocaine occupe la deuxième position au niveau africain. Elle produit près de 280 millions d’unités par an et génère un chiffre d’affaires de plus de 10 milliards de dirhams.
C’est une industrie qui emploie plus de 40.000 personnes (emplois directs et indirects) et qui contribue de ce fait au bien être de milliers de familles.» 
Mr Sanhaji : représentant  grossisterie-répartiteur 
«La baisse des produits des médicaments est une décision citoyenne. Elle vise à permettre un accès équitable aux médicaments surtout pour les tranches démunies  de notre population et partant nous sommes aux côtés du ministère de la Santé qui a pris là une décision sage et courageuse». 
 
Comparaison du nouveau Prix Public de Vente au Maroc 

_________________
DR IDRISSI MY AHMED
aamm25@gmail.com
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mer 23 Avr - 21:09 (2014)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum des Médecins Au Maroc Index du Forum -> La Médecine Au Maroc -> Actualités professionnelles et Infos Toutes les heures sont au format GMT
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | créer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com