Forum des Médecins Au Maroc Index du Forum

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Ouvrir le secteur à des investisseurs étrangers au métier ???

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum des Médecins Au Maroc Index du Forum -> La Médecine Au Maroc -> Actualités professionnelles et Infos
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
DR IDRISSI MY AHMED
Soleil
Soleil

Hors ligne

Inscrit le: 22 Juin 2008
Messages: 938
Localisation: Kénitra

MessagePosté le: Mer 9 Oct - 22:06 (2013)    Sujet du message: Ouvrir le secteur à des investisseurs étrangers au métier ??? Répondre en citant

Un front national contre Lhoussaine Louardi



Lhoussaine Louardi Ministre de la santé
 


Pour les médecins qui sont de nouveau montés au créneau, le projet du ministère de la santé visant à ouvrir le secteur à des investisseurs étrangers au métier est très dangereux. Pour eux, un débat national s’impose.









 Les médecins mécontents de leur ministre. En effet, ils se mobilisent contre le projet de loi 94-10 réglementant l’exercice de la médecine au Maroc. Il s’agit d’un dossier très épineux qui a déjà créé des tensions entre le corps des médecins et les responsables gouvernementaux. 






Flash-back. On est en 2009. Yasmina Baddou, alors ministre de la santé, a décidé de revoir le cadre législatif régissant la médecine. Mais très vite la ministre est obligée de classer le dossier après la levée de boucliers qui a suivi l’annonce du projet. Aujourd’hui, son successeur dans le gouvernement actuel, Lhoussaine Louardi, décide de déterrer le dossier. Les médecins montent de nouveau au créneau pour faire entendre leurs voix.


Ils ont même créé un front national pour renforcer leurs positions. Un cadre associatif qui regroupe déjà des dizaines de syndicats, de fédérations et d’associations professionnelles. Le front ne se limite pas aux syndicats représentant les professionnels de la santé mais il associe également des organisations dont le secteur d’activité va des droits de l’Homme, aux arts, en passant par l’artisanat et l’architecture.
Les médecins veulent ainsi en faire une cause nationale. Dans un communiqué parvenu à ALM, les membres du front «expriment leur surprise de voir le dossier remis sur la table» alors que les médecins s’y sont opposés déjà en 2009. «Nous réitérons de nouveau notre refus de toutes les initiatives qui visent à marchander sur la santé des Marocains en mettant en garde le ministre de tutelle de continuer à ignorer la position des professionnels du secteur», lit-on dans le communiqué. Le front compte donc aller jusqu’au bout dans son action.


A l’origine de cette initiative, un homme connu du milieu syndical. Il s’agit du Dr  Mohamed Bennani Naciri, secrétaire général du Syndicat national des médecins du secteur libéral. Concernant les dispositions du texte proposé par le ministère de la santé, ce dernier ne mâche pas ses mots. «Ce projet de loi constitue un véritable danger dans la mesure où il institue une logique purement commerciale minimisant la charge avec tout ce que cela peut avoir comme impact sur la qualité pour augmenter les bénéfices des investisseurs».


Dans le même sens, le corps des médecins reproche au ministère d’introduire une disposition instituant la notion du salariat médical et l’ouverture des capitaux des cliniques devant les investisseurs qui n’ont rien à voir avec la médecine alors que l’investissement dans ce domaine est actuellement réservé exclusivement aux médecins. Par ailleurs, les médecins remettent en cause certaines dispositions du projet de loi qui, selon eux, laissent les portes grandes ouvertes devant des praticiens étrangers désirant exercer la médecine au Maroc sachant que la législation en vigueur restreint l’exercice des médecins étrangers sauf dans des cas bien particuliers et limités. A noter que les responsables du front ont demandé au ministère de tutelle d’ouvrir un débat national sur la problématique de la santé au Maroc. Une journée nationale pour la défense du droit à l’accès aux soins sera organisée prochainement, selon le communiqué diffusé par le front.


Propositions des syndicats



Lorsque Yasmina Baddou voulait revoir la loi régissant l’exercice de la médecine, certains syndicalistes avaient incité le ministère de tutelle à adopter plusieurs mesures. Celles-ci concernaient notamment les investissements. Les syndicats affirmaient que ces propositions étaient de nature à encourager les médecins à investir. Ils demandaient au gouvernement de participer à la réduction des risques  accompagnant les investissements des médecins dans des cliniques à travers notamment l’allègement de la pression fiscale. Ils proposaient également de revoir à la baisse les taux d’intérêt appliqués par les banques actuellement pour participer au financement de tels projets. Avec de telles facilités, les syndicalistes disent qu’il n’y aurait nul besoin de donner la possibilité à tout le monde d’investir dans le secteur de la santé. Le gouvernement sortant avait fini par abandonner tout le dossier et ces propositions n’avaient pas été étudiées. Reste à savoir si le gouvernement actuel est prêt accepter les mesures proposées par les syndicats.   





Salariat médical



L’un des points de discorde entre le ministère de tutelle et les syndicats concerne le salariat médical. Les syndicalistes disent que le projet de loi institue au Maroc ce concept. Bien évidemment, les professionnels du secteur sont unanimes à contester l’institution du salariat médical parce que les médecins seront alors de simples salariés exécutant les tâches assignées par le bailleur de fonds. Il faut dire que le salariat médical est reconnu dans plusieurs coins du globe mais à l’instar du Maroc, il rencontre une opposition farouche dans d’autres pays, notamment la France. Pour certains praticiens, ce genre de changement pourrait carrément porter préjudice à la profession. L’autorisation de médecins étrangers d’exercer sur le territoire national est également rejetée par les syndicats. Même si le Maroc connaît des difficultés à former suffisamment de médecins pour répondre aux besoins de sa populations, les syndicalistes disent que le problème peut être réglé autrement.




Mohamed Badrane Le : 2013-10-09 N° : 3026
_________________
DR IDRISSI MY AHMED
aamm25@gmail.com
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mer 9 Oct - 22:06 (2013)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum des Médecins Au Maroc Index du Forum -> La Médecine Au Maroc -> Actualités professionnelles et Infos Toutes les heures sont au format GMT
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | créer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com