Forum des Médecins Au Maroc Index du Forum

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Droit de substitution, forfait au lieu de marge...,

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum des Médecins Au Maroc Index du Forum -> La Médecine Au Maroc -> Actualités professionnelles et Infos
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
DR IDRISSI MY AHMED
Soleil
Soleil

Hors ligne

Inscrit le: 22 Juin 2008
Messages: 938
Localisation: Kénitra

MessagePosté le: Jeu 21 Juin - 23:33 (2012)    Sujet du message: Droit de substitution, forfait au lieu de marge..., Répondre en citant

 Droit de substitution, forfait au lieu de marge..., ce que sera la nouvelle politique du médicament
 
http://www.google.com/buzz/post
L'accessibilité et la disponibilité des produits sont les deux grands objectifs de cette nouvelle politique. Plus de transparence et de célérité dans les procédures d'enregistrement et d'octroi des autorisations de mise sur le marché. 
 
Le ministère de la santé est sur le point de finaliser la politique pharmaceutique nationale. Ce projet, relancé il y a quelques semaines par le ministre de la santé, El Hossein El Ouardi, est le fruit de concertations avec les professionnels concernés, notamment les industriels du médicament et les pharmaciens d’officine. Une fois finalisée, la politique pharmaceutique nationale sera dévoilée avant la fin de l’année. Mais avant sa présentation officielle, la politique pharmaceutique sera soumise, dans quelques jours, au gouvernement pour validation. 

Selon la direction du médicament et de la pharmacie, la politique pharmaceutique nationale veut d’abord garantir l’accessibilité et la disponibilité du médicament. La concrétisation de ces objectifs passera essentiellement par la promotion du générique et l’organisation du circuit de distribution. Pour y arriver, il faudra travailler sur d’autres points dits spécifiques, notamment l’usage rationnel du médicament, l’efficacité des produits pharmaceutiques, la transparence et la bonne gouvernance au niveau des procès d’enregistrement et d’octroi des autorisations de mise sur le marché. Certains laboratoires, en particulier les fabricants de génériques, ont souvent dénoncé, rappelons-le, la lenteur des procédures d’enregistrement des médicaments, qui peuvent aller jusqu’à deux ans alors que dans d’autres pays, la procédure ne prend pas plus de quelques mois. 

Le droit de substitution par des génériques sera instauré

Concernant le générique, qui représente 28% du marché privé du médicament et 80% du marché public, il faudra agir sur deux points : la révision du mode de fixation du prix des médicaments et la modification de la marge des pharmaciens. «Nous allons bientôt boucler l’arrêté relatif à la fixation des prix», indique la direction du médicament et de la pharmacie. Elle est peu diserte sur le nouveau mode de fixation des prix, mais on retiendra que son application se traduira par la baisse du prix de certains médicaments. La révision de la marge des pharmaciens qui est actuellement de 30% aussi bien pour le générique que pour le princeps, à la hausse ou à la baisse en fonction du produit, devrait également avoir la même implication en sus d’«une amélioration de la situation des pharmaciens», soulignent les responsables de la direction du médicament.

Outre cette révision, les pharmaciens pourraient être payés à l’acte dans le cas des traitements lourds, pour lesquels leur marge de 30% rend le prix du produit prohibitif. Ce système, adopté par plusieurs pays européens et anglo-saxons, substituerait la marge par un forfait qui serait versé par les organismes gestionnaires de l’assurance maladie. Des discussions sont actuellement en cours avec ces derniers. L’idée est qu’en agissant de la sorte, l’accès aux médicaments chers soit facilité et tout le monde y trouverait son compte.

Le pharmacien devrait également se voir accorder le droit de substitution, possibilité de prescrire un médicament autre que celui prescrit par le médecin, mais aux mêmes effets thérapeutiques. Une mesure qui, pense-t-on, se traduirait par une hausse du taux de pénétration des génériques. Longtemps revendiqué par les pharmaciens, ce droit de substitution nécessite toutefois des mesures d’accompagnement, notamment la mise en place d’une marge spécifique et l’élaboration d’une liste de médicaments génériques qui peuvent être donnés en substitution. 

Enfin, à propos du circuit de distribution du médicament, le ministère insiste sur le fait qu’il est bien verrouillé mais qu’il faudra le sécuriser davantage en agissant sur certaines distorsions. Il cite par exemple le cas des médicaments achetés par la pharmacie de la Caisse nationale des organismes de prévoyance sociale (CNOPS). 
Si ces produits qui sont commercialisés à un prix hospitalier inférieur au Prix public Maroc (PPM) doivent être vendus, après le désengagement de la CNOPS, dans les officines, il faudra leur appliquer une marge réduite afin qu’ils soient toujours accessibles aux patients. En général, il s’agit de produits destinés au traitement des affections de longue durée (ALD) dont le prix fabricant est élevé (1 000 DH à 1 500 DH) et risque d’être encore plus élevé si l’on applique une marge de 30%. Une marge réduite est aussi prévue pour les médicaments vendus dans les pharmacies des cliniques. 



Marché des médicaments : Une consommation de 259 DH par habitant et par anEn dépit de la crise économique, le marché des médicaments a continué à croître en 2011 avec un chiffre d’affaires qui s’est élevé à 8,29 milliards de DH - en hausse de 4%, en un an - pour un volume de 292 millions d’unités (flacons, boîtes de comprimés, ampoules et injectables) vendues. Fait marquant, le générique gagne du terrain même au sein du secteur privé de la santé puisque ses ventes, en volume, ont crû de 7% alors que celles des princeps n’ont progressé que de 2,6%. A fin 2011 donc, le taux de pénétration du médicament générique (tous secteurs confondus) était de 29,9% et il avait rapporté au secteur du médicament 30,6% de son chiffre d’affaires annuel. 

Dans tous les cas, la part du générique dans la prescription médicamenteuse au Maroc reste faible. Aux Etats-Unis, par exemple, elle était, à fin 2010, de 60%. Autre spécificité du marché marocain, une faible consommation de médicaments per capita puisqu’elle se situe à 259 DH/hab/an. Une faiblesse due notamment au fait que les médicaments les plus vendus sur le marché restent des analgésiques, des pilules contraceptives et des sirops pour l’appétit, dont le prix reste peu élevé (cf : www.lavieeco.com). Seule exception majeure, Augmentin, antibiotique à la très forte notoriété sur le marché marocain.




Aziza Belouas. La Vie éco
www.lavieeco.com
2012-06-21
_________________
DR IDRISSI MY AHMED
aamm25@gmail.com
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Jeu 21 Juin - 23:33 (2012)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
bigmaroc
Actif
Actif

Hors ligne

Inscrit le: 15 Juil 2011
Messages: 140
Localisation: maroc

MessagePosté le: Ven 22 Juin - 15:30 (2012)    Sujet du message: Droit de substitution, forfait au lieu de marge..., Répondre en citant

merci bccccp DR IDRISSI MY AHMED pour l'infos.


mais en tant que médecin le fait d'accorder aux pharmaciens le droit de substitution de médicaments sur les ordonnances de médecins va engendrer une guerre sans merci entre pharmaciens & médecins;car a quoi sert une ordonnance si un revendeur (avec niveau bac) chez un pharmacien aura le droit de substituer les médicaments prescrits par un médecin (bac+8ans).waw ces pharmaciens seront donc gâtés.
_________________
vive le partage
Revenir en haut
DR IDRISSI MY AHMED
Soleil
Soleil

Hors ligne

Inscrit le: 22 Juin 2008
Messages: 938
Localisation: Kénitra

MessagePosté le: Ven 22 Juin - 23:12 (2012)    Sujet du message: A PROPOS DU PRIVILÈGE, DU DROIT ET DE L’UTILITÉ DE LA SUBSTITUTION DES MÉDICAMENTS Répondre en citant




A PROPOS DU PRIVILÈGE,  DU DROIT ET DE L’UTILITÉ DE LA SUBSTITUTION     
 
 
  
 
 
(Du changement automatique des médicaments prescrits par le médecin de par le pharmacien)    
 
 
 Cher confrère, ou chers confrères, en fait !   
 
 
  
 
 
 LES PHARMACIENS SONT NOS CONFRERES ET NOS COMPLEMENTS    
 
 
  
 
 
 Ce sont eux qui ont fait longtemps office de RAMED (avant sa création)  et qui le continueront en offrant les premiers soins, familiaux et familiers, les conseils adéquats gratuits , et toute la panoplie de la médecine de proximité et de première intention, avec le concours des dispensaires et des centres de santé   .   
 
 
C'était justifié avant l'AMO et quand le nombre des médecins était très insuffisant  et qu'il fallait soulager le peuple . C'est évident !     
 
 
 (Mais, les médecins, les pauvres, sont devenus fort nombreux, découverts et sans retraite, quasiment dévitalisés de leurs '' attributs'' ou attributions professionnelles ! )   
 
 
  
 
 
MAINTENANT SI ON VEUT COPIER LES FRANÇAIS,    
 
 
  
 
 
* ( Eux, qui ont 5 siècles d'avance, plus 1 heure !). Eux, qui restent si riches et de grands inventeurs, capables d'innover dans la haute technologie) !! Et si l'on veut copier ' ' isolément '' leurs nouvelles habitudes, prescriptives , leurs lois et leur bonne SECU, généralisée…Il faudra se réveiller de bonne heure ! Et ce, avec comme seul recours , notre squelettique CNSS. Caisse souvent décharnée, dénudée, volée par ses gestionnaires et ses créateurs…Ces gens , qui ont créé les Policliniques pour supplanter le Privé et massacrer ses spécialistes et leurs cliniques, et qui ont ouvert leurs portes, larga manu, aux enseignants pour le TPA et autres fonctionnaires prestataires..etc. …Je passe !   
 
 
  
 
 
IL  NOUS FAUDRAIT OBSERVER QUELQUES RESERVES :    
 
 
*( Démocratiques, éthiques et déontologiques,)  pour ne pas ruiner les Généralistes et les protéger, au besoin…Si le Ministre , le Pr  Houcine El Ouardi , qui est l'un de leurs formateurs, leur concède un réel soutien, contre vents et marées.…( Ou alors, qu'il agisse, et qu'on agisse, pour ne plus former, de Médecins, les MG  en premier, s'ils sont socialement inutiles ) !  A moins de leur donner un petit cabinet , aux MGP, du moins, les plus lésés, ( où se nicher, speculum sous la patte et stéthoscope au col, sous le comptoir pharmacien, ou à côté,  s'il reste de la place et s'ils peuvent encore être utiles !)    
 
 
  
 
 
SI L'ON TIENT, PAR PHARMACIENS INTERPOSES, ET MÉDECINS EXCLUS DU DIALOGUE,    
 
 
 A COPIER LA FRANCE POUR LES SOIT-DITES ECONOMIES DE LA CNSS   
 
 
DES RESERVES DE PRINCIPE SONT LEGITIMES ET RAISONNABLES. ELLES SONT :    
 
 
  
 
 
* De téléphoner obligatoirement au médecin pour le mettre au courant, dans chaque cas, des changements opérés sur telle ou telle ordonnance !  Et de dire leur utilité, selon les Apothicaires, pour le changement . La communication, cas par cas et le dialogue, sont souhaitables, pour le bien du Patient. Car, vis à vis du malade, le Médecin est l'examinateur attitré, tel qu'il a été choisi librement par le Malade. Il est son  prescripteur UNIQUE. Et à ce titre, LE MÉDECIN reste dument et obligatoirement, légalement, le SEUL responsable du contenu de l'ordonnance ! De ses faits et méfaits ….   
 
 
* Ainsi le médecin, (couvert par une assurance, pour sa responsabilité professionnelle devant les malades) peut reporter la correction, le changement,  survenu  du fait du Pharmacien, sur son propre dossier du Malade. Comme cela, il ne sera pas surpris au contrôle éventuel du malade, ou devant l'échec, par une médication dont il n'aurait nulle connaissance, pour ne pas avoir été informé , au préalable , du changement ! Cette substitution de la molécule originale, par un générique, est sensée n'être qu'une transaction ! (motivée pour l'économie pour la Caisse de Sécu ). Et non pas un privilège commercial contracté,  au profit d'une spécialité pharmaceutique obtenue, selon un marché particulier. Le genre d'opérations encore commercialement légales. Elles laissent profiter des faveurs d'unités gratuites et autres avantages matériels concédés sur les grands chiffres par les Labos . Ces contrats peuvent pousser éventuellement les vendeurs à obliquer électivement vers ou sur une seule prescription - avantageuse-!    Quelles  garanties aurions-nous alors, nous  les médecins, de ne pas être exclus par une force majeure sur le décours et le devenir de nos propres ordonnances ?  Ce serait, une sorte de ''cocufication légalisée'' ....  
 
 
  
 
 
Qui est alors, légalement responsable , à ce moment, en cas de problème aggravant,  si le générique choisi est mal toléré, ou qu'il soit insuffisant ou qu'il présente un autre défect ? Quelles retombées négatives sur notre supposé savoir (-faire)et notre respect ( résiduel) par le malade ? Le patient marocain,  qui ne comprendra pas toujours ces changements( utiles) ou qui préfère ,de droit, être traité par une médicament du choix de son médecin. Critères longtemps inculqués, car un médicament fondamental, issu de la recherche d'une grosse boîte étrangère, (effet placebo ou accréditation ?) représente pour lui toutes les garanties souhaitées. Celles entendues, que l'on attache toujours aux médicaments princeps. Encore que….   
 
 
  
 
 
Qu'est-ce qu'il gagne, le pharmacien, en fait ? Car la marge sur un princeps est supérieure, pour le moment, à celle prise sur un générique, qui est toujours vendu moins cher !    
 
 
  
 
 
Qu'est-ce qu'il gagne, le pharmacien local,  avec un droit, qui existe ailleurs, pour la consommation et l'usage locaux de la seule Caisse de Sécu française ? A ce que je sache, ce ne sont pas les locomotives de l'AMO ni celles de la CNSS qui  ont agité "" ce prétendu droit "" , pour se le copuler, à la marocaine !! Un droit '' d'ingérence '' que l'on récuse pertinemment ailleurs, chez les pays qui se respectent, ce par comparaison !!    
 
 
  
 
 
Qui a pondu cette loi ? Et pour quel usage utile ?    
 
 
  
 
 
Et lorsqu'on sait que les pharmaciens de France N'ont pas le droit, comme ici, aux ventes libres des médicaments, sans ordonnances médicales,  ni de procéder à un quelconque examen médical, d'ailleurs   !  C'est vrai que nos pharmaciens n'examinent pas les malades ...  
 
 
Nous n'avons pas TOUS les droits des Français, alors pourquoi, exiger celui-ci, en particulier ? Sans importer les autres droits , dont usent et abusent les Français…Ne serait-ce que le ''putain de visa'' que la France ''normo-identitaire'', exige des nous, ses anciens ''indigènes''!  
 
 
  
 
 
C'est un copié-collé à l'envers  et sur le dos ! 
 
 
  
 
 
!! Je ne parle pas des autres règles de la Démocratie, du respect des normes citoyennes et autres avancées modernes, dont ils jouissent....Dès lors, quand vous parlez du DROIT DE SUBSTITUTION, c'est en fait du droit de substitution du Médecin Généraliste PRIVÉ , dont il s'agit, peut-être ?  
 
 
  
 
 
Le Ministre de la Santé, le Président de l'Ordre, ont-il réfléchi à l'utilité de ce faire, avant la CNSS, première concernée ? Ont-ils songé aux prescripteurs ? A leurs syndicats? ? C'est le dernier de leurs soucis. Ces syndicats, multi fractionnés, sans appuis,  sont éloignés des centres de décision et de discussion ! Ils ne représentent plus une force coercitive ni une communauté que l'on considèrerait encore comme ayant beaucoup de poids.   
 
 
  
 
 
Leurs avis ont été rendus inutiles ou gênants…Ce depuis la "militarisation" du Conseil de l'Ordre, l'invasion des Polycliniques sécuritaires sociales, la prééminence ostentatoire du TPA, la fonte et la ''patchisation'' de leurs Syndicats, la perte de leurs attributs enfin et leurs prérogatives par l'ANAM…    
 
 
  
 
 
Merci de me répondre et de demander leur avis, sincère, loyal, à nos amis pharmaciens et autres décideurs, exécutifs et parlementaires, sans polémique inutile, mais en pesant tous les paramètres que j'ai pu citer , pour le moment, dans ce texto spontané  ! Le but est d'être utile à tous !    
 
 
  
 
 
Dr Idrissi My Ahmed,  Kenitra, le 22 juin 2012   
 
 

_________________
DR IDRISSI MY AHMED
aamm25@gmail.com


Dernière édition par DR IDRISSI MY AHMED le Sam 23 Juin - 20:57 (2012); édité 6 fois
Revenir en haut
Dr mounia
Soleil
Soleil

Hors ligne

Inscrit le: 17 Avr 2009
Messages: 995

MessagePosté le: Sam 23 Juin - 00:21 (2012)    Sujet du message: Droit de substitution, forfait au lieu de marge..., Répondre en citant

A bigmaroc

le fait d'accorder le droit de substitution aux pharmaciens,à mon avis,est 1 droit légitime du pharmacien étant donné que ce dernier maitrise mieux la pharmacocinétique,la biodisponibilité,la formulation.....du mdct, en grossomodo:le pharmacien est l'homme du mdct. Le pharmacien dispense le mdct, d'ailleurs ses longues années d'étude le mettent au coeur du devenir du mdct.
Pourquoi il y aurait 1 guerre sans merci entre medecins et pharmaciens pr 1droit de substitution?
Permettez-moi de vs dire que le medecin et le pharmacien doivent collaborer ds l'intérêt du malade et n'oubliez pas qu'ils sont des confrères et surtt complémentaires(le medecin maitrise mieux les pathologies alors que le pharmacien excelle ds le domaine du mdct).Il faut voir le bon côté des choses; Ce droit de substitution va resoudre,pas mal de pbs,entre autre,le pbs lié au pouvoir d'achat. La plupart du tps le malade sera contrarié,primo,par sa maladie;secundo, par le coût excessif des mdcts prescrits par son medecin et au lieu de resoudre son premier problème,on lui rajoute un deuxième!ce que j'essaye de vs expliquer: l'officinal est l'agent de santé le plus proche du malade et de ses soucis financiers.
1 dernier point: seul le pharmacien a le droit de substitution;je dis bien uniquement le pharmacien;il n'en a pas question pr les aide-pharmaciens
_________________
Donnez tjrs plus que vs n'espérez recevoir
Revenir en haut
Dr mounia
Soleil
Soleil

Hors ligne

Inscrit le: 17 Avr 2009
Messages: 995

MessagePosté le: Sam 23 Juin - 13:18 (2012)    Sujet du message: Droit de substitution, forfait au lieu de marge..., Répondre en citant

1 grand merci à Dr Idrissi My Ahmed,d'abord, pr cet article et surtt pr ses observations pertinantes et ses propositions logiques.

A mon avis, on ne doit pas voir l'instauration du droit de substitution comme 1 moyen d'exclusion du médecin ou bien la suprématie d'1 métier sur l'autre,loin de là. Pourquoi ce conflit pérpétuel entre médecin et officinal? Chacun a 1 apport potentiel pr soulager les maux du patient qui doit être au centre de leur intérêt. Jamais,le pharmacien ne prétendra qu'il pourra ausculter 1 malade au comptoir ou dire qu'1 consultation médicale est inutile.

Je pense que ce droit de substitution doit être instauré ds les régles de l'art.

Substituer 1 mdct doit être fait en concertation avec le medecin afin que ce dernier puisse suivre l'évolution du patient. Je trouve qu'on a 1 pb de communication. Il ne faut pas oublier que la responsabilité de chacun des 2,est engagée: le médecin,ds la prescription et le pharmacien, ds l'execution de l'ordonnance; Personne n'est épargné!
Dommage,depuis tjr,nos partenaires ns considèrent comme des distributeurs de mdcts sans réelle plus-value sur la santé publique, alors que seul le pharmacien pourra promouvoir et assurer le suivi de la pharmacovigilance officinale.
_________________
Donnez tjrs plus que vs n'espérez recevoir
Revenir en haut
DR IDRISSI MY AHMED
Soleil
Soleil

Hors ligne

Inscrit le: 22 Juin 2008
Messages: 938
Localisation: Kénitra

MessagePosté le: Sam 23 Juin - 20:31 (2012)    Sujet du message: Droit de substitution, forfait au lieu de marge..., Répondre en citant

JE VIENS DE CORRIGER QUELQUE PEU LE TEXTE 
C'EST MOI QUI VOUS REMERCIE DE VOTRE AIMABLE LECTURE.
_________________
DR IDRISSI MY AHMED
aamm25@gmail.com
Revenir en haut
bigmaroc
Actif
Actif

Hors ligne

Inscrit le: 15 Juil 2011
Messages: 140
Localisation: maroc

MessagePosté le: Ven 29 Juin - 08:47 (2012)    Sujet du message: Droit de substitution, forfait au lieu de marge..., Répondre en citant

Dr mounia a écrit:
A bigmaroc

le fait d'accorder le droit de substitution aux pharmaciens,à mon avis,est 1 droit légitime du pharmacien étant donné que ce dernier maitrise mieux la pharmacocinétique,la biodisponibilité,la formulation.....du mdct, en grossomodo:le pharmacien est l'homme du mdct. Le pharmacien dispense le mdct, d'ailleurs ses longues années d'étude le mettent au coeur du devenir du mdct.
Pourquoi il y aurait 1 guerre sans merci entre medecins et pharmaciens pr 1droit de substitution?
Permettez-moi de vs dire que le medecin et le pharmacien doivent collaborer ds l'intérêt du malade et n'oubliez pas qu'ils sont des confrères et surtt complémentaires(le medecin maitrise mieux les pathologies alors que le pharmacien excelle ds le domaine du mdct).Il faut voir le bon côté des choses; Ce droit de substitution va resoudre,pas mal de pbs,entre autre,le pbs lié au pouvoir d'achat. La plupart du tps le malade sera contrarié,primo,par sa maladie;secundo, par le coût excessif des mdcts prescrits par son medecin et au lieu de resoudre son premier problème,on lui rajoute un deuxième!ce que j'essaye de vs expliquer: l'officinal est l'agent de santé le plus proche du malade et de ses soucis financiers.
1 dernier point: seul le pharmacien a le droit de substitution;je dis bien uniquement le pharmacien;il n'en a pas question pr les aide-pharmaciens


a Dr mounia

voila un article publié hier au quotidien marocain liberation qui reponds a tt vos interrogations Dr mounia=


      Médecins et pharmaciens à couteaux tirés : Médicaments et génériques divisent les professionnels de la santé



Mohamed Naciri Bennani, secrétaire général du Syndicat national des médecins du secteur libéral, vient de lancer une bombe. Il a demandé au ministère de la Santé d’interdire aux pharmaciens de délivrer des médicaments sans consultation médicale et de suspendre la vente des médicaments génériques jusqu’à confirmation de leur efficacité. Selon lui, la prescription des médicaments est du ressort du médecin, seul responsable du  traitement des patients.
Intervenant lors d’une rencontre consacrée à la présentation de la politique nationale des médicaments par le ministre de la Santé, tenue mardi 26 juin à Casablanca, M. Bennani a expliqué que  le département de tutelle doit intervenir d’urgence pour interdire la vente de médicaments sans ordonnance par les officines puisque cet acte fait perdre aux médecins l’opportunité d’un diagnostic et d’un traitement précoce des maladies.
Concernant les génériques, il a indiqué que les médecins  sont prêts à discuter ce sujet mais à condition d’arrêter la commercialisation de ces médicaments tant qu’ils n’ont pas prouvé leur efficience. « Je ne dis pas que l’ensemble des génériques sont inefficaces mais certains le  sont et on a des dossiers qui établissent ce constat. On estime que les génériques mis sur le marché doivent fournir des bioéquivalences», a-t-il précisé.      
Des propos qui ont attisé les foudres des pharmaciens qui n’ont pas tardé à réagir avec véhémence. Pour eux, il n’est pas question de remettre en cause les compétences et la qualité de formation des pharmaciens. « On n’a pas de complexes vis-à-vis des médecins. Nous aussi on est bien formés et nos connaissances scientifiques en attestent», a lancé un pharmacien. « Je crois que les médecins doivent s’occuper de balayer devant eux avant de jeter la pierre aux pharmaciens car tout le monde sait que beaucoup de médicaments se vendent dans les cliniques et dans les cabinets médicaux. Le hic, c’est  que nous, on paie des fortunes en impôts alors que nos confrères médecins se contentent de quelques déclarations au fisc», fustige un autre avant d’être coupé par son collègue : «Un pharmacien n’est pas là pour faire le malin. Il joue pleinement son rôle en conformité avec les réglementations en vigueur».
Pour eux, il est clair que leur métier est moribond et qu’il ne faut en rajouter. Ils souffrent de l’augmentation exponentielle du nombre de praticiens qui dépasse aujourd’hui les 12.000, de la stagnation du pouvoir d’achat des malades, de la faiblesse de la couverture médicale et de l’effritement sans précédent du monopole du pharmacien qui ne dispense presque plus de dispositifs médicaux, de produits dits onéreux, de médicaments vétérinaires, de vaccins, d’insulines, de produits de dermocosmétologie, etc. « Les pharmaciens étouffent et ont besoin d’un bol d’oxygène.  Beaucoup d’entre nous ont mis les clés sous le paillasson faute de  marges correctes. Aujourd’hui, nos chiffres d’affaires ne dépassent plus les 8.000 DH», ont-ils lancé à l’adresse du ministre.
Cette rencontre a été également pour les pharmaciens une occasion pour se décharger de la responsabilité de la hausse des prix des médicaments. « Il n’y a pas que les pharmaciens qu’il faut pointer du doigt. Les prix des prestations des médecins, des biologistes et des radiographies sont également chers et personne n’en parle. On n’est qu’un maillon de la chaîne qu’il faut revoir de fond en comble », insiste un pharmacien.
Un autre va plus loin. D’après lui, le prix des médicaments n’est pas cher au Maroc. Il y a plutôt des disparités au niveau des prix. « S’il y a cherté, c’est du côté du pouvoir d’achat qu’il faut voir et tant qu’il y a une baisse de ce pouvoir, les médicaments vont être considérés comme chers », a-t-il indiqué.
En poursuivant dans le même sens, un autre pharmacien a révélé que les prix n’ont pas bougé depuis 17 ans. Depuis la fameuse augmentation de 2% pour les médicaments les plus déficitaires ordonnée par l’ex-ministre de la Santé, feu Mohamed El Harrouchi.
Pour leur part, les industriels estiment que les propos de M. Bennani concernant les génériques sont infondés puisqu’aucun médicament générique n’est mis sur le marché sans qu’il ait satisfait tous les critères. D’après eux, ces propos nuisent gravement au développement de ce genre de médicaments au Maroc qui ne dépasse pas un taux de consommation de l’ordre de 27% alors que ce dernier avoisine les 80% sous d’autres cieux.
De son côté, EL Houssaine Louardi, ministre de la Santé, s’est contenté durant presque deux heures de débats de distribuer les sourires aux différents intervenants. L’arbitre du match médecins/pharmaciens a préféré jouer la prudence. Pas question de prendre le parti d’un camp ou de l’autre. Tout doit se faire dans l’entente et le consensus.
« Le ministère est là pour jouer le rôle de régulateur et de garant de l’équité et non de dresser un camp contre l’autre », a-t-il plaidé. Donc pas de politique du médicament révolutionnaire ni des mesures bouleversantes.
Le ministre s’est contenté de faire de la qualité,  de l’accessibilité et de l’usage rationnel des médicaments une priorité. Et pour atteindre cet objectif, le ministère de la Santé mise, entre autres, sur l’amélioration du taux de pénétration du médicament générique et sur l’adoption de plus de transparence et de célérité dans les procédures d’enregistrement et d’octroi des autorisations de mise sur le marché des médicaments. Pas de quoi affoler les lobbies qui ont maintenant la certitude que leurs intérêts ne seront pas touchés.






Jeudi 28 Juin 2012   source = http://www.libe.ma/Medecins-et-pharmaciens-a-couteaux-tires-Medicaments-et-generiques-divisent-les-professionnels-de-la-sante_a28550.html
_________________
vive le partage
Revenir en haut
bigmaroc
Actif
Actif

Hors ligne

Inscrit le: 15 Juil 2011
Messages: 140
Localisation: maroc

MessagePosté le: Ven 29 Juin - 08:49 (2012)    Sujet du message: Droit de substitution, forfait au lieu de marge..., Répondre en citant

est-ce que la presence du pharmacien à son officine est obligatoire ou bien uniquement accrocher son diplome made in T..... est suffisant pour permettre aux vendeurs de vendre la marchandise .

est ce qu' un controle de presence se fait par les services du ministère ,


On attend une réponse ! ou plutot un contrôle        

_________________
vive le partage
Revenir en haut
Dr mounia
Soleil
Soleil

Hors ligne

Inscrit le: 17 Avr 2009
Messages: 995

MessagePosté le: Sam 30 Juin - 10:56 (2012)    Sujet du message: Droit de substitution, forfait au lieu de marge..., Répondre en citant


D’abord, je remercie bigmaroc pr la diffusion de l’article.

Je vais revenir sur 2 points : le premier concerne la réplique «…accrocher son diplôme  made in T…. » je me demande  pourquoi ce stigmatisme ? personnellement, j’ai tjrs fait confiance à l’Homme : c’est l’Homme qui fait(prépare) le diplôme et non le diplôme qui fait (valorise) l’Homme. Ainsi, il y a tjr 1 grand médecin Maazouzi qui (ds 1 pays en voie de développement comme le Maroc et avec des ressources très limitées) peut se faire distinguer sur la scène internationale ; et juste à 40 Km de chez lui, 1 petit médecin(je ne vais pas citer son nom),ds 1 patelin se nourrit en saprophyte sur l’ignorance de ses sujets/patients : ce fameux médecin utilise l’échographe pr diagnostiquer l’intetrigo ;c’est 1 triste exple parmi bien d’autres. Devant la loi, ils sont ts les 2 titulaires du même diplôme ms hélas, ce diplôme ne cache pas les même personnes, quel contraste !

Le deuxième repose sur la triste  notion de ‘guerre….’ qui se répète bien svt.  Pourquoi la guerre ? pourquoi le médecin et le pharmacien doivent être ds 1 etat de guerre ? Pourquoi ne pas promouvoir la culture de la paix et travailler en symbiose au lieu de la prédation ? Je pense q’1 personne qui fait la guerre avec son confrère le fera forcément avec son conjoint et avec soi-même car la guerre est 1 mentalité avant d’être 1 pratique. Pourquoi, encore, cette guerre âpre entre MGP et spécialiste ? ou encore les spécialistes entre eux ?C’est écœurant !Le moins qu’on puisse dire : c’est 1 pauvreté intellectuelle et 1 mentalité tribale. A mon avis, 1 médecin/pharmacien n’est pas seulement 1 sac de techniques, il doit être, à priori, plus que ça : c’est 1 personne cultivée, détachée de son égo, encadrée par l’éthique et la morale. Malheureusement, certains de nos cadres agissent comme si Rousseau n’a pas encore publié son «  contrat social ».

Ds le même ordre d’idées, j’ai tjr comparé notre système de santé à 1 machine. Cette machine consomme énormément et produit très peu mais, surtt  fait bcp de bruit à cause des frottements entre ses nombreuses poulies qui se percutent les dents. Les poulies ce sont ns : médecins, pharmaciens, législateur, décideurs…..On gaspille alors, bcp d’énergie et d’efforts ds des petits conflits marginaux pr finalement rester à la case de départ. Ce genre de pbs me rappelle l’œuvre « the citadel », d’1 homme de lettres anglais A.J. Cronin. Cet œuvre repose sur des faits réels tirés de l’expérience personnelle de son auteur qui était 1 médecin de renommée au début du 20ème siècle. « The citadel » est 1 véritable traité de la misère de la médecine anglaise de l’époque et qui, malheureusement ressemble sur +sieurs aspects à la nôtre.

Est-ce qu’il n’est pas grand temps de faire coordonner nos efforts pr avancer et s’améliorer ?

Pourquoi, pr me mettre en valeur moi ( médecin) doit me sentir ds le besoin de diminuer/rabaisser l’autre (pharmacien ou peut- être 1 confrère médecin) ? je me demande si je ne peux pas être bon au même tps que l’autre. En d’autres mots, est que la valeur de mon métier  doit nécessairement être démontrée à travers la banalisation et le mépris du métier de l’autre ? ce sont des questions… juste des questions . Bref, c’est NOTRE MISERE .

 

 

 

 

_________________
Donnez tjrs plus que vs n'espérez recevoir
Revenir en haut
DR IDRISSI MY AHMED
Soleil
Soleil

Hors ligne

Inscrit le: 22 Juin 2008
Messages: 938
Localisation: Kénitra

MessagePosté le: Sam 30 Juin - 23:53 (2012)    Sujet du message: MERCI LES AMIS Répondre en citant

BRAVO DR MOUNIA POUR VOS MOTS TRÈS SAGES ET SI BIEN DITS ...
MERCI DE VOTRE PONDÉRATION BIEN MESURÉE 


MERCI POUR LES IDÉES
DE COMPLÉMENTARITÉ CONFRATERNELLES 
DES PROFESSIONNELS DE LA SANTE  AUXQUELLES VOUS INVITEZ .


COMMENT EXPLIQUER AU MINISTRE ET AUX PHARMACIENS LÉSÉS ...
QUE SI LES GÉNÉRALISTES PRIVÉS,  DÉJÀ BIEN LÉSÉS , ICI, 
 VONT ETRE MARGINALISÉS ET LEURS PRÉROGATIVES  SPOLIÉES ?


ET POURQUOI LEUR MÉTIER SI NOBLE ET SI LENT 
SERA  RÉDUIT A LA MISÈRE ET AUTRE CHARLATANISME !!


EUX , LES MG, QUI NE PEUVENT PAS PRÉTENDRE VENDRE LES MÉDICAMENTS
 ( POUR ASSURER LEURS FINS DE MOI-S DIFFICILE  ) 
 NI DÉTENIR UN SAVOIR PHARMACOLOGIQUE ,
OMNIPOTENT  OU OMNISCIENT !!


POUR LES MGP, LEURS PLACES ETANT ASSURÉES AILLEURS , DANS LES PAYS DÉVELOPPÉS ,
FONT QUE LES RÉGLEMENTATIONS PERMETTENT  LA SUBSTITUTION 
SANS AUCUN PROBLÈME 
MAIS CHEZ EUX , EN FRANCE, PAR EXEMPLE, 
 LE MÉDECIN GÉNÉRALISTE EST UN PASSAGE OBLIGÉ.


 CHACUN SON MÉTIER ET LES DROITS NE SERONT PAS BAFOUÉS !


  LE MALADE , DIGNEMENT EXAMINÉ ET RESPECTÉ ,
DOIT PASSER D'ABORD PAR LE MÉDECIN ( SÉRIEUX ET LOYAL ET BIEN PROTÉGÉ ....) 
AVANT DE PASSER AU COMPTOIR ,
POUR Y RECEVOIR SES MÉDICAMENTS,
GÉNÉRIQUES OU PAS !! 


AVEC LE RAMED 
ON NE POURRA  PLUS PRÉTENDRE QUE LES ACTES 
'' DE CONSEIL MÉDICAL ''AUPRÈS DES PHARMACIENS
 SOIENT FAITS PAR CHARITÉ POUR LES BOURSES INDIGENTES..


OU ALORS , SI CETTE LOI-COPIÉE-COLLÉE  PAR BESOIN  DE CUMUL  ET D'AISANCE, 
DEVAIT ETRE APPLIQUÉE ( AVEUGLEMENT )  CE SONT LES  MGP , 
LES MÉDECINS DIS-JE, QUI SERONT LARGEMENT "  SUR-SUBSTITUÉS " !!
ET DE DROIT ,  SVP, PAR LES VENDEURS, PAS COMME MAINTENANT.


C'EST PAR HABITUDE ET GLISSEMENT SÉMANTIQUES 
ENTRE LES  ''BLOUSES BLANCHES '' QUE S'INSTALLENT INSIDIEUSEMENT 
 LES DÉPASSEMENTS OU LES ERREMENTS SIGNALÉS 
PAR NOTRE CONFRÈRE BIGMAROC OU LE DR BENNANI 
DU SYNDICAT DES MÉDECINS.




MERCI DE CONTINUER  AVEC CLARTÉ DE BRILLER , DR MOUNIA,
 ET DE CONSEILLER LA RIGUEUR , LA RETENUE 
ET LA COHÉSION ENTRE PROFESSIONNELS
 POUR LE BIEN DES MALADES ET LEUR DROIT A UNE BONNE MÉDECINE...


CHOSE POURQUOI NOUS AVONS TOUS FAIT DE LONGUES  ETUDES 
ET ASSUMÉ DE LOURDES  PRIVATIONS,  AFIN DE MÉRITER LES ÉGARDS 
DES PATIENTS,  DE LA MÉDECINE ET DES ENSEIGNANTS, 
VOIRE UNE PLACE  DIGNE AU SOLEIL 
ET UNE ATTENTION JUDICIEUSE 
 DU MINISTRE  PR  HOUCINE  EL OUARDI 
  LA, EN PARTICULIER , SUR CES INSTANCES D'ECOUTE 
 ET DE RÉFORME DE LA SANTÉ  
_________________
DR IDRISSI MY AHMED
aamm25@gmail.com
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 11:13 (2017)    Sujet du message: Droit de substitution, forfait au lieu de marge...,

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum des Médecins Au Maroc Index du Forum -> La Médecine Au Maroc -> Actualités professionnelles et Infos Toutes les heures sont au format GMT
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | créer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com