Forum des Médecins Au Maroc Index du Forum

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

La santé au Maroc Une évolution soutenue

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum des Médecins Au Maroc Index du Forum -> La Médecine Au Maroc -> Actualités professionnelles et Infos
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
DR IDRISSI MY AHMED
Soleil
Soleil

Hors ligne

Inscrit le: 22 Juin 2008
Messages: 937
Localisation: Kénitra

MessagePosté le: Jeu 7 Mar - 20:29 (2013)    Sujet du message: La santé au Maroc Une évolution soutenue Répondre en citant

La santé au Maroc
Écrit par Ouardirhi Abdelaziz   
Une évolution soutenue 

 
 
Notre système de santé n’est peut être pas encore le meilleur au monde, mais il faut avouer que celui-ci réalise des progrès constants, bénéficie de moyens en évolution, a des atouts, des qualités qui le rendent assez  impressionnant au regard de ce qui existe dans d’autres pays. 
Nos médecins, nos chirurgiens sont très compétents. Nos infirmières ne sont pas en reste. Ensemble ils réalisent des prouesses dans tous les domaines de la médecine. Mais un système de santé aussi performant soit-il, aussi sophistiqués soient ses équipements et quels que soient les compétences de ses ressources humaines ne peut avoir de valeur que si tous ces éléments contribuent au bien être, à la restauration et au maintien  d’une bonne santé pour le plus grand nombre, c'est-à-dire permettre à tous un égal accès aux mêmes prestations de santé, indépendamment des moyens des uns et des autres. 
Cette politique, ou approche, est aujourd’hui une réalité et non pas une vue de l’esprit. Dans les faits, dans la pratique quotidienne, nous constatons de grands changements qui vont dans le bon sens. C’est ce qui a fait dire au professeur El Houssein Louardi, ministre de la Santé, «que la santé est un droit fondamental pour chaque citoyen».
Contrairement a ce que claironnent certains qui refusent le changement, ceux qui s’accrochent à la médiocrité et qui ont toujours su bénéficier d’avantages et de situations acquises, ces changements, cette réalité que chacun peut observer sur le terrain, ce ne sont pas  des paroles en l'air ou des chimères. Depuis son arrivée à la tête du département de la Santé, le professeur Louardi, travaille avec ses proches collaborateurs et l’ensemble du corps médical, les infirmiers, infirmières, les administratifs et toutes les autres catégories de personnels de santé qui ont à cœur la santé et le bien être de notre population à faire avancer  notre système de santé.

Les priorités de la Santé
En homme  de terrain  et de spécialiste reconnu pour ses grandes qualités humaines et médicales,  et en tant que premier responsable de la santé des Marocaines et des Marocains, le professeur Louardi a fixé sept priorités qu’il compte bien réaliser dans les quatre années qui restent dans son parcours gouvernemental. A la tête de ces priorités figure en bonne place la restructuration, la réorganisation et le déploiement spatial des services, en particulier les services d’urgence. 
Il s’agit donc de passer à la vitesse supérieure et de mettre en œuvre la carte sanitaire qui va nous permettre de répartir l'offre de soins sur l'ensemble du territoire en termes d'équipements existants, de découpage pertinent des régions en secteur sanitaire en fonction des besoins des populations et des établissements hospitaliers et autres centres de santé. 
Cette étape est franchie, mais a besoin d’une remise à jour, d’un suivi, d’une évaluation, comme elle doit faire l’objet d’une révision en profondeur au moins tous les 5 ans. 
Le deuxième point que le professeur Louardi avait retenu dans ses prioritaires, c’est la réorganisation des services. Il s’agit donc de procéder à une réelle modernisation de la gestion hospitalière, des centres hospitalo-universitaires (CHU),  des hôpitaux régionaux, des hôpitaux préfectoraux et provinciaux car la médecine change, les besoins de notre population augmentent, la technologie évolue, les spécialités médicales ne cessent de se diversifier. Il s’agit donc de réviser et de moderniser nos procédés, nos activités, notre mode de gestion et par la même occasion  de confier la responsabilité des nos structures de santé aux femmes et aux hommes qui ont des compétences avérées, de mettre en place un système qui permet d’avoir une grande visibilité, une traçabilité, et que chacun soit redevable devant tous de ce qu’il réalise. 
Il s’agit donc d’implémenter une culture de la qualité au sein de tous nos hôpitaux, pour ce faire des plans directeurs et contrats - objectifs sont souhaitables  avec des échéances, un système d’évaluation aussi bien pour le court, moyen et long terme. 
La troisième priorité, c’est l’accès pour tous aux médicaments.  C’est une évidence  car le médicament est un produit stratégique, nécessaire n indispensable pour la restauration de la santé, pour lutter contre la maladie, pour guérir, nous avons besoin de médicaments, mais quand ceux-ci sont trop chers, les citoyens ne peuvent pas tous les acheter.
C’est pourquoi, le ministre de la santé a placé l’accès aux médicaments comme une priorité Sans chercher à toucher ou à léser les uns au détriment des autres. Cette politique se veut être citoyenne, efficace, pérenne où producteur, grossiste répartiteur, pharmacien d’officine, interagissent dans une relation harmonieuse au niveau de toute la filière de commercialisation, en tenant compte des intérêts de chacun, pour que le médicament parvienne dans de bonnes conditions de qualité et de prix aux citoyens à travers les 12.000 pharmacies que compte actuellement le pays. C’est cette philosophie qui a présidé à la première phase de la réforme de ce secteur, marquée par la baisse drastique des  prix de 320 médicaments vitaux, en attendant de continuer sur la même lancée afin que 2.000 autres produits soient aussi à la portée de nos concitoyens. Quand on soulève la question de la performance de notre système de soins,  de la qualité de ces mêmes soins, on oublie de noter au passage que l’offre de soins  au Maroc est structurée autour de trois secteurs.
Le secteur public est de loin le plus important et le seul à être réparti sur tout le territoire. II déploie des structures de santé de base où l’essentiel des programmes prioritaires de santé publique est délivré à la population, notamment les actions de prévention et de lutte contre les principaux facteurs de morbidité. II déploie aussi un réseau hospitalier composé de 137 hôpitaux qui représente 85% de la capacité hospitalière du pays. II consiste enfin en un réseau de laboratoires nationaux et d’instituts d’appui à la mission de santé publique. Le secteur public de santé est le principal employeur des professionnels de santé au Maroc (50.000 agents entre médecins-infirmiers-techniciens…). II a le mérite de prendre en charge les problèmes de santé de la population pauvre, démunie grâce au RAMED,  notamment en milieu rural, là où le secteur privé est absent.
Le secteur privé à but lucratif a connu un essor important depuis les années 80, surtout dans les grandes villes et principalement en direction des soins ambulatoires ou de haute technologie.
Le secteur privé à but non lucratif est représenté par les établissements de soins des mutuelles, de la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS), et de quelques fondations. Il intervient essentiellement dans le domaine de l’hospitalisation.
Pour accompagner les progrès que connaît la pratique médicale et afin de faire profiter au maximum nos concitoyens malades des dernières technologies, le ministère de la santé dote  de plus en plus les hôpitaux des scanners (de dernière génération) et des unités d'hémodialyse au niveau de toutes les régions.
De même le ministère de la santé  équipe les CHU en équipements de technologies avancées : Imagerie par résonance magnétique (IRM), salles de cathétérisme, lithotripteurs, accélérateurs linéaires, chirurgie et radiologie interventionnelle. A côté de ces équipements  destinés aux  centres hospitaliers universitaires , il y a aussi  des structures spécialisées comme le centre de greffe de moelle osseuse de l’hôpital du 20 Août, centre des grands brûlés à l’hôpital Ibn Rochd de Casablanca et les centres de néonatalogie de Rabat et Casablanca.
A ce sujet il faut rappeler la réalisation des greffes de rein qui sont toutes couronnées de succès grâce à des équipes performantes, ainsi que les greffes de cornées. 

Large couverture médicale 
Les performances de notre système de santé, c’est aussi la réalisation des objectifs du millénaire en matière de santé, à savoir les Objectifs IV et V relatifs à la baisse du taux de mortalité infantile et maternelle. Dans ce cadre, et pour combler le retard enregistré par le Maroc en la matière, malgré des progrès certains, le ministre de la Santé a lancé un Plan d’action pour la réduction de la mortalité maternelle et néonatale à l’horizon 2016, afin de ramener la mortalité maternelle à 50 décès pour 100.000 naissances (contre 112 actuellement) et celle infantile à 12 décès pour mille naissances (contre 19 actuellement).
La gratuité des soins dans les hôpitaux publics, l’accès aux médicaments, la vaccination totalement gratuite, la mise en place de l’AMO depuis 2005,  qui permet a plus de 37% de notre population d’être correctement pris en charge. 
Le RAMED  qui est devenu effectif depuis 2011, va permettre a plus de 8 millions de Marocains en particulier  les démunis d’être totalement pris en charge pour leurs soins, sont autant d’éléments d’une politique sanitaire saine et cohérente où l'offre de soins est consommée par la population  grâce à un système de santé qui le permet, mais aussi grâce à l’implication sans réserves, à la sollicitude de SM le Roi Mohammed VI  qui a fait sienne la santé de la population marocaine.
Mais ce résultat, c’est aussi des femmes et des hommes, à leur tête le ministre de la santé Louardi qui est au four et au moulin , un ministre qui n’est pas toujours dans son bureau, mais qui sillonne le Maroc, qui va vers la population, qui écoute les doléances des uns et des autres, un ministre qui est sur le terrain , qui rentre dans tous les services, qui constate par lui-même où vont les choses et qui n’hésite pas à prendre les mesures et décisions qui s’imposent sur le champ. 
C'est  cela la politique actuelle du ministère de la santé, une politique de prise en charge de la santé, centrée sur le respect de tous et le service à chacun, et alliant rigueur, excellence clinique, accessibilité et proximité.
Cette vocation privilégie la qualité des individus, de leur organisation et de la coordination entre tous les professionnels de santé autour du patient, en poursuivant à chaque niveau une véritable culture de la qualité, de l’attention, et de la sécurité.
Pour y parvenir une politique de prise en charge de la santé, centrée sur le respect de tous les malades et alliant rigueur, excellence, accessibilité et proximité doit être privilégiée.
Sur le plan international, notre médecine est citée en exemple au niveau régional, continental et n’a rien a envier à tout ce qui se fait au niveau des pays européens ou d’Amérique du nord.  
C’est ce qui explique en grande partie l’engouement de certains Européens, Africains ou habitants des pays du golf qui viennent en nombre de plus en plus important pour se faire soigner au Maroc. 
On voit émerger des structures sanitaires privées spécialisées en cardiologie, en chirurgie dentaire, en ophtalmologie, en chirurgie esthétique, médecine anti-âge et d’autres dans le bien être, la remise en forme.
Il y a tellement a dire sur notre système de santé, encore une fois tout n’est pas au top, mais nous avançons dans la bonne direction et il faut laisser du temps aux décideurs, aux responsable du secteur de la santé afin qu’ils puissent accomplir leur travail dans de bonnes conditions, l’important c’est de participer a cette nouvelle dynamique qui est aujourd’hui insuffler par le professeur Louardi , de positiver les actions  qui sont entreprises et comme dit l’adage : «la critique est aisée, mais l’art est difficile». 

_________________
DR IDRISSI MY AHMED
aamm25@gmail.com
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Jeu 7 Mar - 20:29 (2013)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum des Médecins Au Maroc Index du Forum -> La Médecine Au Maroc -> Actualités professionnelles et Infos Toutes les heures sont au format GMT
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | créer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com