Forum des Médecins Au Maroc Index du Forum

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

PROTHESES PIP : Le ministère Marocain de la Santé recommande

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum des Médecins Au Maroc Index du Forum -> La Médecine Au Maroc -> Actualités professionnelles et Infos
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
DR IDRISSI MY AHMED
Soleil
Soleil

Hors ligne

Inscrit le: 22 Juin 2008
Messages: 937
Localisation: Kénitra

MessagePosté le: Lun 30 Jan - 13:36 (2012)    Sujet du message: PROTHESES PIP : Le ministère Marocain de la Santé recommande Répondre en citant

Maroc : les femmes invitées à se faire retirer leurs prothèses PIP


La Rédaction le 30 janvier 2012


Le ministère Marocain de la Santé
recommande aux femmes de se faire retirer leurs prothèses mammaires de type PIP,
par mesure de précaution.


Les femmes porteuses de prothèses mammaires sont appelées à vérifier la marque de leurs implants auprès de leur médecin et de demander leur retrait au cas où il s’agirait de la marque PIP, même en l’absence de signes cliniques suspects, recommande dans un communiquè le ministère.
Cette recommandation intervient à la suite de la réunion tenue le 26 janvier entre le ministre de la santé, le président du conseil national de l’ordre des médecins et le président et des membres du bureau de la société Marocaine de chirurgie plastique, reconstructrice et esthétique.
Le ministère relève qu’il n’a pas été constaté à ce jour, de lien de causalité confirmé entre le port de ce type de prothèse et l’augmentation du risque de cancer. Il note en revanche, qu’il est établi que les prothèses PIP peuvent faire l’objet de rupture et être à l’origine d’irritation et de réactions inflammatoires rendant difficile leur explantation.
Il indique également qu’après vérification minutieuse, il a été révélé que certaines sociétés ont introduit des prothèses mammaires siliconés de type PIP.
Le ministère signale que les médecins plasticiens sont prêts à retirer gracieusement les prothèses concernées, expliquant que cette information concerne toutes les femmes Marocaines porteuses d’implants mammaires PIP, quel que doit le lieu d’implantation de la prothèse, au Maroc ou à l’étranger.














Prothèses PIP

Le ministère de la santé recommande leur retrait
Après avoir démenti, fin décembre, la présence de prothèses PIP au Maroc, le ministère de la Santé fait volte-face et recommande désormais aux femmes concernées de demander le retrait de leurs prothèses mammaires de type PIP, par mesure de précaution.

Une jeune femme montre des boîtes de prothèses PIP./DR


Voir aussi:
Le nombre d'avortements clandestins en hausse dans le monde
Implants mammaires: campagne d'information des autorités britanniques
Don d'organes et greffe au Maroc - Les Marocains, peu généreux !
Sierra Leone: le programme de soins gratuits "défaillant", selon Amnesty
Sierra Leone: Amnesty juge "défaillant" le programme gouvernemental de soins gratuits
Affectations des femmes-médecins - Baddou accusée d'induire l'opinion publique en erreur

Même en l'absence de signes cliniques suspects, les femmes porteuses de prothèses mammaires sont appelées à vérifier la marque de leurs implants auprès de leur médecin et demander leur retrait au cas où il s'agirait de la marque PIP. Cette recommandation du ministère de la Santé intervient à la suite de la réunion tenue le 26 janvier par le ministre de la santé Pr. Hossein El Ouardi avec le président du conseil national de l'ordre des médecins et du président et des membres du bureau de la société marocaine de la chirurgie plastique, reconstructrice et esthétique.

Les femmes marocaines porteuses d'implants mammaires PIP pourront bénéficier d'un retrait de ces prothèses à titre gracieux auprès de médecins plasticiens, quel que soit le lieu d'implantation de la prothèse, au Maroc ou à l'étranger. Elles devront pour cela, s'adresser au centre national de pharmacovigilance qui les orientera vers un médecin plasticien.

Il n'y a pas à ce jour de lien de causalité confirmé entre le port de ce type de prothèse et l'augmentation du risque de cancer, relève le ministère de la Santé qui confirme cependant les risques de rupture des prothèses PIP.

“Le seul risque encouru à ce stade est celui d'inflammation ou d'irritation en cas de rupture de la prothèse. (Toutefois, ndlr) Nous ne pouvons en aucun cas nous projeter dans cinq ou dix ans, et guidés par le principe de précaution et de respect dû à nos patientes et nos concitoyennes, nous leur recommandons de retirer ces implants.”

PR. HOSSEIN EL OUARDI, MINISTRE DE LA SANTÉ

Les prothèses PIP peuvent faire l'objet de rupture et être à l'origine d'irritation et de réactions inflammatoires rendant difficile leur explantation.

“Une erreur a été commise”

Au cœur de la polémique sur les prothèses PIP, le ministère de la Santé alors dirigé par Yamina Badou, avait dans un premier temps démenti la présence de ces prothèses au Maroc. Aujourd'hui, le Pr. El Ouardi admet qu'une “erreur a été commise”, expliquant que “le texte rendu public avait, comme premier souci de ne pas dramatiser”.

“Après vérification minutieuse dans les archives du ministère de la santé, il s'est avéré que les implants PIP ont bel et bien été commercialisés au Maroc par une société qui a obtenu l'autorisation et l'enregistrement de ces prothèses par le ministère de la santé, le 28 avril 2005”, a affirmé le ministre, qui était l'invité vendredi des “matins Luxe” sur Luxe Radio.

“Si une complication inconnue à ce jour devait se développer dans les années à venir, le public, relayé par la presse, ne manquera pas de stigmatiser et de responsabiliser le gouvernement, et donc le ministère de la santé, qui aura rassuré à tort au moment de la crise.”

PR. HOSSEIN EL OUARDI, MINISTRE DE LA SANTÉ

Réitérant son appel “en tant que ministre mais surtout en tant que médecin”, au retrait de ces prothèses, M. El Ouardi argumente que le gel industriel passera tôt ou tard dans les tissus par perspiration.

Pour rappel, le 11 janvier dernier, la Fédération nationale des syndicats des pharmaciens du Maroc (FNSPM) a appelé, dans un communiqué, le ministère de la santé à la publication des décrets et textes de loi relatifs à la réglementation des dispositifs médicaux, dont les implants stériles (mammaire, oculaire, cardiaque...).

Contact
Centre national de pharmacovigilance (tél: 08 01 00 01 80)

aufait








Maroc -
Prothèses PIP : Le ministère de la santé revient sur un précédent démenti…
lun, 30/01/2012 - par toma


Le nouveau ministre de la Santé, El Hossein El Ouardi a confirmé la commercialisation des prothèses PIP au Maroc.

"Après vérification minutieuse dans les archives du ministère de la santé, il s'est avéré que les implants PIP ont bel et bien été commercialisés au Maroc par une société qui a obtenu l'autorisation et l'enregistrement de ces prothèses par le ministère de la santé, le 28 avril 2005", a affirmé le ministre.

Rappelant que le ministère de la santé avait démenti, le 27 décembre dernier, la présence de prothèses PIP au Maroc, El Ouardi a ajouté qu'"il est de mon devoir, aujourd'hui, à la tête de ce département d'assumer et d'assurer la continuité.

Une erreur a été commise, et le texte rendu public avait comme 1er souci de ne pas dramatiser et surtout conseiller aux femmes de consulter leur médecin".
_________________
DR IDRISSI MY AHMED
aamm25@gmail.com
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Lun 30 Jan - 13:36 (2012)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
DR IDRISSI MY AHMED
Soleil
Soleil

Hors ligne

Inscrit le: 22 Juin 2008
Messages: 937
Localisation: Kénitra

MessagePosté le: Lun 30 Jan - 22:35 (2012)    Sujet du message: PROTHESES PIP : Le ministère Marocain de la Santé recommande Répondre en citant

Une mesure préventive, suite à une commercialisation en 2005 : Le ministre de la Santé recommande le retrait des prothèses PIP

Écrit par admin   

 










Le ministre de la santé, Pr El Hossein El Ouardi a confirmé, vendredi, la commercialisation des prothèses PIP au Maroc et recommandé leur retrait "par mesure de précaution". "Après vérification minutieuse dans les archives du ministère de la santé, il s’est avéré que les implants PIP ont bel et bien été commercialisés au Maroc par une société qui a obtenu l’autorisation et l’enregistrement de ces prothèses par le ministère de la santé, le 28 avril 2005", a affirmé le ministre, qui était l’invité des "matins Luxe" sur Luxe Radio. Ladite société a fermé ses portes et n’existe plus depuis 2010 suite à une liquidation judiciaire, a ajouté M. El Ouardi, qui a tenu à préciser "qu’à ce jour, et selon toutes les sociétés scientifiques et savantes dans le monde, il n’y a pas de risque de cancer ni autre, aucun lien de cause à effet n’a été établi. 

"Le seul risque encouru à ce stade est celui d’inflammation ou d’irritation en cas de rupture de la prothèse".Toutefois, a-t-il dit, "nous ne pouvons en aucun cas nous projeter dans cinq ou dix ans, et guidés par le principe de précaution et de respect dû à nos patientes et nos concitoyennes, nous leur recommandons de retirer ces implants".

Rappelant que le ministère de la santé avait démenti, le 27 décembre dernier, la présence de prothèses PIP au Maroc, M. El Ouardi a souligné que le démenti avait été communiqué à l’issue de la réunion d’un comité ad-hoc, comprenant des représentants du ministère, du Conseil national de l’ordre des médecins, des plasticiens, du service de pharmacovigilance.
Le communiqué "rassurant" s’articulait autour de deux points essentiels, à savoir que la marque de prothèses PIP ne fait pas partie des prothèses ayant un certificat d’enregistrement au Maroc, et la recommandation faite aux femmes ayant bénéficié de ce type de prothèses, et qui pourraient avoir eu recours à une chirurgie réparatrice ou esthétique à l’étranger, de consulter leur médecin traitant pour un suivi approprié, a-t-il dit.

Et d’ajouter "il est de mon devoir, aujourd’hui, à la tête de ce département d’assumer et d’assurer la continuité. Une erreur a été commise, et le texte rendu public avait, comme premier souci de ne pas dramatiser et surtout conseiller aux femmes de consulter leur médecin". 
Le même comité ad-hoc avec toutes ses composantes, a-t-il poursuivi, s’est réuni jeudi pour actualiser les données relatives à ces prothèses PIP, et "nous avons décidé, dans un premier lieu de recommander le retrait de ces prothèses, par mesure de précaution". 

Une recommandation, selon le ministre, principalement liée à l’aspect technique de ces prothèses, et concerne quatre points principaux. 

Il a expliqué à cet égard que les PIP sont malheureusement les seules au monde qui souffrent d’une absence de double paroi qui permet d’empêcher le passage du gel dans les tissus, qu’elles contiennent un gel industriel irritant qui passera inévitablement, par perspiration avec le temps, dans l’organisme même en l’absence de rupture, que le nombre réduit de patientes (une cinquantaine au maximum) ayant bénéficié de ces prothèses favorise une prise en charge rapide, contrairement à la configuration de centaines ou milliers de patientes comme c’est le cas en France ou ailleurs, et que le devenir inconnu du gel non médical. 

"Si une complication inconnue à ce jour devait se développer dans les années à venir, le public, relayé par la presse, ne manquera pas de stigmatiser et de responsabiliser le gouvernement, et donc le ministère de la santé, qui aura rassuré à tort au moment de la crise", a-t-il fait savoir. 
Réitérant son appel "en tant que ministre mais surtout en tant que médecin", au retrait de ces prothèses, M. El Ouardi argumente que le gel industriel passera tôt ou tard dans les tissus par perspiration. Concernant les patientes qui auraient des difficultés d’accès à leur médecin, a-t-il ajouté, elles sont priées de se présenter au centre de pharmacovigilance, qui les orientera vers un médecin plasticien pour procéder gracieusement audit retrait. 

Un numéro est mis à leur disposition (0801000180).Le ministre qui a déploré l’absence de loi concernant les dispositifs médicaux, s’est engagé à combler cette lacune et à œuvrer pour le renforcement du système d’octroi des autorisations, pour que " ce type d’accident ne se reproduise plus".

_________________
DR IDRISSI MY AHMED
aamm25@gmail.com
Revenir en haut
DR IDRISSI MY AHMED
Soleil
Soleil

Hors ligne

Inscrit le: 22 Juin 2008
Messages: 937
Localisation: Kénitra

MessagePosté le: Lun 30 Jan - 22:36 (2012)    Sujet du message: PROTHESES PIP : Le ministère Marocain de la Santé recommande Répondre en citant

Édition N° 3709 du 2012/01/30 
EL OUARDI RECOMMANDE LE RETRAIT DES PROTHÈSES PIP





UNE MESURE DE PRÉCAUTION CONTRE LE RISQUE D’INFLAMMATION
LA VÉRITÉ ÉMANE DES ARCHIVES DU MINISTÈRE DE LA SANTÉ!

  
















Le dossier des prothèses PIP prend une autre tournure. Le ministre de la Santé El Hossein El Ouardi, fraîchement nommé, a confirmé, vendredi 27 janvier lors d’un entretien avec Atlantic Radio, la commercialisation des prothèses PIP au Maroc et recommande ainsi leur retrait par mesure de précaution. Et pourtant, l’ancien département de la Santé avait indiqué dans un communiqué, datant du 27 décembre 2011, que «la marque de prothèses PIP ne fait pas partie des prothèses mammaires ayant le certificat d’enregistrement au Maroc». De même, la Société marocaine de chirurgie plastique reconstructrice et esthétique (SMCPRE) assure la non-utilisation de cette marque de prothèses par ses membres. «Le Maroc n’a jamais été cité comme pays importateur de ce type de prothèses.

. Certaines Marocaines pourraient avoir eu recours à une chirurgie réparatrice ou esthétique à l’étranger et que cette marque d’implant aurait pu être utilisée. Dans ce cas, il leur est conseillé de consulter leurs médecins traitants pour un suivi approprié», ajoute le communiqué. Comment expliquer un tel revirement de situation? Le nouveau ministre procède-t-il à un grand nettoyage? Quoi qu’il en soit, la vérité émane des archives du ministère de la Santé lui-même, qui aurait communiqué une «fausse information». «Après une recherche minutieuse avec mes collègues et avec le même staff de Yasmina Baddou, on a confirmé que ces implants PIP ont bel et bien été commercialisés au Maroc. Le ministère avait donné, le 28 avril 2005, son accord à une société lui autorisant l’enregistrement de ce dispositif. Mieux encore, une autre société aurait vendu ces implants au Maroc sans les avoir enregistrés», a affirmé le ministre sur les ondes de la radio du groupe Eco-Médias. Enregistrement ou pas, El Ouardi précise qu’«il n’y a, tout de même, aucune loi au Maroc qui oblige le ministère à autoriser la commercialisation de ces produits». Et d’ajouter: «La société qui les avait déclarés en demandant l’aval du ministère n’était pas tenue de le faire puisqu’il y a un vide juridique concernant l’enregistrement des prothèses mammaires ainsi que tous les autres dispositifs médicaux». El Ouardi est déterminé à mettre le texte adéquat sur le circuit: «Je m’attacherai très rapidement à mettre sur pied cette loi qui devrait rendre obligatoire l’enregistrement des dispositifs médicaux y compris les prothèses mammaires, avec une autorisation préalable, une vérification et une implication des experts», insiste le ministre. Concernant les risques et les effets secondaires de ces prothèses PIP, El Ouardi précise qu’«il n’y a, jusqu’à présent, pas de lien de cause à effet entre le cancer et ces implants, ni aucune autre complication en dehors de l’inflammation ou de l’irritation susceptible d’être provoquée par le gel contenu dans ces prothèses qui pourrait passer dans le tissu mammaire en cas de rupture».
Citation:
Ministre mais aussi médecin! 
Réitérant son appel en tant que ministre, mais surtout en tant que médecin, au retrait de ces prothèses PIP, El Ouardi argumente: «Le gel industriel contenu dans ces implants passera tôt ou tard dans les tissus par perspiration et, donc, sans qu’il y ait une rupture». Les patientes, qui auraient des difficultés d’accès à leur médecin, devraient se présenter au centre de pharmacovigilance qui les orientera vers un médecin plasticien pour procéder gracieusement au retrait de leurs implants. Un numéro est mis à leur disposition (0801000180). Dans son entretien accordé à Atlantic Radio, le ministre de la Santé estime entre 50 et 100 le nombre de Marocaines porteuses d’implants PIP.

F. Z. T.

 

_________________
DR IDRISSI MY AHMED
aamm25@gmail.com
Revenir en haut
nez3
Debutant
Debutant

Hors ligne

Inscrit le: 06 Jan 2010
Messages: 10

MessagePosté le: Lun 6 Fév - 19:44 (2012)    Sujet du message: PROTHESES PIP : Le ministère Marocain de la Santé recommande Répondre en citant

 
Tout cela montre l'absence de rigueur d'esprit scientifique des décideurs "des parleurs" ! de notre cher ministère ,il fallait faire une enquête avant de se prononcer. grâce à lux radio que j’écoutais par pur hasards les choses ont changées !Alors qu'avant dans une émission à la radio nationale,un imminent chirurgien plasticien à RABAT n'a pas cessé de "calmer" les auditeurs sur l'absence de ces types de prothèses au MAROC! 
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 21:23 (2017)    Sujet du message: PROTHESES PIP : Le ministère Marocain de la Santé recommande

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum des Médecins Au Maroc Index du Forum -> La Médecine Au Maroc -> Actualités professionnelles et Infos Toutes les heures sont au format GMT
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | créer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com