Forum des Médecins Au Maroc Forum Index

 FAQFAQ   SearchSearch   MemberlistMemberlist   UsergroupsUsergroups   RegisterRegister 
 ProfileProfile   Log in to check your private messagesLog in to check your private messages   Log inLog in 

Plan d'action du ministère de la Santé durant le premier semestre de 2012 :

 
Post new topic   Reply to topic    Forum des Médecins Au Maroc Forum Index -> La Médecine Au Maroc -> Actualités professionnelles et Infos
Previous topic :: Next topic  
Author Message
DR IDRISSI MY AHMED
Soleil
Soleil

Offline

Joined: 22 Jun 2008
Posts: 686
Localisation: Kénitra

PostPosted: Fri 17 Aug - 20:43 (2012)    Post subject: Plan d'action du ministère de la Santé durant le premier semestre de 2012 : Reply with quote

Plan d'action du ministère de la Santé durant le premier semestre de 2012 : Concrétiser les mesures d’urgence


Écrit par Ouardirhi Abdelaziz


AL BAYANE

Le ministre de la sante Houssein Louardi a présenté mercredi, le bilan de son département pour le premier semestre. C’est la première fois qu’un ministre de la santé dresse de manière spontanée, claire, transparente et sans ombrage les moindres petits détails de tous les chantiers réalisés et totalement achevés, ceux qui sont en cours, et les autres qui verront le jour dans un avenir proche.

Ce qui a retenu l’attention de toute l’assistance est sans aucun doute le franc-parler du professeur Louardi qui a reconnu que tout n’est pas parfait , que des défaillances existent, ce qui n’enlève en rien au mérite de ceux qui l’ont précédé à la tête de ce département.
Le premier constat qui a été fait par le ministre au lendemain de sa nomination a été celui de l’iniquité dans l’accès aux soins entre régions, entre milieux urbains, périurbain et rural. Les citoyens ne jouissent pas du même accès aux prestations médicales. Face à la maladie, il y a des inégalités pénalisantes et choquantes dont les premiers à en souffrir sont les citoyens démunis, celles et ceux qui n’ont pas de quoi payer des soins ou acheter des médicaments.
Pour le professeur Houssein Louardi, il y avait urgence, c’est pourquoi dans l’une de ses première interventions, il avait tenu à rappeler qu’il allait préserver les acquis réalisés dans le secteur de la santé, poursuivre les chantiers lancés, et mettre tout en œuvre afin de concrétiser le programme du gouvernement.
Le ministre a tenu à rappeler que son département allait tout mettre en place afin d’assurer l’équité de l’offre de soins entre régions et milieux rural et urbain.
«Nous ne ménagerons aucun effort, nous allons nous investir pleinement pour faciliter l’accès aux soins pour les plus démunis et pour la population rurale, en particulier les habitants des zones difficiles d’accès ou des zones enclavées.
Nous allons travailler au niveau du terrain aux côtés des professionnels de la santé, nous serons aussi très proches des malades et de leurs familles afin de concilier les citoyens avec les structures de santé.
Nous voulons redonner et rétablir la confiance du citoyen à l’égard des établissements sanitaires. Pour atteindre ces objectifs, nous devons revoir nos comportements, nos agissements, nous devons accorder une grande importance à l’amélioration de l’accueil au niveau de toutes les structures de santé, de tous les services hospitaliers, nous devons être à l’écoute des patients et leurs familles», a-t-il souligné.
La suite on la connaît tous, une nouvelle dynamique est née au ministère de la santé, tous les acteurs du système sont invités à participer aux nombreux projets. Le secteur privé, les associations, les syndicats, la société civile et même les citoyens sont aussi invités à s’exprimer sur des sujets qui les concernent directement et pour la première fois, ils émettent leurs avis grâce au programme Intidarat, et aux sessions d’écoutes que le ministère de la santé avait organisé pendant une semaine.
Par la suite des actions multiples sont entreprises, elles ont concerné toutes les régions et, consistent à procéder à une répartition plus juste, plus équitable et plus harmonieuse et cohérente de tous les moyens dont dispose le ministère de la santé afin de garantir à tous les citoyens une offre de soins digne de ce nom.

La transparence la plus totale

Six mois après ce travail continu, il devenait normal pour le professeur Louardi qui est un homme pragmatique de venir présenter son premier bilan.
Conformément aux exigences de la nouvelle constitution et plus particulièrement son article 13 , qui stipule que les pouvoirs publics œuvrent à la création d’instances de concertation, en vue d’associer les différents acteurs sociaux à l’élaboration, la mise en œuvre et l’évaluation des politiques publiques.
Le ministère de la santé se fait un devoir de présenter le bilan des 6 premiers mois de gestion exercés depuis l’investiture du professeur Houssein Louardi au poste de ministre de la santé le Février 2012. Le ministre, a animé un point de presse, le Mercredi 15 Aout 2012 dans la salle de réunion de son département en présence de l’ensemble de ses collaborateurs. Ce point de presse auquel ont pris par de nombreux représentants des différents médias de la presse écrite et audio-visuelle, intervient après six mois d’exercice du ministre à la tête du département de la santé. Cette rencontre avec les journalistes a été l’occasion pour le professeur Louardi de dresser le bilan des actions réalisées par son département et les perspectives conformément au plan d'action de son département pour la période 2012-2016.
En grand gentlemen, M. Louardi n’a pas cherché à dénigrer, à critiquer de mauvaise foi ou a vilipender ceux qui l’on précédés comme se plaisent certaines mauvaises langues à le répéter, mais a salué le travail réalisé par son prédécesseur mettant en exergue les acquis et les chantiers ouverts à cette époque.
Le ministre de la santé a rappelé qu’aujourd’hui, il s'agit de poursuivre les chantiers déjà lancés et de consolider les acquis.

Priorité aux mesures urgentes

Les mesures urgentes que nous avons ciblées au ministère de la santé sont au nombre de 55, nous avons pu réaliser 42 mesures soit 77% du total. Parmi ces mesures, il y a en 7 qui sont très importantes :
1 / la généralisation du RAMED : c’est un chantier qui revêt une très grande importance eu égard aux enjeux que représente ce projet social pour notre pays. Pour assurer une réussite au RAMED qui a été lancé, Sa Majesté le roi Mohammed VI en mars dernier, le département de la Santé a dû dans un premier temps former 5 200 agents pour manager ce régime. A cela s'ajoutent la création des guichets RAMED et des unités d'assistance sociale hospitalière ainsi que l'activation d'un système de facturation RAMED. Le ministre a indiqué que pour la période allant du 2 avril à fin juin, 1,2 million de dossiers RAMED ont été déposés, dont
160 000 ont été acceptés. L'affluence des bénéficiaires vers les hôpitaux a atteint 53 000 cas, dont 7 500 hospitalisations.
Les malades qui sont pris en charge grâce au régime RAMED bénéficient gratuitement de toutes les prestations, des médicaments, des radios, scanners, bilans, et prothèses. Grace au RAMED, 03 greffes de rein et de moelle ont pu être réalisées, c’est un acquis très important.

2 / Dialogue social : publication de 8 décrets adoptés conformément aux engagements pris par le gouvernement lors du dialogue social. Il s’agit, entre autres, des indemnités de garde , de la prime de risque, de la prime de responsabilité ainsi que d’autres acquis qui vont s’ajouter pour permettre aux professionnels de santé ( médecins-infirmiers –administratifs...) de pouvoir travailler dans de meilleurs conditions.
3 / Exécution des recommandations du programme intidarat lancé le 5 Avril 2012 et des sessions d’écoute que le ministère de la santé a organisé entre le 26 juin et le 5 juillet, afin de débattre sur des thèmes tels que la promotion du droit à la santé, les modes de financement du système de la santé, la politique médicamenteuse… Elles s’inscrivent dans le cadre des dispositions de la Constitution relatives à la mise en place d’organismes de consultation. Cette approche vise les citoyens au développement de la Charte nationale pour la santé.
4 / Gratuité des accouchements et de toutes les prestations dont bénéficient les femmes enceintes, même en cas de complications graves nécessitant de gros moyens, le ministère de la santé se charge de tout gratuitement.
5 / Adoption de la stratégie nationale de lutte contre le Sida (2012-2016) et son adhésion par tous nos partenaires dans la lutte contre le Sida
6 / Ouverture du centre d’oncologie du CHU Hassan II à Fès, un centre moderne , sophistiqué, disposant de la dernière technologie en matière de diagnostic, de traitement et de lutte contre le cancer .Régionalisation de la prise en charge du cancer
7 / Les nominations aux différents postes de responsabilités se feront sur la base d’un contrat programme, des capacités de chaque candidat et de certains critères que retiendra la commission chargée de ce dossier et ce dans la plus grande transparence. La méritocratie prévaudra en vue de démocratiser l'accès aux postes de décisions.

D’autres mesures attendent

Ceci étant, le professeur Louardi a tenu à rappeler que 13 autres mesures urgentes vont bientôt voir le jour conforment à un calendrier préétabli par son département, il s’agit notamment de l'adoption du décret portant sur le partenariat avec les médecins du secteur privé qui va demander quelques semaines tout au plus, mais d’ore, et déjà nous pouvons dire que c’est acquis et le ministère des finances nous a accompagnés. Nous allons choisir les spécialités dont nous avons besoin là où il y a un manque surtout au niveau de certaines régions. Ils pourront assurer les consultations spécialisées, assurer aussi des gardes aux côtés des médecins du secteur public. Ces médecins spécialistes seront payés en retour par le ministère à hauteur de 5.000 DH / mois.
Concernant les dispositifs médicaux dont les coûts sont hors de portée des malades pauvres et démunis, tels les prothèses et autres matériels onéreux mais nécessaires pour mener à bien certaines interventions chirurgicales, ils seront donnés gratuitement par les hôpitaux, le professeur Louardi a décidé d’octroyer dans ce sens une enveloppe de 150 millions de DH pour les CHU afin de venir en aide aux malades.
Accord avec la Banque mondiale pour le financement de tout ce qui est maintenance , équipement et construction des structures sanitaires qui seront confiées au secteur privé , et tout ce qui est soins sera réalisé par les professionnels de santé de telle sorte que chacun pourra exceller dans son propre domaine . Le plus bel exemple en la matière est celui de l'hôpital Moulay Youssef à Rabat qui sera entièrement construit et équipé par le secteur privé».
Toujours dans les 13 mesures qui restent à concrétiser il y a la loi amendant le règlement des CHU qui verra très bientôt le jour.

Le RAMED

Abordant le volet relatif au RAMED qui a été lancé par sa majesté le roi Mohammed VI le 13 Mars 2012 et dont les premières cartes ont été remises aux bénéficiaires de ce régime d’assistance médicale le 9 Avril 2012, le professeur Louardi a fait savoir que son département, en vue d’accompagner comme il se doit ce nouveau produit, a entamé la formation de 5 200 agents sanitaire affectés à manager ce régime. A cela s'ajoutent la création des guichets RAMED et des unités d'assistance sociale hospitalière ainsi que l'activation d'un système de facturation RAMED. Le professeur Houssein Louardi a indiqué que pour la période allant du 2 avril à fin juin, 1,2 million de dossiers RAMED ont été déposés, dont 160 000 ont été acceptés. Il a expliqué que beaucoup de nos concitoyens n’ont pas encore bien compris ce qu’est le RAMED, puisqu’un grand nombre parmi celles et ceux qui adressent leur demande ne sont pas concernés par ce régime, c’est le cas des commerçants, de certains retraités, de personnes qui ont l’AMO, mais qui veulent malgré tout disposer de cartes RAMED, ce qui bien entendu reste impossible.
Toujours concernant le RAMED et son utilisation par les détenteurs des cartes, on a enregistré 53 000 passages au niveau des hôpitaux pour consultations qui ont nécessité l’hospitalisation de 7 500patients pour diverses pathologies.

Les Urgences

Abordant le volet relatif aux services des urgences, le professeur Louardi n’a pas manqué de rappeler que la situation actuelle n’est pas satisfaisante, que nos services d’urgence nécessitent une refonte en profondeur, une réorganisation et une mise à niveau.
Le professeur Louardi sait très bien de quoi il parle puisque lui-même est urgentiste.
De ce fait, les urgences sont une de ses priorités. Qui dit urgence, dit médecin urgentiste mais aussi infirmiers spécialisés dans la prise en charge des urgences. Dans ce sens et pour la première fois au Maroc, un module de formation entièrement consacré à la formation tant théorique que pratique des infirmiers en soins d’urgences va voir le jour.
Pour pallier au plus urgent et afin de réorganiser et d’harmoniser ces structures, le ministère de la santé a procédé à la mise en place de 80 unités de médecine d'urgence de proximité qui devront profiter aux habitants des zones rurales là où il n’y avait auparavant rien.
Dans ce même ordre d’idées, le ministère a lancé 20 unités de SAMU Obstétrical rural destinés à lutter contre la mortalité maternelle et infantile et à participer à la maternité sans risque. Le département de la santé a acquis à cet effet 55 ambulances et 6 hôpitaux mobiles qui apporteront une aide précieuse aux habitants des zones difficiles d’accès.
En second lieu, il s’agit de développer, d’équiper et de restructurer les différents pôles d'urgences spécialisés, qui accueilleront plus de 6 millions de Marocains.
A Marrakech, il y aura la construction d’un trauma-center acquérir, une structure moderne, bien équipée, le ministère de la santé disposera aussi et ce pour la première fois d’un hélicoptère, qui sera testé à Marrakech.
Parlant de l’offre de soins hospitalière, le ministre de la santé n’a pas manqué de souligner que celle-ci reste en deca des attentes et des objectifs escomptés.
Le Taux d’hospitalisation au niveau des hôpitaux est faible, il atteint à peine 4 %, le ministère de la santé entend tout mettre en œuvre pour que ce taux soit de 6 ou 7 % en 2013.

Santé mentale et Gériatrie

Les structures de la médecine mentale (psychiatrie) se trouve dans une situation lamentable, hormis Casablanca et Rabat , il y a lieu de revoir en profondeur l’ensemble des autres établissements de santé mentale qui nécessitent plus de moyens humains, matériels, médicaments et des locaux adaptés pour veiller à la dignité des malades.
Les textes de loi concernant la santé mentale datent de 1959, ils sont de ce fait dépassés, nous allons soumettre très bientôt un projet qui soit à même de repositionner la santé mentale avec les exigences de ce XXIème siècle.
S’agissant des personnes âgées, le professeur Louardi a tenu à rappeler que l’espérance de vie dans notre pays est de 78 ans, que et-ce grâce aux progrès de la médecine et aux conditions de vie qui sont meilleurs cette espérance de vie connaitra une courbe exponentielle, ce qui signifie que nous allons devoir faire face a une demande plus importante de soins liée aux pathologies du troisième âge. Il s’agit pour le ministère de la santé de construire des services spécialisés dans la prise en charge des ses citoyens. Le professeur Louardi a indiqué que dans un premier temps son département va mettre en place 3 services de gériatrie (médecine des personnes âgées) et que des services similaires pourraient voir le jour et ce en fonction de la demande.

Prix des médicaments

Concernant la politique du médicament et plus particulièrement le dossier qui a fait couler beaucoup d’encre, celui de la baisse des prix de certains médicaments, le ministre de la santé a tenu à rappeler que le prix des médicaments n’est qu’un petit aspect de la problématique de la politique du médicament. Les médicaments dont les prix sont anormalement élevés ou dont les prix sont aberrents, connaitront une révision à la baisse et ce conformément aux textes de loi en vigueur. Nous restons à l’écoute de tous les acteurs qui participent à la politique du médicament dans notre pays (prescripteurs -industrie pharmaceutique–répartiteurs, pharmaciens d’officine…).

Subvention des hôpitaux

Les subventions octroyées aux hôpitaux seront désormais accordées en fonction de critères dont la méritocratie. On ne se contentera plus de donner ou de reconduire ces subventions automatiquement comme cela était le cas, Tous les hôpitaux doivent mériter la subvention qu’ils reçoivent, celle-ci connaitra des augmentions ou des baisses.
Le ministre de la santé a mis l’accent sur la nécessité pour les hôpitaux de saisir toutes les chances qui s’offrent à eux en étant plus créatifs , plus imaginatifs, plus compétitifs pour inciter plus les malades qui sont assurés (AMO) de venir se faire traiter au niveau des structures hospitalières qui sont très bien équipées et où exercent de très grandes compétences.
Aujourd’hui, 94% des assurés vont au niveau des cliniques privées et seuls 4% s’adressent aux hôpitaux, ce n’est pas normal, des efforts dans tous les domaines doivent être entrepris.

Ressources humaines

Au sujet des ressources humaines, le professeur Louardi, regrette que seulement 2 000 postes budgétaires soient octroyés à son département parmi les 4 300 postes prévus. S'agissant de la formation, 3 060 places sont vacantes dans les instituts de formation aux carrières de la Santé pour la prochaine rentrée 2012-2013.
Le ministère compte également recruter les lauréats des écoles privées accréditées (filières paramédicales), le ministre n’a pas manqué de rappeler que ce sont des Marocains et des Marocaines et qu’à ce titre, elles et ils ont les mêmes droits concernant l’accès aux emplois. A cela s'ajoute l'invitation faite par le ministère de la Santé au département de l'Enseignement supérieur pour actualiser l'initiative 3 300 médecins à l'horizon 2020, permettant de pallier la carence enregistrée dans le nombre des médecins.
La formation continue a bénéficié de 15.800.000 DH pour l’année 2012 contre seulement 11 million de DH pour l’année 2011
Eu égard à l’importance et à la pertinence du contenu de ce premier bilan qu’à dressé le ministre de la santé devant les représentants de la presse nationale (presse écrite – audio-visuelle…) et eu égard à l’importance et aux enjeux politiques et économiques que revêt le secteur de la santé, nous reviendrons dans d’autres éditions sur le contenu de ce bilan.


D’ici là portez-vous bien.

Par la suite des actions multiples sont entreprises, elles ont concerné toutes les régions et, consistent à procéder à une répartition plus juste, plus équitable et plus harmonieuse et cohérente de tous les moyens dont dispose le ministère de la santé afin de garantir à tous les citoyens une offre de soins digne de ce nom.

La transparence la plus totale
Six mois après ce travail continu, il devenait normal pour le professeur Louardi qui est un homme pragmatique de venir présenter son premier bilan. Conformément aux exigences de la nouvelle constitution et plus particulièrement son article 13 , qui stipule que les pouvoirs publics œuvrent à la création d’instances de concertation, en vue d’associer les différents acteurs sociaux à l’élaboration, la mise en œuvre et l’évaluation des politiques publiques.
Le ministère de la santé se fait un devoir de présenter le bilan des 6 premiers mois de gestion exercés depuis l’investiture du professeur Houssein Louardi au poste de ministre de la santé le Février 2012. Le ministre, a animé un point de presse, le Mercredi 15 aout 2012 dans la salle de réunion de son département en présence de l’ensemble de ses collaborateurs. Ce point de presse auquel ont pris par de nombreux représentants des différents médias de la presse écrite et audio-visuelle, intervient après six mois d’exercice du ministre à la tête du département de la santé. Cette rencontre avec les journalistes a été l’occasion pour le professeur Louardi de dresser le bilan des actions réalisées par son département et les perspectives conformément au plan d’action de son département pour la période 2012-2016.
En grand gentlemen, M. Louardi n’a pas cherché à dénigrer, à critiquer de mauvaise foi ou a vilipender ceux qui l’on précédés comme se plaisent certaines mauvaises langues à le répéter, mais a salué le travail réalisé par son prédécesseur mettant en exergue les acquis et les chantiers ouverts à cette époque. Le ministre de la santé a rappelé qu’aujourd’hui, il s’agit de poursuivre les chantiers déjà lancés et de consolider les acquis.

Priorité aux mesures urgentes
Les mesures urgentes que nous avons ciblées au ministère de la santé sont au nombre de 55, nous avons pu réaliser 42 mesures soit 77% du total. Parmi ces mesures, il y a en 7 qui sont très importantes :
1 / la généralisation du RAMED : c’est un chantier qui revêt une très grande importance eu égard aux enjeux que représente ce projet social pour notre pays. Pour assurer une réussite au RAMED qui a été lancé, Sa Majesté le roi Mohammed VI en mars dernier, le département de la Santé a dû dans un premier temps former 5 200 agents pour manager ce régime. A cela s’ajoutent la création des guichets RAMED et des unités d’assistance sociale hospitalière ainsi que l’activation d’un système de facturation RAMED. Le ministre a indiqué que pour la période allant du 2 avril à fin juin, 1,2 million de dossiers RAMED ont été déposés, dont
160 000 ont été acceptés. L’affluence des bénéficiaires vers les hôpitaux a atteint 53 000 cas, dont 7 500 hospitalisations. Les malades qui sont pris en charge grâce au régime RAMED bénéficient gratuitement de toutes les prestations, des médicaments, des radios, scanners, bilans, et prothèses. Grace au RAMED, 03 greffes de rein et de moelle ont pu être réalisées, c’est un acquis très important.
2 / Dialogue social : publication de 8 décrets adoptés conformément aux engagements pris par le gouvernement lors du dialogue social. Il s’agit, entre autres, des indemnités de garde , de la prime de risque, de la prime de responsabilité ainsi que d’autres acquis qui vont s’ajouter pour permettre aux professionnels de santé ( médecins-infirmiers –administratifs...) de pouvoir travailler dans de meilleurs conditions.
3 / Exécution des recommandations du programme intidarat lancé le 5 Avril 2012 et des sessions d’écoute que le ministère de la santé a organisé entre le 26 juin et le 5 juillet, afin de débattre sur des thèmes tels que la promotion du droit à la santé, les modes de financement du système de la santé, la politique médicamenteuse… Elles s’inscrivent dans le cadre des dispositions de la Constitution relatives à la mise en place d’organismes de consultation. Cette approche vise les citoyens au développement de la Charte nationale pour la santé.
4 / Gratuité des accouchements et de toutes les prestations dont bénéficient les femmes enceintes, même en cas de complications graves nécessitant de gros moyens, le ministère de la santé se charge de tout gratuitement.
5 / Adoption de la stratégie nationale de lutte contre le Sida (2012-2016) et son adhésion par tous nos partenaires dans la lutte contre le Sida
6 / Ouverture du centre d’oncologie du CHU Hassan II à Fès, un centre moderne , sophistiqué, disposant de la dernière technologie en matière de diagnostic, de traitement et de lutte contre le cancer .Régionalisation de la prise en charge du cancer
7 / Les nominations aux différents postes de responsabilités se feront sur la base d’un contrat programme, des capacités de chaque candidat et de certains critères que retiendra la commission chargée de ce dossier et ce dans la plus grande transparence. La méritocratie prévaudra en vue de démocratiser l’accès aux postes de décisions.

D’autres mesures attendent
Ceci étant, le professeur Louardi a tenu à rappeler que 13 autres mesures urgentes vont bientôt voir le jour conforment à un calendrier préétabli par son département, il s’agit notamment de l’adoption du décret portant sur le partenariat avec les médecins du secteur privé qui va demander quelques semaines tout au plus, mais d’ore, et déjà nous pouvons dire que c’est acquis et le ministère des finances nous a accompagnés. Nous allons choisir les spécialités dont nous avons besoin là où il y a un manque surtout au niveau de certaines régions. Ils pourront assurer les consultations spécialisées, assurer aussi des gardes aux côtés des médecins du secteur public. Ces médecins spécialistes seront payés en retour par le ministère à hauteur de 5.000 DH / mois.
Concernant les dispositifs médicaux dont les coûts sont hors de portée des malades pauvres et démunis, tels les prothèses et autres matériels onéreux mais nécessaires pour mener à bien certaines interventions chirurgicales, ils seront donnés gratuitement par les hôpitaux, le professeur Louardi a décidé d’octroyer dans ce sens une enveloppe de 150 millions de DH pour les CHU afin de venir en aide aux malades.
Accord avec la Banque mondiale pour le financement de tout ce qui est maintenance , équipement et construction des structures sanitaires qui seront confiées au secteur privé , et tout ce qui est soins sera réalisé par les professionnels de santé de telle sorte que chacun pourra exceller dans son propre domaine . Le plus bel exemple en la matière est celui de l’hôpital Moulay Youssef à Rabat qui sera entièrement construit et équipé par le secteur privé». Toujours dans les 13 mesures qui restent à concrétiser il y a la loi amendant le règlement des CHU qui verra très bientôt le jour.

Le RAMED
Abordant le volet relatif au RAMED qui a été lancé par sa majesté le roi Mohammed VI le 13 Mars 2012 et dont les premières cartes ont été remises aux bénéficiaires de ce régime d’assistance médicale le 9 Avril 2012, le professeur Louardi a fait savoir que son département, en vue d’accompagner comme il se doit ce nouveau produit, a entamé la formation de 5 200 agents sanitaire affectés à manager ce régime. A cela s’ajoutent la création des guichets RAMED et des unités d’assistance sociale hospitalière ainsi que l’activation d’un système de facturation RAMED. Le professeur Houssein Louardi a indiqué que pour la période allant du 2 avril à fin juin, 1,2 million de dossiers RAMED ont été déposés, dont 160 000 ont été acceptés. Il a expliqué que beaucoup de nos concitoyens n’ont pas encore bien compris ce qu’est le RAMED, puisqu’un grand nombre parmi celles et ceux qui adressent leur demande ne sont pas concernés par ce régime, c’est le cas des commerçants, de certains retraités, de personnes qui ont l’AMO, mais qui veulent malgré tout disposer de cartes RAMED, ce qui bien entendu reste impossible.
Toujours concernant le RAMED et son utilisation par les détenteurs des cartes, on a enregistré 53 000 passages au niveau des hôpitaux pour consultations qui ont nécessité l’hospitalisation de 7 500patients pour diverses pathologies.

Les Urgences
Abordant le volet relatif aux services des urgences, le professeur Louardi n’a pas manqué de rappeler que la situation actuelle n’est pas satisfaisante, que nos services d’urgence nécessitent une refonte en profondeur, une réorganisation et une mise à niveau. Le professeur Louardi sait très bien de quoi il parle puisque lui-même est urgentiste.
De ce fait, les urgences sont une de ses priorités. Qui dit urgence, dit médecin urgentiste mais aussi infirmiers spécialisés dans la prise en charge des urgences. Dans ce sens et pour la première fois au Maroc, un module de formation entièrement consacré à la formation tant théorique que pratique des infirmiers en soins d’urgences va voir le jour.
Pour pallier au plus urgent et afin de réorganiser et d’harmoniser ces structures, le ministère de la santé a procédé à la mise en place de 80 unités de médecine d’urgence de proximité qui devront profiter aux habitants des zones rurales là où il n’y avait auparavant rien.
Dans ce même ordre d’idées, le ministère a lancé 20 unités de SAMU Obstétrical rural destinés à lutter contre la mortalité maternelle et infantile et à participer à la maternité sans risque. Le département de la santé a acquis à cet effet 55 ambulances et 6 hôpitaux mobiles qui apporteront une aide précieuse aux habitants des zones difficiles d’accès.
En second lieu, il s’agit de développer, d’équiper et de restructurer les différents pôles d’urgences spécialisés, qui accueilleront plus de 6 millions de Marocains.
A Marrakech, il y aura la construction d’un trauma-center acquérir, une structure moderne, bien équipée, le ministère de la santé disposera aussi et ce pour la première fois d’un hélicoptère, qui sera testé à Marrakech.
Parlant de l’offre de soins hospitalière, le ministre de la santé n’a pas manqué de souligner que celle-ci reste en deca des attentes et des objectifs escomptés.
Le Taux d’hospitalisation au niveau des hôpitaux est faible, il atteint à peine 4 %, le ministère de la santé entend tout mettre en œuvre pour que ce taux soit de 6 ou 7 % en 2013.

Santé mentale et Gériatrie
Les structures de la médecine mentale (psychiatrie) se trouve dans une situation lamentable, hormis Casablanca et Rabat , il y a lieu de revoir en profondeur l’ensemble des autres établissements de santé mentale qui nécessitent plus de moyens humains, matériels, médicaments et des locaux adaptés pour veiller à la dignité des malades.
Les textes de loi concernant la santé mentale datent de 1959, ils sont de ce fait dépassés, nous allons soumettre très bientôt un projet qui soit à même de repositionner la santé mentale avec les exigences de ce XXIème siècle.
S’agissant des personnes âgées, le professeur Louardi a tenu à rappeler que l’espérance de vie dans notre pays est de 78 ans, que et-ce grâce aux progrès de la médecine et aux conditions de vie qui sont meilleurs cette espérance de vie connaitra une courbe exponentielle, ce qui signifie que nous allons devoir faire face a une demande plus importante de soins liée aux pathologies du troisième âge. Il s’agit pour le ministère de la santé de construire des services spécialisés dans la prise en charge des ses citoyens. Le professeur Louardi a indiqué que dans un premier temps son département va mettre en place 3 services de gériatrie (médecine des personnes âgées) et que des services similaires pourraient voir le jour et ce en fonction de la demande.

Prix des médicaments
Concernant la politique du médicament et plus particulièrement le dossier qui a fait couler beaucoup d’encre, celui de la baisse des prix de certains médicaments, le ministre de la santé a tenu à rappeler que le prix des médicaments n’est qu’un petit aspect de la problématique de la politique du médicament. Les médicaments dont les prix sont anormalement élevés ou dont les prix sont aberrents, connaitront une révision à la baisse et ce conformément aux textes de loi en vigueur. Nous restons à l’écoute de tous les acteurs qui participent à la politique du médicament dans notre pays (prescripteurs -industrie pharmaceutique–répartiteurs, pharmaciens d’officine…).

Subvention des hôpitaux
Les subventions octroyées aux hôpitaux seront désormais accordées en fonction de critères dont la méritocratie. On ne se contentera plus de donner ou de reconduire ces subventions automatiquement comme cela était le cas, Tous les hôpitaux doivent mériter la subvention qu’ils reçoivent, celle-ci connaitra des augmentions ou des baisses.
Le ministre de la santé a mis l’accent sur la nécessité pour les hôpitaux de saisir toutes les chances qui s’offrent à eux en étant plus créatifs , plus imaginatifs, plus compétitifs pour inciter plus les malades qui sont assurés (AMO) de venir se faire traiter au niveau des structures hospitalières qui sont très bien équipées et où exercent de très grandes compétences.
Aujourd’hui, 94% des assurés vont au niveau des cliniques privées et seuls 4% s’adressent aux hôpitaux, ce n’est pas normal, des efforts dans tous les domaines doivent être entrepris.

Ressources humaines
Au sujet des ressources humaines, le professeur Louardi, regrette que seulement 2 000 postes budgétaires soient octroyés à son département parmi les 4 300 postes prévus. S’agissant de la formation, 3 060 places sont vacantes dans les instituts de formation aux carrières de la Santé pour la prochaine rentrée 2012-2013.
Le ministère compte également recruter les lauréats des écoles privées accréditées (filières paramédicales), le ministre n’a pas manqué de rappeler que ce sont des Marocains et des Marocaines et qu’à ce titre, elles et ils ont les mêmes droits concernant l’accès aux emplois. A cela s’ajoute l’invitation faite par le ministère de la Santé au département de l’Enseignement supérieur pour actualiser l’initiative 3 300 médecins à l’horizon 2020, permettant de pallier la carence enregistrée dans le nombre des médecins.
La formation continue a bénéficié de 15.800.000 DH pour l’année 2012 contre seulement 11 million de DH pour l’année 2011
Eu égard à l’importance et à la pertinence du contenu de ce premier bilan qu’à dressé le ministre de la santé devant les représentants de la presse nationale (presse écrite – audio-visuelle…) et eu égard à l’importance et aux enjeux politiques et économiques que revêt le secteur de la santé, nous reviendrons dans d’autres éditions sur le contenu de ce bilan.
D’ici là portez-vous bien.



Accompagner la mise en œuvre du RAMED

Le ministre de la Santé, El Hossein El Ouardi, a indiqué, mercredi à Rabat, que 77% des 42 mesures d'urgence prises par son département ont été concrétisées durant le premier semestre de l'année en cours.
Dans le cadre du RAMED, le ministère de la Santé a assuré des stages au profit de 5.200 de son personnel, a souligné le ministre, notant qu'il a été procédé également à l'ouverture de guichets RAMED et à l'affectation de quelque 150 millions de DH aux hôpitaux publics pour accompagner la mise en œuvre de ce nouveau régime.
Il a été procédé également à la création de 20 unités médicales d'accouchement de proximité et au développement des pôles d'urgences spécialisés à Oujda, Marrakech, Casablanca et Sidi Bennour, a poursuivi le ministre.
_________________
DR IDRISSI MY AHMED
aamm25@gmail.com
Back to top
Publicité






PostPosted: Fri 17 Aug - 20:43 (2012)    Post subject: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Back to top
Display posts from previous:   
Post new topic   Reply to topic    Forum des Médecins Au Maroc Forum Index -> La Médecine Au Maroc -> Actualités professionnelles et Infos All times are GMT
Page 1 of 1

 
Jump to:  

Portal | Index | Create a free forum | Free support forum | Free forums directory | Report a violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group