Forum des Médecins Au Maroc Index du Forum

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

« Restaurer la confiance des patients »

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum des Médecins Au Maroc Index du Forum -> La Médecine Au Maroc -> Actualités professionnelles et Infos
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
DR IDRISSI MY AHMED
Soleil
Soleil

Hors ligne

Inscrit le: 22 Juin 2008
Messages: 895
Localisation: Kénitra

MessagePosté le: Dim 15 Jan - 17:26 (2012)    Sujet du message: « Restaurer la confiance des patients » Répondre en citant

  • LE SOIR ECHOS 
     



 

« Restaurer la confiance des patients »
Publié le : 13 janvier 2012  

Réduction de la participation des ménages aux frais de soins, amélioration spectaculaire des urgences, respect de l’action syndicale, régionalisation de la santé, révision du code du médicament et de la pharmacie…Le nouveau ministre de la Santé, El Hossein El Ouardi, promet des mesures fortes pour l’amélioration du secteur. Entretien.








Parmi les priorités du nouveau ministre: la lutte contre la corruption dans le secteur et la mise en place d’un système de santé « régionalisé ».

Vous avez pendant de longues années critiqué la gestion de la Santé et dénoncé ses dysfonctionnements. Aujourd’hui, vous tenez les rênes de ce secteur. Quelles sont les actions prioritaires que vous mettriez en œuvre pour améliorer la situation ?

Tout est prioritaire dans la santé. Mais il devra faire la priorité des priorités. A mon avis, il faut d’abord revoir le système lui-même car sa réactivité est jugée par l’Organisation mondiale de la santé de très faible. Je m’explique. En cas d’épidémie, la réaction du Maroc pour y faire face est très très lente. Et cela est dû à trois raisons. La première raison est liée à la complexité du système de la santé hérité du protectorat. Aucun changement n’a été opéré depuis cette période pour l’adopter aux spécificités marocaines. De nombreux intervenants agissent sans coordination ni concertation. Le deuxième problème a trait au financement qui est faible et fragmenté. On note plusieurs couvertures médicales AMO, Ramed, Inaya, couverture pour les étudiants…je pense qu’il faut unifier les systèmes de couverture de santé avec la création d’une seule caisse. Concernant le Ramed, nous sommes en train de travailler sur ce chantier pour une généralisation rapide. Comme vous savez, ce régime a trois composantes à savoir l’éligibilité, l’immatriculation et l’offre de soins. Le ministère de l’Intérieur se charge du premier volet, l’ANAM du deuxième et le ministère de la Santé du troisième à savoir l’offre de soins. Nous voulons que le patient ayant une carte RAMED bénéficie gratuitement des soins de santé. L’expérience pilote à Tadla -Azilal a révélé certains dysfonctionnements. Simple exemple : 40% des patients ayant des cartes RAMED ont dû payer pour accéder aux soins dans l’hôpital de la région. Le troisième problème est l’absence d’une politique agressive et cohérente de la santé. Certes, beaucoup de choses ont été faites notamment la réduction de la mortalité maternelle et la mise en place de la carte sanitaire mais des insuffisances persistent avec des indicateurs alarmants. Quelques exemples : 20% de la population la plus riche consomment 56% des soins alors que 20% de la population la plus pauvre ne bénéficient que de 3% des soins de santé. C’est une inégalité sociale choquante. Pis encore. 31% de la population rurale est loin de 10 km d’un centre de santé. Autre exemple éloquent : le manque criant des professionnels de santé. Le Maroc compte 5,4 médecins pour 10 000 habitants alors que la moyenne en Tunisie est de 13 médecins pour 10 000 habitants. En Europe, c’est 30 médecins pour 10 000 habitants. L’écart est grand.
Citation:
Le troisième problème est l’absence d’une politique agressive et cohérente de la santé. Certes, beaucoup de choses ont été faites, notamment la réduction de la mortalité maternelle et la mise en place de la carte sanitaire, mais des insuffisances persistent avec des indicateurs alarmants.




Que comptez-vous faire alors pour rétablir ce déséquilibre ? 

Nous allons engagé plusieurs actions. A commencer par capitaliser les acquis et faire aboutir les chantiers entamés par mes prédécesseurs. La première action à mener est de restaurer la confiance des patients-citoyens envers notre système de santé en facilitant l’accès à l’information, la propreté et par la moralisation du secteur. A ce sujet, nous allons poursuivre le partenariat avec l’Instance centrale de prévention de la corruption. Il faut également mettre à la disposition du patient les médicaments nécessaires. Le budget consacré à l’achat du médicament a été multiplié par 4, cependant, il ne profite pas aux patients. La raison est simple. Elle est due à une mauvaise gestion. La deuxième action à engager est la régionalisation du système de santé. Il faut donner plus de prérogatives à la direction régionale qui doit participer à la planification des actions à mener au niveau régional, à la gestion de ses ressources humaines, à la gestion financière et matérielle. Actuellement, toutes les décisions sont prises au niveau central.


A quoi servent donc les directions régionales ?



Le nouveau ministre de la Santé, El Hossein El Ouardi, a du pain sur la planche.

Pour une gestion efficiente et pour réussir la décentralisation, la direction régionale doit jouir de plus de pouvoirs, de responsabilité et d’autonomie locale. La troisième action à mener est la réduction de la participation des ménages au financement de santé. Actuellement, les ménages participent à hauteur de 58%. Ce n’est pas normal. Le quatrième point qui me tient à cœur concerne les urgences puisque je suis médecin- urgentiste. Aucun pays ne peut prétendre résoudre le problème des urgences et moi je ne suis pas un homme prétentieux. Mais, je promets une amélioration spectaculaire notamment en médecine préhospitalière. 63% des décès en cas d’accident surviennent sur le lieu du drame ou pendant le transport vers l’hôpital. Ce sont des morts évitables. c’est aberrant qu’un pays comme le Maroc ne dispose pas de SAMU. Nous allons créer des SAMU dans deux ou trois villes avant de  les généraliser dans toutes les villes du pays. Une plate-forme préparée par mes prédécesseurs existe déjà. Mon équipe et moi allons poursuivre le travail entamé en le concrétisant sur le terrain selon notre vision.


La santé mentale a été toujours le parent pauvre de notre système de santé. Quelle place  lui accordez – vous dans votre plan d’action pour les cinq prochaines années ? 

Nous allons engager une véritable politique en santé mentale. La situation est dramatique et appelée à changer. Le Maroc compte à peine 2500 psychiatres et une dizaine de psychologues.


La cherté du médicament a suscité une vive polémique ces dernières années. Peut-on s’attendre à une baisse significative du prix du médicament ?

La procédure de fixation du prix du médicament sera revue en concertation avec les industriels pharmaceutiques et les syndicats. Le but étant d’aboutir à un accord gagnant-gagnant. Je les contacterai moi-même très prochainement pour fixer un rendez-vous et en discuter. Par ailleurs, le code du médicament et de la pharmacie doit également être revu car il contient plusieurs aberrations.

Citation:
La première action à mener est de restaurer la confiance des patients-citoyens envers notre système de santé en facilitant l’accès à l’information, la propreté et par la moralisation du secteur.




Ces dernières années ont été ponctuées par une série de mouvements de grève dans le secteur de la santé. Quelles mesures prendriez-vous pour calmer les tensions ? 

Je ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour que l’action syndicale soit respectée. Le personnel de la santé a tout à fait raison de faire grève. Il souffre. Je comprends ses doléances. Je vais appeler moi-même les syndicats pour trouver un terrain d’entente. Le problème actuel est le manque de confiance du personnel envers le ministère. Il faut rétablir cette confiance. L’une des  actions urgentes à concrétiser dans l’immédiat est la valorisation du personnel de la santé. Aucune stratégie ne peut réussir sans l’adhésion de l’élément humain. Il faut associer le personnel de santé dans toutes les décisions. Il faut également développer cette fibre sociale. Nous allons tout mettre en œuvre pour que la Fondation Hassan II des œuvres sociales, créée au profit du personnel de la Santé publique, soit opérationnelle dans les plus brefs délais. La formation continue est l’une des mesures à développer pour valoriser le personnel de Santé. Elles doivent profiter non seulement aux médecins mais également aux infirmiers.
Citation:
La procédure de fixation du prix du médicament sera revue en concertation avec les industriels pharmaceutiques et les syndicats. Le but étant d’aboutir à un accord gagnant-gagnant.




Que prévoyez-vous pour le secteur privé ?

Il est temps de développer un partenariat public/privé. Le ministère de la Santé n’est pas un ministère de la Santé publique. Il est également ministère de la Santé privée. Nous allons travailler dans la complémentarité.


Yasmina Baddou a été tout au long de son mandat critiquée sur le fait de nommer des istiqlaliens dans son cabinet et à la tête des grandes directions. Peut-on s’attendre à une révision des effectifs ? 

Certes, il y aura quelques nouvelles nominations mais je ne procéderai à aucun licenciement. Cependant, le système de nomination sera revu. Je ne tolère pas le fait que la décision de nomination soit détenue uniquement par le ministre.
Nous allons instaurer un système d’appel d’offres pour le recrutement. En somme, toutes les actions et les mesures que je souhaite mettre en place seront discutées avec tous les partenaires lors d’un colloque national de la santé pour faire aboutir celles qui bénéficient de l’unanimité.◆
Citation:
Les excuses du PPS
« Je présente mes excuses aux femmes de ce pays dont je ne doute pas de leurs compétences. La présence d’une seule femme au sein du gouvernement est à mon avis une régression et un retour en arrière ». Les propos sont du Pr. El Hossein El Ouardi, membre du bureau politique du Parti du progrès et du socialisme (PPS), qui a tenu lors de cet entretien à exprimer son mécontentement vis- à -vis de la réduction du nombre des femmes au gouvernement. « Il est vrai ce qui est fait est fait mais cette question préoccupe notre parti et je crois de même que tous les membres du gouvernement ».


Khadija Skalli
_________________
DR IDRISSI MY AHMED
aamm25@gmail.com
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Dim 15 Jan - 17:26 (2012)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
DR IDRISSI MY AHMED
Soleil
Soleil

Hors ligne

Inscrit le: 22 Juin 2008
Messages: 895
Localisation: Kénitra

MessagePosté le: Dim 15 Jan - 17:44 (2012)    Sujet du message: « Restaurer la confiance des patients » Répondre en citant

 ASSOCIATION DES AMIS DES MYASTHÉNIQUES DU MAROC



 
AUX MEMBRES DU NOUVEAU GOUVERNEMENT DE SM LE ROI 
A M. LE MINISTRE DE LA SANTE  
  
POUR UNE REFORME MENTALE ET FISCALE 
DES TAXES IMPOSÉES SUR LES MALADIES ! 
  
  
Exhortations  
  
Appel au nouveau Gouvernement, aux Partis et aux Conseillers de SM le Roi pour une Réforme des taxes sur les maladies. Un Projet de société nouveau basé sur plus d’humanité envers les malades et moins d’exploitations sur leur état. Des soins sans exactions fiscales indirectes ni arnaques sur les médicaments ou les diverses étapes des soins ! Ayez, nous vous en conjurons, la détermination d’opérer une Réforme fiscale générale sur le circuit des soins, sans discriminations entre les tares ! 
  
Messieurs les Ministres, 
  
Poursuivant notre œuvre d’information médicale et de solidarité, nous venons suggérer avec courtoisie et franche insistance aux Cadres de notre pays, aux Ministres concernés, aux illustres Conseillers de SM le Roi, d’appuyer notre appel de salubrité publique, maintes fois réitéré.  
  
Nous vous demandons de bien vouloir introduire à l’adresse de SM le Roi, que Dieu Le guide, et de défendre notre requête d’exemption de la TVA et des taxes de Douane. Ceci sur toutes les étapes de l’accès aux soins. C'est-à-dire sur tous les médicaments, leurs intrants, les réactifs et le matériel destinés aux soins des malades. 
  
La défiscalisation requise s’impose, pour être efficiente, tant sur le matériel de laboratoire, des intrants des médicaments que des réactifs destinés aux analyses. Ce sont autant de butées qui en cascades surajoutées, obèrent l’accès aux soins et renchérissent les pratiques et les investissements. Ce sont des contraintes tant sur les personnes, non sécurisées sociales, que sur les Caisses Mutuelles elles-mêmes et les hospices ! Assujettissement qu’il est juste de lever sur tous les médicaments, sur tous les soins et pour tous les marocains, sans discriminations aucune entre les maladies et les tares, sans exclusive de certaines pathologies sur d’autres ! 
  
La Réforme attendue devrait éliminer les Taxes de Douane et de TVA, sans restriction, pour s’appliquer sur tous les secteurs de la Santé, nous le disions, afin d’obtenir un impact efficace, capable de générer des comportements sanitaires plus salutaires et une économie appréciable pour les malades et leurs Caisses ! Une réforme de l’importateur de matériel au malade, de l’industriel du médicament au médecin.  
  
  
Nous ne voulons pas de demi-mesures, cosmétiques, ni de manœuvres populistes et dilatoires, mais une réelle renaissance du secteur de la Santé et une Réforme fiscale, vigoureuse, digne de la nouvelle philosophie du pouvoir de SM le Roi Sidi Mohammed ! Un véritable projet de société, humaniste et humanitaire, qui n’est guère étranger aux valeurs et aux pratiques de solidarité de SM. Et ce souhait fervent, cette requête déférente, nous les réitérons avec ardeur et sans défaillance, à l’occasion des élections prochaines. 
  
Dans notre pays, à peine 35 % de la population seraient plus ou moins couverts par la jeune AMO, (Assurance Maladies Obligatoire). Ainsi, à titre complémentaire, cette réforme est vivement demandée à SM le Roi. Elle devra toucher tous les secteurs dans la cascade de leurs prestations où interfèrent les taxes de Douane et de TVA. 
  
Celles-ci commencent par taxer les investissements industriels, intéressent les laboratoires paramédicaux, techniques et hospitaliers. Lesquelles taxations amoncelées encore, se répercutent sur les coûts des prescriptions des examens complémentaires et de diagnostic, en grossissant les prix des examens de radios et des analyses, pour s’appliquer en outre sur les soins et achever enfin, le malade, dans la vente des médicaments ! 
  
LE PLAIDOYER DE L’AAMM 
Constatez, avec nous honorables messieurs ! 
  
En effet, chers lecteurs et/ou futurs malades, à Dieu ne plaise, quelle valeur ajoutée y a-t-il dans une angine, une bronchite, un ulcère, une diarrhée, une énurésie, un asthme, une dépression, une angoisse, un tic, une démence ? Quelle valeur ajoutée y a-t-il dans les maladies internes, chez les malades musculaires et neurologiques ? Trouvez-nous une valeur ajoutée ou de quoi taxer avec justice et équité, avec justesse et honnêteté, une cardiopathie, une cataracte ? Voire une diplopie, comme c’est courant chez les Myasthéniques, une dysphagie, un encombrement des bronches, et dans toutes les formes d’impotences des membres que combat un malade, enfant, femme ou vieillard, menacé à tout moment par une aggravation de son cas ou par un handicap à vie ? Qu’il soit myasthénique, SEP, débilité par une autre affection plus courante, ou porteur d’une autre pathologie, aigue ou chronique, voire plus tragique encore ! 
  
Comment peut-on encore exploiter ces tares et ces malades, que menacent à tout moment la déchéance, l’handicap, le confinement humiliant, la misère, la mendicité, la honte et l’exclusion ? Si l’on veut faire œuvre de développement humain ou humanitaire, la réforme fiscale attendue sur la santé, est un versant qui a un impact social sensible et conséquent pour la gloire du Souverain! Aucun alibi ne peut plus désormais défendre cette fiscalité de la douleur ni les réticences à s’en débarrasser !  
Cette fiscalisation de l’affliction et de la misère physique est anachronique, compte tenu de l’action sociale prodigieuse qu’assume SM Si Mohamed, avec force, brio et ténacité. Et nous le proclamons, ici, avec sincérité, loyalisme et certitude ! 
  
Qui plus est ces taxes de Douane et de TVA sur la santé, sont en fait des pénalités sur les maladies, les fièvres et les douleurs. Car, chers Lecteurs, les seuls qui paient ces taxes, sont ceux qui souffrent, subissant une ségrégation de fait ! Impopulaires et iniques, ces taxes indirectes et sournoises, exploitent ostensiblement les seules tranches malades de parmi les citoyens, préservant avec bonheur, ceux et celles qui ne sont pas malades…Mais qui devraient faire œuvre de solidarité et entraide envers ceux qui souffrent et non d’exploitation ! 
  
  
  
  
A ce titre donc, ces taxes indirectes, perçues comme des exactions prédatrices, contrairement à celles qui sont équitables et généralisées, sont inciviques et antisociales. Qui plus est, ces taxes ne sont pas plus qu’une série d’entraves et de freins sur l’accès aux soins, aggravant de leurs 25 % près, toutes les étapes du parcours sanitaire, dans tous les secteurs et hospices de santé, militaires, publiques et privés ! Elles iront desservir l’AMO et contrecarrer l’esprit de l’INDH, telle que promue comme chantier de règne de S M, que Dieu Le garde et Le fortifie ! 
  
RÉQUISITOIRE ET ÉTHIQUE  
  
Face à cette arnaque archaïque, séditieuse, insouciante et sans conscience, mais honteusement légalisée depuis des lustres, tout se passe comme si le budget d’exploitation des malades était figé, génétiquement fixé et irréversible ! Us traditionnels ou « tertib », taxes féodales ou paresse ou inaptitude des législateurs ? Tout se passe comme si nos élus et autres cadres, devenus parlementaires ou ministres, n’arrivent plus à écouter, à innover ni à oser pour le bien de leur électeurs !  
  
Taxes indues, ni révisables par les progressistes du gouvernement, ni amendables par les parlementaires, c’est une malédiction originelle, sempiternelle qui est jeté comme une tare et qui plombe les marocains ! Ces exactions condamnent à perpétuité les Marocains, à subir le boulet et le carcan de taxes iniques et à les supporter comme autant de sévices et d’injustice sur leur santé !  
  
Nous avons parlé antérieurement de dîme et de gabelle, tant cette indécence nous heurtait sur le plan de la simple morale et du civisme, que du fait de son concept archaïque et féodal ! Cette fiscalisation de l’affliction et de la misère physique est surtout anachronique, compte tenu de l’action sociale prodigieuse qu’assume disions-nous SM Sidi Mohamed, le Libérateur des indigents et des handicapés.  
  
Il s’agit d’un rançonnement de la morbidité, qui est l’antithèse des efforts immenses et ubiquitaires que SM prodigue à Son Peuple, avec valeur et panache, sur le terrain de la réalité, pour rendre leur dignité aux tranches affaiblies de son Peuple. Nous en sommes les premiers à nous en féliciter et à Le louer pour cela entre autres charismes.  
Vous le savez, Honorables Lecteurs et vous, messieurs les Ministres et les Conseillers de SM, par expérience ou par intuition, mieux que n’importe quel malade de notre société ! La simple logique l’affirme, sinon, les pères de famille, qui vous diront quand ils ne voient pas pourquoi leurs fils malades et leurs parents affaiblis, doivent en plus de leurs souffrances, s’acquitter du quart des dépenses de santé au fisc collectif !  
  
Ces taxes surajoutées, régies par des réglementations attardées, sont vécues comme des châtiments punitifs, par tous les malades marocains, par toutes les familles, dont vous êtes, de par vos fonctions de proximité, messieurs les Cadres, les réceptacles, sinon les intermédiaire les plus avertis, auprès de notre Souverain bien aimé ! 
Entrées subrepticement dans la pratique et grossies avec le temps, ces taxes devenues habituelles par la force de l’inertie et de l’insouciance des choses, sont des pénalités, anti-humanitaires, sur les douleurs des gens et leurs fièvres. Nous ne le répéterons jamais assez ! Les supprimer c’est donc, messieurs les Décideurs, c’est soigner plus vite et mieux, bien plus de personnes ! C’est aussi réduire les complications et les handicaps, qui coûtent si cher, à l’Etat, quand il s’en aperçoit, et que c’est trop tard pour agir !  
  
  
  
En toute citoyenneté, dans tous les systèmes de pensée économique du plus libéral au socio démocrate, et dans tous les sens du civisme le plus élémentaire, les lignes des produits de confort et de luxe, devraient permettre logiquement à nos illustres financiers, de combler le manque à gagner sur les rubriques de santé et de ménager ceux qui malades, ne produisent pas! 
  
EXHORTATIONS A SM LE ROI, QUE DIEU LE GUIDE ! 
  
Nous adjurons ici, à travers votre respectable entremise, la Grande Mansuétude et la clairvoyance de SM le Roi. La sagesse qu’il est de réformer, pour rendre justice, toutes ces calamités passéistes, est digne des actions superbes, courageuses et exemplaires de SM. Si le progrès humain est la clé de voûte du chantier de l’INDH, la santé en est la base, autant que le pain, l’eau et la dignité par le travail ! Les bénéfices à lever de ces sanctions injustes, qui s’abattent sur les familles et leurs malades, sont incommensurables sur le plan de leurs retombées populaires et nationalistes. Curer ces dols c’est produire un effet de sympathie énorme envers le peuple qui s’en souviendra le jour des élections ou des votes… 
  
L’opportunité de supprimer les taxes indirectes de Douane et de TVA sur les médicaments, le matériel de diagnostic et les intrants des soins, sera un starter pour l’imaginaire et l’esprit entrepreneurial des jeunes investisseurs et un baume pour les Marocains. Cette forme de ‘’charité’’, de démocratie ou de simple justice, sera vécue par tous, comme une satisfaction, pleine de reconnaissance et de déférence envers Sa Majesté le Roi Sidi Mohamed et tous ceux qui gravitent autour du pouvoir ! 
  
Parce qu’il y a une solution économique, simple, qui rétablit la dignité et parce que c’est juste et éthique, parce que notre Pays contribue à propager les valeurs humanitaires, parce que notre Roi, avec exemplarité et vigueur, dispense Sa volonté généreuse de solidarité à l’adresse de Son Peuple, nous continuerons à expliquer aux Cadres, nous insisterons avec politesse, auprès du Législateur, pour que cette réforme logique, s’applique avec courage et qu’elle ait lieu malgré la nonchalance et les résistances ! 
  
MADAME, ET MESSIEURS LES MINISTRES  
  
En vous félicitant et vous remerciant de votre rôle de médiateurs avertis, nous demanderons aux enseignants, aux médecins, aux pharmaciens, aux proches Conseillers de SM le ROI, aux membres du Gouvernement Benkirane, avec dignité, courtoisie et sans relâche, de défendre notre requête et de vouloir bien la transmettre, en Haut Lieu, à SM le Roi , avec leurs meilleurs plaidoyers, parce que la Santé, selon nous médecins et malades, passe avant le pain et le travail.  
  
Kénitra, le 03 janvier 2012 
Dr IDRISSI My Ahmed, Président de l’AAMM 
  
ASSOCIATION DES AMIS DES MYASTHÉNIQUES DU MAROC 
CENTRE DE RÉFÉRENCE RÉGIONAL DES MALADIES NEUROMUSCULAIRES 
  
112, avenue Mohamed Diouri, Kénitra, Telfax: 0537376330, Assistance: 0661252005, 
Courriel: aamm25@gmail.com   Site : http://myasthenie.forumactif.com 

_________________
DR IDRISSI MY AHMED
aamm25@gmail.com
Revenir en haut
DR IDRISSI MY AHMED
Soleil
Soleil

Hors ligne

Inscrit le: 22 Juin 2008
Messages: 895
Localisation: Kénitra

MessagePosté le: Dim 15 Jan - 17:45 (2012)    Sujet du message: AUX MEMBRES DU NOUVEAU GOUVERNEMENT DE SM LE ROI A M. LE MINISTRE DE LA SANTE Répondre en citant

 ASSOCIATION DES AMIS DES MYASTHÉNIQUES DU MAROC



  
 
AUX MEMBRES DU NOUVEAU GOUVERNEMENT DE SM LE ROI 
 
A M. LE MINISTRE DE LA SANTE  
 
  
 
POUR UNE REFORME MENTALE ET FISCALE 
 
DES TAXES IMPOSÉES SUR LES MALADIES ! 
 
  
 
  
 
Exhortations  
 
  
 
Appel au nouveau Gouvernement, aux Partis et aux Conseillers de SM le Roi pour une Réforme des taxes sur les maladies. Un Projet de société nouveau basé sur plus d’humanité envers les malades et moins d’exploitations sur leur état. Des soins sans exactions fiscales indirectes ni arnaques sur les médicaments ou les diverses étapes des soins ! Ayez, nous vous en conjurons, la détermination d’opérer une Réforme fiscale générale sur le circuit des soins, sans discriminations entre les tares ! 
 
  
 
Messieurs les Ministres, 
 
  
 
Poursuivant notre œuvre d’information médicale et de solidarité, nous venons suggérer avec courtoisie et franche insistance aux Cadres de notre pays, aux Ministres concernés, aux illustres Conseillers de SM le Roi, d’appuyer notre appel de salubrité publique, maintes fois réitéré.  
 
  
 
Nous vous demandons de bien vouloir introduire à l’adresse de SM le Roi, que Dieu Le guide, et de défendre notre requête d’exemption de la TVA et des taxes de Douane. Ceci sur toutes les étapes de l’accès aux soins. C'est-à-dire sur tous les médicaments, leurs intrants, les réactifs et le matériel destinés aux soins des malades. 
 
  
 
La défiscalisation requise s’impose, pour être efficiente, tant sur le matériel de laboratoire, des intrants des médicaments que des réactifs destinés aux analyses. Ce sont autant de butées qui en cascades surajoutées, obèrent l’accès aux soins et renchérissent les pratiques et les investissements. Ce sont des contraintes tant sur les personnes, non sécurisées sociales, que sur les Caisses Mutuelles elles-mêmes et les hospices ! Assujettissement qu’il est juste de lever sur tous les médicaments, sur tous les soins et pour tous les marocains, sans discriminations aucune entre les maladies et les tares, sans exclusive de certaines pathologies sur d’autres ! 
 
  
 
La Réforme attendue devrait éliminer les Taxes de Douane et de TVA, sans restriction, pour s’appliquer sur tous les secteurs de la Santé, nous le disions, afin d’obtenir un impact efficace, capable de générer des comportements sanitaires plus salutaires et une économie appréciable pour les malades et leurs Caisses ! Une réforme de l’importateur de matériel au malade, de l’industriel du médicament au médecin.  
 
  
 
  
 
Nous ne voulons pas de demi-mesures, cosmétiques, ni de manœuvres populistes et dilatoires, mais une réelle renaissance du secteur de la Santé et une Réforme fiscale, vigoureuse, digne de la nouvelle philosophie du pouvoir de SM le Roi Sidi Mohammed ! Un véritable projet de société, humaniste et humanitaire, qui n’est guère étranger aux valeurs et aux pratiques de solidarité de SM. Et ce souhait fervent, cette requête déférente, nous les réitérons avec ardeur et sans défaillance, à l’occasion des élections prochaines. 
 
  
 
Dans notre pays, à peine 35 % de la population seraient plus ou moins couverts par la jeune AMO, (Assurance Maladies Obligatoire). Ainsi, à titre complémentaire, cette réforme est vivement demandée à SM le Roi. Elle devra toucher tous les secteurs dans la cascade de leurs prestations où interfèrent les taxes de Douane et de TVA. 
 
  
 
Celles-ci commencent par taxer les investissements industriels, intéressent les laboratoires paramédicaux, techniques et hospitaliers. Lesquelles taxations amoncelées encore, se répercutent sur les coûts des prescriptions des examens complémentaires et de diagnostic, en grossissant les prix des examens de radios et des analyses, pour s’appliquer en outre sur les soins et achever enfin, le malade, dans la vente des médicaments ! 
 
  
 
LE PLAIDOYER DE L’AAMM 
 
Constatez, avec nous honorables messieurs ! 
 
  
 
En effet, chers lecteurs et/ou futurs malades, à Dieu ne plaise, quelle valeur ajoutée y a-t-il dans une angine, une bronchite, un ulcère, une diarrhée, une énurésie, un asthme, une dépression, une angoisse, un tic, une démence ? Quelle valeur ajoutée y a-t-il dans les maladies internes, chez les malades musculaires et neurologiques ? Trouvez-nous une valeur ajoutée ou de quoi taxer avec justice et équité, avec justesse et honnêteté, une cardiopathie, une cataracte ? Voire une diplopie, comme c’est courant chez les Myasthéniques, une dysphagie, un encombrement des bronches, et dans toutes les formes d’impotences des membres que combat un malade, enfant, femme ou vieillard, menacé à tout moment par une aggravation de son cas ou par un handicap à vie ? Qu’il soit myasthénique, SEP, débilité par une autre affection plus courante, ou porteur d’une autre pathologie, aigue ou chronique, voire plus tragique encore ! 
 
  
 
Comment peut-on encore exploiter ces tares et ces malades, que menacent à tout moment la déchéance, l’handicap, le confinement humiliant, la misère, la mendicité, la honte et l’exclusion ? Si l’on veut faire œuvre de développement humain ou humanitaire, la réforme fiscale attendue sur la santé, est un versant qui a un impact social sensible et conséquent pour la gloire du Souverain! Aucun alibi ne peut plus désormais défendre cette fiscalité de la douleur ni les réticences à s’en débarrasser !  
 
Cette fiscalisation de l’affliction et de la misère physique est anachronique, compte tenu de l’action sociale prodigieuse qu’assume SM Si Mohamed, avec force, brio et ténacité. Et nous le proclamons, ici, avec sincérité, loyalisme et certitude ! 
 
  
 
Qui plus est ces taxes de Douane et de TVA sur la santé, sont en fait des pénalités sur les maladies, les fièvres et les douleurs. Car, chers Lecteurs, les seuls qui paient ces taxes, sont ceux qui souffrent, subissant une ségrégation de fait ! Impopulaires et iniques, ces taxes indirectes et sournoises, exploitent ostensiblement les seules tranches malades de parmi les citoyens, préservant avec bonheur, ceux et celles qui ne sont pas malades…Mais qui devraient faire œuvre de solidarité et entraide envers ceux qui souffrent et non d’exploitation ! 
 
  
 
  
 
  
 
  
 
A ce titre donc, ces taxes indirectes, perçues comme des exactions prédatrices, contrairement à celles qui sont équitables et généralisées, sont inciviques et antisociales. Qui plus est, ces taxes ne sont pas plus qu’une série d’entraves et de freins sur l’accès aux soins, aggravant de leurs 25 % près, toutes les étapes du parcours sanitaire, dans tous les secteurs et hospices de santé, militaires, publiques et privés ! Elles iront desservir l’AMO et contrecarrer l’esprit de l’INDH, telle que promue comme chantier de règne de S M, que Dieu Le garde et Le fortifie ! 
 
  
 
RÉQUISITOIRE ET ÉTHIQUE  
 
  
 
Face à cette arnaque archaïque, séditieuse, insouciante et sans conscience, mais honteusement légalisée depuis des lustres, tout se passe comme si le budget d’exploitation des malades était figé, génétiquement fixé et irréversible ! Us traditionnels ou « tertib », taxes féodales ou paresse ou inaptitude des législateurs ? Tout se passe comme si nos élus et autres cadres, devenus parlementaires ou ministres, n’arrivent plus à écouter, à innover ni à oser pour le bien de leur électeurs !  
 
  
 
Taxes indues, ni révisables par les progressistes du gouvernement, ni amendables par les parlementaires, c’est une malédiction originelle, sempiternelle qui est jeté comme une tare et qui plombe les marocains ! Ces exactions condamnent à perpétuité les Marocains, à subir le boulet et le carcan de taxes iniques et à les supporter comme autant de sévices et d’injustice sur leur santé !  
 
  
 
Nous avons parlé antérieurement de dîme et de gabelle, tant cette indécence nous heurtait sur le plan de la simple morale et du civisme, que du fait de son concept archaïque et féodal ! Cette fiscalisation de l’affliction et de la misère physique est surtout anachronique, compte tenu de l’action sociale prodigieuse qu’assume disions-nous SM Sidi Mohamed, le Libérateur des indigents et des handicapés.  
 
  
 
Il s’agit d’un rançonnement de la morbidité, qui est l’antithèse des efforts immenses et ubiquitaires que SM prodigue à Son Peuple, avec valeur et panache, sur le terrain de la réalité, pour rendre leur dignité aux tranches affaiblies de son Peuple. Nous en sommes les premiers à nous en féliciter et à Le louer pour cela entre autres charismes.  
 
Vous le savez, Honorables Lecteurs et vous, messieurs les Ministres et les Conseillers de SM, par expérience ou par intuition, mieux que n’importe quel malade de notre société ! La simple logique l’affirme, sinon, les pères de famille, qui vous diront quand ils ne voient pas pourquoi leurs fils malades et leurs parents affaiblis, doivent en plus de leurs souffrances, s’acquitter du quart des dépenses de santé au fisc collectif !  
 
  
 
Ces taxes surajoutées, régies par des réglementations attardées, sont vécues comme des châtiments punitifs, par tous les malades marocains, par toutes les familles, dont vous êtes, de par vos fonctions de proximité, messieurs les Cadres, les réceptacles, sinon les intermédiaire les plus avertis, auprès de notre Souverain bien aimé ! 
 
Entrées subrepticement dans la pratique et grossies avec le temps, ces taxes devenues habituelles par la force de l’inertie et de l’insouciance des choses, sont des pénalités, anti-humanitaires, sur les douleurs des gens et leurs fièvres. Nous ne le répéterons jamais assez ! Les supprimer c’est donc, messieurs les Décideurs, c’est soigner plus vite et mieux, bien plus de personnes ! C’est aussi réduire les complications et les handicaps, qui coûtent si cher, à l’Etat, quand il s’en aperçoit, et que c’est trop tard pour agir !  
 
  
 
  
 
  
 
En toute citoyenneté, dans tous les systèmes de pensée économique du plus libéral au socio démocrate, et dans tous les sens du civisme le plus élémentaire, les lignes des produits de confort et de luxe, devraient permettre logiquement à nos illustres financiers, de combler le manque à gagner sur les rubriques de santé et de ménager ceux qui malades, ne produisent pas! 
 
  
 
EXHORTATIONS A SM LE ROI, QUE DIEU LE GUIDE ! 
 
  
 
Nous adjurons ici, à travers votre respectable entremise, la Grande Mansuétude et la clairvoyance de SM le Roi. La sagesse qu’il est de réformer, pour rendre justice, toutes ces calamités passéistes, est digne des actions superbes, courageuses et exemplaires de SM. Si le progrès humain est la clé de voûte du chantier de l’INDH, la santé en est la base, autant que le pain, l’eau et la dignité par le travail ! Les bénéfices à lever de ces sanctions injustes, qui s’abattent sur les familles et leurs malades, sont incommensurables sur le plan de leurs retombées populaires et nationalistes. Curer ces dols c’est produire un effet de sympathie énorme envers le peuple qui s’en souviendra le jour des élections ou des votes… 
 
  
 
L’opportunité de supprimer les taxes indirectes de Douane et de TVA sur les médicaments, le matériel de diagnostic et les intrants des soins, sera un starter pour l’imaginaire et l’esprit entrepreneurial des jeunes investisseurs et un baume pour les Marocains. Cette forme de ‘’charité’’, de démocratie ou de simple justice, sera vécue par tous, comme une satisfaction, pleine de reconnaissance et de déférence envers Sa Majesté le Roi Sidi Mohamed et tous ceux qui gravitent autour du pouvoir ! 
 
  
 
Parce qu’il y a une solution économique, simple, qui rétablit la dignité et parce que c’est juste et éthique, parce que notre Pays contribue à propager les valeurs humanitaires, parce que notre Roi, avec exemplarité et vigueur, dispense Sa volonté généreuse de solidarité à l’adresse de Son Peuple, nous continuerons à expliquer aux Cadres, nous insisterons avec politesse, auprès du Législateur, pour que cette réforme logique, s’applique avec courage et qu’elle ait lieu malgré la nonchalance et les résistances ! 
 
  
 
MADAME, ET MESSIEURS LES MINISTRES  
 
  
 
En vous félicitant et vous remerciant de votre rôle de médiateurs avertis, nous demanderons aux enseignants, aux médecins, aux pharmaciens, aux proches Conseillers de SM le ROI, aux membres du Gouvernement Benkirane, avec dignité, courtoisie et sans relâche, de défendre notre requête et de vouloir bien la transmettre, en Haut Lieu, à SM le Roi , avec leurs meilleurs plaidoyers, parce que la Santé, selon nous médecins et malades, passe avant le pain et le travail.  
 
  
 
Kénitra, le 03 janvier 2012 
 
Dr IDRISSI My Ahmed, Président de l’AAMM 
 
  
 
ASSOCIATION DES AMIS DES MYASTHÉNIQUES DU MAROC 
 
CENTRE DE RÉFÉRENCE RÉGIONAL DES MALADIES NEUROMUSCULAIRES 
 
  
 
112, avenue Mohamed Diouri, Kénitra, Telfax: 0537376330, Assistance: 0661252005, 
 
Courriel: aamm25@gmail.com   Site : http://myasthenie.forumactif.com 
 

_________________
DR IDRISSI MY AHMED
aamm25@gmail.com
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 03:40 (2017)    Sujet du message: « Restaurer la confiance des patients »

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum des Médecins Au Maroc Index du Forum -> La Médecine Au Maroc -> Actualités professionnelles et Infos Toutes les heures sont au format GMT
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | créer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com