Forum des Médecins Au Maroc Index du Forum

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

HOMÉLIE A L'ANTI-BACHAR, EL ASSAD ET APHORISMES CORPUSCULAIRES

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum des Médecins Au Maroc Index du Forum -> Détendez vous -> Art & Culture -> Littérature
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
DR IDRISSI MY AHMED
Soleil
Soleil

Hors ligne

Inscrit le: 22 Juin 2008
Messages: 938
Localisation: Kénitra

MessagePosté le: Lun 6 Fév - 02:56 (2012)    Sujet du message: HOMÉLIE A L'ANTI-BACHAR, EL ASSAD ET APHORISMES CORPUSCULAIRES Répondre en citant

HOMÉLIE A L'ANTI BACHAR EL ASSAD
ET APHORISMES CORPUSCULAIRES


Les genoux repliés sur le sol gazonné que ses pieds tractaient de leurs crampons tout à l’heure, les doigts levés au Ciel auquel il rendait grâce, le héros du match à la tête d’ébène, voyait ses sueurs briller sur sa face, comme les perles d’un diadème.

Couché sur les planches du théâtre, cet acteur que l’on voyait jouer un rôle, regardait la salle comble et ses milliers de spectateurs. Il ne reconnaissait aucun d’entre eux et pourtant il parlait leur langue, en jouant avec leur écoute et ses soupirs.

Avec comme encre les pluies de l’hiver, j’écrirais Ton nom sur les feuilles d’arbres de la sphère. Avec, comme encre la mer, j’écrirais Ton nom sur toutes les terres. Avec comme encre le soleil j’écrirai Ton nom sur les étoiles de l’univers. Vraisemblablement, il parlait à Dieu et non à une quelconque dulcinée de la race des anges !


HOMÉLIE A L'ANTI-BACHAR*, EL ASSAD
ET APHORISMES CORPUSCULAIRES

Anniversaires singuliers, comme au zoo, où les animaux en capture, tristes et solitaires, commençaient à perdre le fil de l’histoire. Ils trouvaient au film de leur vie, une fin horrible et tragique. Les marchands qui nourrissaient les bêtes de viande d’ânes équarrissaient même les zèbres morts et les donnaient aux fauves locaux en pâture. Les moyens du zoo étaient limités. Les animaux vieillis demandaient plus de soins et de moyens. Alors, il fallait comme monnaies d’échange, les revendre, pour garder le zoo en vie. Mais faute de cirques et de repreneurs, si leurs chairs étaient hachées, leurs peaux valaient plus encore pour les collectionneurs. Ceux-là, leur donnaient plus de valeurs, une fois morts !

Des mots, des sons, de la musique, des vapeurs des chants et des prières. Une brume monte du lavabo. Le brouillard s’échappe par la lucarne vers les nuages. D’infimes gouttelettes corpusculaires, s’échappent de la vasque en montant vers le ciel. Chaque micro grain de ces nuages décrit un cycle et fait partie d’un tout. L'univers. Même en dégageant, la goutte a un rôle, une fonction, aussi infimes soient-ils ! Chaque molécule comptabilisée de ces élément et leur ensemble, éparse ouconjoint, décrit un évènement, physique, chimique, électrique ou magnétique, qui s’inscrit dans sur la terre et dans le temps.

Leurs destins, leurs cursus et leurs interactions avec le milieu et les êtres ont une fin, une fin et un but. Si rien n’est soumis au
hasard seul, ou si tout est déterminé, les éléments que nous sommes et ceux que nous ingurgitons pour nous entretenir et nous maintenir, obéissent aux mêmes questionnements que le cursus des particules. Si rien n’est laissé au hasard, c’est qu’il y a une dynamique, une force, qui les compte, les suit qui les pousse, les dirige ou les détermine. Si quelqu’Un les suit, les comptabilise, atomes par atomes et molécules, c’est qu’Il est puissant, précis, pointilleux et excessivement fort. Il en connaît l’origine, la suite et Il en sait l’avenir. Il sait prédire la vie et ce qui vient après ou avant...LUI !

La silhouette du chien de bronze sur le meuble de télé, frissonne à l’aboiement du chien qui joue dans le film ou sur les voix de cet opéra, à la télé. L’archet du premier violon, qui accompagne le Rossignol, fait une ombre qui va et qui revient pour se perdre dans l’ombre des souliers du musicien. Le tambourin qui les accompagne essaie par moment de sortir les ombres de leur fusion. Tu aperçois tout ça, comme les corpuscules de la vapeur. Mais, tu n’es pas le seul !
Micro-événements, ceux des moyens ludiques et des informations, banalités multiples, à travers les ondes touffues et les mondes, à commencer par celui-là. Toutes les ondes que l’on voit, que l’on n’entend ou que l’on ne voit pas. Celles-là aussi ont de l’importance, à commencer par la chaleur et la lumière, le soleil, cette étoile sans laquelle les humains et leur Terre ne seraient pas là.

Nous vivons au sein d’éléments dans un milieu, dans un laboratoire en fusion ! Au milieu d’éléments qui nous influencent, nous animent, nous déterminent ou nous font naître chacun dans son coin, sur terre, sur mer ou dans les airs. Comme une tâche ratée ou une grande œuvre. Banalité si naturelles, intriquées et si complexes, inexpliquées, en fait.
Ombres inutiles, jeux, lunes, livres, échos de nos voix, entre les rives et les monts. Écrits épars, destins, qui laissent inconscients et aveugles tout un, chacun. Chaque coin du monde, dans le ciel et sous les eaux, entre les feuilles et sous le vent est le champ de cohortes de vivants qui fourmillent par milliards de milliards d’êtres et d’âmes ! Spectres composites, où chacun est un univers secret, qui vit selon des calculs qu’il cherche vainement à percer et que la science de l’homme n’a pas totalement compris.

La nature est très riche, lui spolier quelques arbres, quelques tonnes de produits chimiques, qu’à cela ne tienne ! Déversés ça et là, par les usines en plus de leurs fumées, par les laves des volcans, par les avions ou les tsunamis des océans, qu’à cela ne tienne ! Quelques terres volées ou quelques peuples nettoyés, rien ne se perd en fait, rien ne s’envole ! Tout reste là, sur terre ou lui revient, tout se recrée et s’y répand ! C’est la Terre qui vit. Nous n’en sommes que les exo parasites, furtifs cloportes et néfastes fumiers, d’un moment.

Et cette coquille d’escargot, que je croyais vide en la montrant à Adam ! Un escargot dont la chair brune apparaissait en le retournant. C’était bien inutile de la casser et de le tuer, l’avais-je averti. Ce qu’il fit néanmoins, pour l’essayer en la brisant. Les jouets sont fragiles entre leurs mains. Aller lui expliquer, la vie et la mort, sans le violenter à cet enfant !
Allez confier quelque chose de précieux et d’unique pour son propriétaire, sa vie, à un enfant ! Fut-il prince ou potentat, riche ou simplement curieux, il prendra cet objet pour son bien. Il voudra le démonter, comme moi enfant cet avion et toi, ta poupée. Il voudra sonder nos corps et nos âmes, en les prenant pour des jouets, les siens. Curieux, il voudrait savoir où une fois écrasées que les âmes s’en vont !

Comprendre la vie et la mort, à moins que ce ne soit inutile pour certains, c’est comme tenter de nous démontrer vivants en tant qu’humains, ce qui nous attend demain ! C’est comme un voyage dont les étapes inutiles sont comme des impasses, stupides et cauchemardesques qui vous révulsent, une fois éveillé et pour très longtemps. L’incompréhension est une torture manifeste. Tel le cas de la vie et nos questionnements sur son origine et sa fin. La nôtre, en premier, est comme ce voyage incompréhensible et inconstant et inconsistant, dont on se réveille, transis et désorientés, sans l’avoir solutionné en dormant.
Nous sommes sortis des herbes, comme cet escargot. Qui d’entre-nous représente sa vie comme celle d’un escargot ? Fussiez-vous philosophe comme BHL ou soufi comme Lafquih Lyazghi. Évidemment, ce n’est pas le cas de l’émir du Koweït, ni celui de Netanyahou ou du président Assad !

Quelles différences y a-t-il entre nous, monsieur le président de malheur pour les Syriens ? Ciblé par ceux qui te voient comme cet escargot entre les mains d’un enfant, un chien enragé ou un rat, qu’as-tu de plus que Kaddafi, Saddam ou Ben Ladden ?
Nous sommes aussi complexes les uns que les autres, aussi compliqués sur le plan fonctions et organisme que le plus petit être qui naît sur cette terre. Qu’avons-nous de mieux que les plus féconds. Très peu. Remets-le sur le gazon, mon fils !
Et toi, laisse tes assujettis élire démocratiquement un autre chef, et passe ton temps ! Mais, rien n’y fit ! Décidé et tenace à devenir, têtu, vilain et méchant ! Laisse tes escargots brouter les feuilles de ricin et les daturas, à côté des poubelles éventrées et des bouteilles vides, dans ce terrain vague où poussent les chardons.

Ce champs de mines qui avoisine, pour toi Bachar, le temple sacré des fils de dieu, les affidés du roi Salomon !
Voilà que mon digne descendant se met à jouer avec les éléments !

Pendant que l’avenir se met en place pour ce grand crétin et que la guerre civile flambe entre ses loyalistes véreux, les victimes et les potentats, Chinois et Russes, fidèles à leurs amitiés et à leur clan, empêchent les armées de l’OTAN de relancer une guerre d’ingérence humanitaire. L’alibi n’est pas loin de l’Irak et de l’Afgheunistan* ! Toc, toc, ôh HI, ceux de l’Iran !
Où les mets-Tu les âmes de nos civils que les guerres emportent ? Sont-elles avec les âmes des chanteurs et des poètes ? Les victimes sont-elles engrangées aux mêmes étages que les ravisseurs de leurs vies ?

Je ne parle pas de ces illustres divas ni de leurs maîtres. Ils méritent l’académie céleste, auprès des anges qui soutiennent Ton trône et qui chantent Ta gloire ! Anges de Dieu, vous qui aimez les éléments et les surveillez au dessus de nos têtes, aussi légers et futiles soient-ils, avez-vous entendu nos maîtres ? Les chants d’Oum Kalthoum aux allures de fêtes ? Toutes les voix d’Orient, celles des musiciens du Nord et les rythmes de l’Ouest ?

N’y a-t-il pas une planète, un vaste ciel, un immense théâtre, où l’on puisse laisser ces anges-humains Te louer de leur voix, Seigneur, sans jamais s’éteindre et chanter l’amour et la vie que Tu as créés pour eux ? L’amour et la vie que Tu as créés et que Tu sauvegardes contre le néant et que Tu conditionnes pour eux et en eux !

N’y-a-t-il pas, dans ce vaste univers, qui n’est que Ta création illimitée, merveilleuse et gigantesque, une place pas trop loin de Toi, pour ceux qui Te prient et Te louent et pour ceux qui T’aiment simplement en T’admirant ? Ceux qui espèrent se faire aimer de Toi en retour, pour leur incongrue passion envers Toi ! Ceux qui élèvent de leur vivant leurs voix en espérant que leurs âmes s’élèvent à leurs tours pour arriver jusqu’à Toi ?

Y a-t-il une voix de sagesse, une voie de sortie pour ce démon, afin que la paix s’installe sur cette terre ?

L'anti-bachar*, traduire par ‘’l’ennemi des humains’’

Dr Idrissi My Ahmed, Le 5 février 2012



_________________
DR IDRISSI MY AHMED
aamm25@gmail.com
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Lun 6 Fév - 02:56 (2012)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum des Médecins Au Maroc Index du Forum -> Détendez vous -> Art & Culture -> Littérature Toutes les heures sont au format GMT
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | créer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com