Forum des Médecins Au Maroc Index du Forum

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

L'aspirine réduirait (aussi) le risque de métastases

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum des Médecins Au Maroc Index du Forum -> Auto-Formation -> Actualités Medicales
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
DR AYA
Modérateur
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 27 Aoû 2008
Messages: 3 158
Localisation: maroc

MessagePosté le: Mer 28 Mar - 19:13 (2012)    Sujet du message: L'aspirine réduirait (aussi) le risque de métastases Répondre en citant

L'aspirine réduirait (aussi) le risque de métastases
Publié le 28/03/2012





Peter Rothwell est un neurologue d'Oxford qui s'est beaucoup consacré à la prise en charge des accidents vasculaires cérébraux (AVC). Ses travaux l'ont conduit tout naturellement à s'intéresser (et à participer) aux essais cliniques portant sur le rôle de l'aspirine dans la prévention cardiovasculaire primaire et secondaire. En prenant connaissance de certains travaux menés chez l'animal et de certaines études observationnelles laissant penser que l'aspirine pourrait avoir un effet favorable sur la survenue de cancers, Rothwell a eu l'idée lumineuse de vérifier, à partir des données des grands essais randomisés conduits avec l'aspirine, si la mortalité par cancer était réduite chez les patients prenant le traitement actif.  Ceci a été confirmé par plusieurs méta-analyses réalisées par son équipe. Elles  ont permis de montrer que, tout au moins dans une population à haut risque vasculaire,  l'aspirine à faible dose réduisait de 24 % le risque de cancer colorectal après 20 ans de suivi et que la mortalité par cancer (toutes localisations confondues)  était réduite de 21 % pendant la durée des essais. La baisse de la mortalité néoplasique ne paraissait concerner que les adénocarcinomes tout particulièrement dans les localisations gastro-intestinales (œsophage [-58 %] colon et rectum [-40 %]) ou le poumon (- 45 % à 20 ans).
En poursuivant ses travaux sur les mêmes données, Rothwell et coll. ont constaté qu'une réduction de la mortalité s'observait déjà deux à trois ans après le début du traitement ce qui semblait trop court pour être expliqué par une action ne portant que sur la carcinogénèse ou sur la croissance tumorale. Ils ont alors émis l'hypothèse que l'effet favorable de l'aspirine pourrait, en partie, être médié par une réduction de la dissémination métastatique ou de la croissance des métastases ce que des travaux expérimentaux et des études observationnelles avaient déjà suggéré.
Une réduction de 40 % des métastases d'adénocarcinomes
Pour confirmer ou infirmer cette hypothèse, Rothwell et coll. ont donc repris les données de 5 études randomisées de prévention cardiovasculaire par l'aspirine (plus de 75 mg/jour) conduites en Grande Bretagne. Sur 17 285 participants suivis durant 6,5 ans en moyenne 987 cancers solides ont été diagnostiqués. Parmi ces patients atteints de cancers solides le risque de métastases (lors du diagnostic ou du suivi) est apparu globalement réduit sous aspirine de 27 % (intervalle de confiance à 95 % [IC95] entre - 11 et - 40 %; p=0,002). Cette diminution du risque de métastase n'était là encore significative que pour les adénocarcinomes (- 40 %; IC95 entre - 22 et - 54 %: p=0,0001) tandis qu'aucune réduction n'était constatée pour les autres types histologiques. L'effet favorable de l'aspirine sur la survenue de métastases d'adénocarcinome était particulièrement net lors du suivi du patient (- 55 %) et chez les patients ayant un cancer colorectal (-74 %).  Globalement sur les 6,5 ans de suivi, la mortalité par adénocarcinome a été réduite de 35 % (p=0,0002).
Effet sur la carcinogènèse et sur la dissémination métastatique
Il semble donc que, pour la première fois, ait été démontré que l'aspirine, à côté de ses effets préventifs sur la survenue d'adénocarcinomes qui s'observent sur le long terme, a également, à court terme, une action anti-métastatique. L'effet sur l'incidence des adénocarcinomes serait médié par une inhibition de la carcinogénèse tandis que l'effet anti-métastatique serait lui en rapport avec l'action anti-agrégante de l'aspirine (en réduisant la migration des cellules malignes ou en ralentissant la croissance de micro-métastases).  Mais il ne s'agit là que d'hypothèses.
Avant d'envisager les conséquences possibles de ce travail il convient bien sûr d'en rappeler certaines limites :
- aucune des études inclues dans la méta-analyse n'avait pour objectif d'évaluer un effet anti-néoplasique ; 
- les patients à haut risque cardiovasculaire concernés par ces essais ne sont pas représentatif de la population générale;
- on ne disposait pas de données  fiables sur la survenue de métastases chez 21 % des patients ayant eu un cancer;
- ces résultats positifs sont en contradiction apparente avec ceux de la Women's Health Study et de la Physicians' Health Study qui n'ont pas retrouvé, après 10 à 12 ans de suivi, de diminution du risque de néoplasie et de la mortalité par cancer avec la prise d'aspirine un jour sur deux (ce qui pourrait s'expliquer selon Rothwell  par des effets biologiques différents si le médicament n'est pas pris quotidiennement).
Prescrire de l'aspirine aux adénocarcinomes ?
Ces réserves étant faites de nombreuses questions se posent après les travaux de Rothwell.
1) Peut-on envisager une prescription d'aspirine avec pour seule indication la prévention des adénocarcinomes et ce malgré les résultats négatifs de la WHS et de la PHS ? Il est improbable que nous disposions des résultats d'un essai randomisé directement conçu pour répondre à cette question dans un avenir prévisible et la décision des cliniciens ne pourra s'appuyer que sur un consensus d'experts.
2) Peut-on, par ailleurs, envisager la prescription d'aspirine à petites doses chez les sujets chez lesquels un adénocarcinome a été diagnostiqué afin de réduire leur risque métastatique ? Deux essais randomisés sont actuellement conduits sur ce thème. Dans l'attente de leur résultats, pour Rothwell,  il ne parait plus  légitime d'arrêter une prescription d'aspirine à visée cardiovasculaire lors de la découverte d'un adénocarcinome comme cela est très souvent fait en clinique.
3) Enfin, un traitement antiagrégant plus puissant, associant deux molécules (comme pour la prévention des thromboses sur stent), pourrait-il avoir des effets plus favorable encore sur le risque métastatique ? Gageons que Peter Rothwell a envisagé la faisabilité d'une nouvelle méta-analyse sur ce point. 
Il reste à saluer une nouvelle fois l'intuition et l'opiniâtreté de ce neurologue qui, bien loin de sa spécialité,  va peut-être bouleverser la prévention et la prise en charge de certains cancers très fréquents.



Dr Anastasia Roublev


Rothwell P et coll. Effect of aspirin on risk of cancer metastasis : a study of incident cancers during randomised controlled trials. Lancet 2012; publication avancée en ligne le 21 mars 2012 (DOI:10.1016/S0140-6736[12]60209-8).
_________________
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mer 28 Mar - 19:13 (2012)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum des Médecins Au Maroc Index du Forum -> Auto-Formation -> Actualités Medicales Toutes les heures sont au format GMT
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | créer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com