Forum des Médecins Au Maroc Index du Forum

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

LES PLIS ÉROTIQUES DE LA MAJA OU L’ANNONCE DE L’APOCALYPSE

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum des Médecins Au Maroc Index du Forum -> Détendez vous -> Art & Culture -> Littérature
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
DR IDRISSI MY AHMED
Soleil
Soleil

Hors ligne

Inscrit le: 22 Juin 2008
Messages: 895
Localisation: Kénitra

MessagePosté le: Dim 9 Oct - 00:04 (2011)    Sujet du message: LES PLIS ÉROTIQUES DE LA MAJA OU L’ANNONCE DE L’APOCALYPSE Répondre en citant

MADAME STUDENT 
Chapitre 39 des chroniques différées  
LES PLIS ÉROTIQUES DE LA MAJA OU L’ANNONCE DE L’APOCALYPSE 
  
Je pensais… Il faut bien que quelqu’un compte les feuilles des arbres qui naissent, celles qui tombent sous nos pas, ma chute de tout à l’heure sur le trottoir. Et cette âme d’Ahmed Lemaricani, qui s’en va. Cette hémorragie d’ulcère d’estomac chez un adolescent. Cette méningite de l’enfant et cette tumeur du sein de Mme Zineb Patience ? 
Il faut bien qu’il calcule au sinus près les bosselures colorées et le trajet des nuages, le cycle des astres, où vont les parfums et s’arrêtent les vents. Ces ondes sur le lac qu’admirent les enfants, ces vagues et cette mousse sur le roc, ces perles de pluie qui tombent sur les traces des pas d’un papillon lorsqu’il sort du cocon. Sais-t-il où il va quand il suit son instinct ? Ses battements d’ailes vont-il faire cesser les bombardements aveugles mais conscients de l’OTAN ? Il faut encore des yeux pour déchiffrer les codes informatiques des caractères que j’écris à ton attention, Lecteur ! Il faut une sacrée intelligence, dis-je, munie de moyens de perception pour s’informer des influx de tous les yeux de la terre. Ces milliards d’humains ou presque et ces milliards de milliards d’êtres qui s’agitent sur terre. Organes multiples et limités, rivés sur les écrans, sur les objets que l’on voit et ceux que l’on ne voit ni entend pas, qu’ils proviennent de l’espace ou d’ici-bas. Il y a forcément quelqu’Un qui doit les voir à Sa façon et que l’on ne voit pas ! 
N’ayez crainte, je ne délire pas. D’ailleurs, même ceux qui délirent se défendent de le faire, ne s’en apercevant pas ! Appelez ça donc ontologie. Je me pose des questions sur ce monde extraordinaire, sur l’infiniment petit et les compétences divines nécessaires pour s’informer et régir l’immensité, de cet univers né sous X, époustouflant ! S’informer et agir sur ces milliards de milliards de planètes et d’étoiles, leurs trajets et leurs lois... Surveiller ces êtres et leurs actions…Inspecter ou écouter peut-être notre conscience relative et nos moyens limités, à la recherche éperdue de notre origine et notre devenir ! Bêtes cruelles, fauves sanguinaires, barbares nourris de crimes, ou âmes en formation ? Espoir pour la chenille de devenir un beau papillon. Mais cette comparaison est un raccourci insuffisant, car le papillon reste mortel et l’âme, ne le devant pas, selon les crédos et concepts usuels. Je ne pense pas que nous puissions avoir des réponses logiques à notre quête d’humains, en manque nostalgiques de ce que nous ne savons pas. Bornés que nous sommes de par le matériel constitutif de nos organes de perception, labiles et éphémères, nous manquons de moyens efficients pour percer ce que nous sommes, la finalité de notre vie et où nous allons.  
Les réactions chimiques des aliments et comment ils pénètrent dans chaque cellule de tout être vivant. Ceux des plantes qui vivent et ceux des animaux dont nous vivons. Ceux qui circulent sous terre et qui brillent de couleurs dans les profondeurs des mers. Et puis veiller sur le comment pour recycler ces atomes et leurs plus petits éléments. Non seulement ici, mais dans tout l’univers, depuis la nuit des temps et avant que naissent le Soleil et la Terre et jusqu’au terme supposé de la création !  
Difficile de croire que tu n’es qu’un accident de la nature, compère ! Une vie fortuite, un destin inutile. A quoi ai-je été utile, te demandes-tu peut-être ? Avais-je un but avant de naître ? En quoi ai-je pu servir les miens, mon pays ou mon Dieu, de mon vivant ? Dieu, a-t-il si besoin de mes prières ? Évidemment que non ! Car nos louanges, nos attentes et nos vœux, sont des invocations, des appels souvent égoïstes et personnels ! Alors, en dehors de soi, pour justifier sa vie, comment peux-tu être utile au Maître du monde ? Alors que Lui, Il est auto-suffisant par Lui-même, par essence et par définition, et qu’Il ne demande rien pour conforter Sa Déité. Une raison de croire que l’homme n’est pas un rien créé pour rien et que le néant n’est pas une justification rationnelle et que la vie encore ne s’arrête à la seule terre 
Derrière la Création il y a bien une Volonté. Sinon un but imperceptible pour nous autres qui ne faisons qui ne sommes qu’une partie infime du décor ! Il y a donc d’importants mystères. Seulement, Dieu garde la clé de Ses mystères. Et la persistance de ces mystères implique l’existence de Dieu ! Dès lors, il vaut mieux croire et ardemment y croire. Ce n’est pas un pari pascalien, c’est un placement logique, garanti ! Il n’y a aucune virilité d’égo à se démarquer par le nihilisme et la superbe, de peur d’être berné par les prophètes. Nier alors, peut être une erreur de jugement et de tir. Justifiée du moins par les dissidences entre les religions et ceux des hommes qui les colportent et les exploitent en vue d’assujettir les plus crédules. Les mystères persistent et la Science, toutes les sciences, essaient de percer les inconnues de l’univers.  
Cogitations et Mystères. Néant et inexistence, création, évolution, involution, chaos, guerres et révolution, apocalypse, résurrection, jugement et sanction, enfer et paradis, éternité, vertiges qui le matin, mieux qu’une dépression te forcent au travail, à la réflexion et l’inspiration.  
Thèses homicides. Parallèlement à la création, la destruction se fait homme. Entre l’arrogance et le mépris, la connaissance et son contraire, l’attirance de l’argent et du pouvoir, l’homme, sans freins étale sa main armée, quitte à casser pour prendre, à tuer pour voler. Ces nègres descendus de l’arbre, dont les blancs se moquent, l’un deux est président aujourd’hui de la plus grande puissance du monde. Ce marocain, sultan ou empereur de pacotille, manipulé par les colons, est devenu une référence pour les résistants de l’Afrique, une icône de la libération du Tiers-Monde…Cette vielle malade qui pue la misère à repousser les aides, est devenue une houri de l’Eden. Et ces multiples bébés, jetés chaque jour aux ordures, s’ils n’ont pu devenir des enfants sur terre, sont aujourd’hui des anges au ciel … 
J’étais en train de penser à ces banalités mystiques et philosophiques, sans solutions visibles, pensées propres ou psittacisme inconscient et régurgitations, que voilà la Fattouche(F) qui entre en trombe au bureau, comme prise de panique et en colère. 
F _ Docteur, Docteur, il y a votre amie, cette vieille chipie de Mme Student( S) qui débarque, sans prévenir ni crier gare, alors qu’on a terminé la consultation et que les manifestations d’en face, sur la place de la Fontaine, font un brouhaha terrible, face à la police qui les surveille ! Pour une revenante, c’est une ingénue ! Elle aurait dû prendre un rendez-vous ! Ça alors, ces zombis, c’est des impudents ! 
M _ Tu as dit : Ces salauds, ces zoghbis, c’est des imprudents ?   
F_ Oui à peu près, Docteur Maidoc ( M ) ! (Il faudra qu’il consulte un Orl ! Il faut l’appareiller dare dare ou lui retirer le stéthoscope). Ils clament à tue tête des slogans impensables contre les grosses légumes du gouvernement. Hchouma had chi, les jeunes du M20Fev ! Ils veulent ‘’barra’’ pour tous ! Moi, je me barre ! Toute ma famille a émigré barra !  Moi aussi, je, sors  Docteur ! Je sors ! Il y a mon cours d’espagnol, mon sport et la cuisine qui m’attendent. Sans compter le linge des enfants, leurs devoirs scolaires et ceux de Mon-Mari ! Les profs comptent sur nous pour expliquer les cours de maths, de conjugaison en plus des devoirs conjugaux…Et il faut de plus les payer tous, pour ça !  
M _ Hum, hum, va, bla fhamate wa la khaouf ! Laisse-les manifester sans crainte, puisque le gouvernement autorise les jeunes à s’impliquer dans la politique ! Fais-la entrer, ta zombie, avant de refermer le caveau ! 
F _ Le caniveau ? 
M - La porte STP ! On gagnera du temps sur les explications et les chicanes. Les contraintes de notre métier nous illustrent et nous haussent. Enfin, c’est subjectif comme positionnements !  
F _ Hum ! Ah, allez, entrez Mame, allez vite, le Docteur vous attend au caniveau !  
S_ Caveau, vous avez dit ? 
F _ C, A, V, E, A, Uuuh ! J’ignorais que ce cabinet où je travaille depuis trente ans était une porte spatiotemporelle ! Et qui plus est, ouverte sur l’Au-delà ! Ce qui est, avouez, une première en matière de SF. N’est-ce pas ?! Et moi, je me tire de peur d’être aspirée outre-tombe, avec vous madame Du Spectre ! Je vous le livre vivant, madame la défunte. Gardez-le entier, pour ses malades du moins ! (Entre-nous, je ne comprends pas pourquoi elle vient consulter un médecin ici ? Y a pas de bons médecins, là haut ou pour elle, en bas ?) 
S _ Darling Maidoc ! 
F_ (Hakili, Elle lui dit Darling La Fossile ! Qu’est-ce qui l’attend le pauvre Maâlem. Quel métier ! Même les morts viennent nous consulter ! Célébrité oblige ! Bye, je me tire… Tchao Lecteurs, surveillez ces deux là ! Dites-le aux services spéciaux, qu’ils viennent mater ici, au lieu de mater les chômeurs aux slogans ! 
M_ Ma chère Mme Student ! Je n’ai plus de force, je n’ai pas d’énergie, mais assez de vigueur pour ne pas me laisser submerger par l’angoisse et la déprime… 
S_, Mais, vous n’avez pas pris un seul pli ! Alléluia, les miracles ne sont pas perdus après les derniers prophètes ! Et les nouveaux médecins, mutés par la Ministre sur l’Au-delà ! Par contre, votre aide, elle prend de ces airs ! Ma parole ! Ya Latif, comme vous dites ! Je vais te tutoyer comme avant, si tu permets. Tu ne la paies pas assez ou que vous ayez permuté vos gènes et vos offices ?!  
M_! Tutoyez-moi, madame autant que vous pouvez. Vous, OK, tu es comme moi-même ! Il n’y pas d’espace entre nous ! Tutoie-moi Chery, autant que tu veux, jusqu’à ce que mort s’en suive ! Ne fais pas attention à la mort si elle survient et serre encore. Ne fais pas attention à elle, non plus. Elle a trop de boulot-s. 
S_ Trop de culot, oui ! 
M_ Mais, dis-moi ! Plus de cernes, plus de fronces ! La colonne toute droite, comme un général cinq étoiles en garde à vous devant un plouc devenu parlementaire ! Quelle audace, quelle allure, avec ces cheveux maïs et chocolat ! Ton secret, que je m’en inspire! Je peux les sentir ? Il y a comme un goût de glace interdite à un enfant malade ! C’est du Titan ou du Magnum ? 
S _ Oh, my God! Vous êtes impudent, My Dear! Vous prenez des excitants ? On nous entend, calmez vos ardeurs ! On vous noie d’échantillons. Prenez garde à l’automédication et aux mauvaises projections ! Vous êtes mal inspiré-là ! Nous ne sommes pas à l’hôtel Lincoln de New-York. Et je ne viens pas faire la chambre d’un faune FMIste, non plus ! Je vais vous vouvoyer pour moins d’intimité, si c’est comme ça ! 
M_ Non !  
S_ Et puis engage une autre ! Ou trois autres infirmières pour le même prix. Vos clients seront mieux servis ! Ils pourront les consommer ! Votre Mac Do d’en face, il donne bien des jouets aux enfants avec les repas à emporter !  
M _ Chut, elle entend ! Non, surtout pas ça ! Elle est fidèle et loyale ! Et puis elle connaît bien son métier ! Mais dis-moi, tu viens de l’Au-delà pour médire, prendre ta tension ou nous soutirer des infos et subtiliser des nouvelles du pays ? Tu ne peux pas faire ça directement du ciel, sans devoir débarquer inopportunément, ici, en crevant la couche d’ozone, pour t’infiltrer parmi les vivants ?  
S _ Non, non, si je reviens c’est pour m’amuser. Je suis en mission, pour m’amuser. Tous frais payés ! Et pour agir et changer les événements, un tantinet. C’est plus grisant. 
M_ Pour les cheveux ? 
S_ Non, pour les neurones ! Et votre femme de charge, cette maigreur de Bounedif ? Elle circule toujours ? Elle a grossi ? Mariée ? Je ne la perçois pas derrière la porte en train d’épier et d’écouter ! C’est déjà ça ! 
M_ C’est vrai que tu peux entendre et deviner, voir à travers et même de travers ! Traverser et faire sauter si besoin les éléments !  
S_ Et de Bounedif, tu disais quoi, pour ne pas perdre le fil ! 
M_ ‘’Elle s’est retraitée’’ ! Tu devrais le savoir plus que moi et en être mieux informée. Puisque tu viens des hautes sphères où les destins et les cours sont écrits. 
S_ Pas tout à fait ! C’est pour bavarder et le faire savoir aux lecteurs…Moi je le sais, même si je pose des questions à propos de tout et de rien, c’est pour édifier les auditeurs! 
M_ Alors laisse les AudiCteurs* me poser directement des questions au fur et à mesure ! (Auditeurs et lecteurs en même temps qui écoutent et regardent la pièce de théâtre que nous jouons, maintenant, pour être interpelés et s’y exprimer et participer). Et je leur répondrais alors au fur et à mesure… Tu résonneras comme une interface, en utilisant tes pouvoirs télé-spacio-temporels-au-déliens*! (Audélien*, barbarisme pour parler des ondes, des mots et des esprits qui proviennent ou qui vont instantanément vers l’au-delà, en brisant la barrière spatiotemporelle et en dépassant la vitesse de la lumière !)  
S_ Soyons sérieux, Maidoc ! On est juste entre-nous ! Laissons de côté la mystique, la scatologie et l’ésotérisme pour ne pas déplaire aux lecteurs ! Sinon ils ne vont pas aller jusqu’au au bout de tes pages. 
M_ Oui, préférons leur parler d’érotisme ! On peut faire alors ce que je veux ! Il n’y aura pas d’abandons.  
S_ T’es devenu fou ? Fricoter avec une femme morte ! Une demoiselle qui n’est même pas la tienne ! C’est de la nécrophilie à laquelle tu m’invites, compère ! C’est du pénal avec camisole de force garantie en milieu de santé ! Et la Bounedif ? 
M_ Fin de partie. Partie sans laisser d’adresse. Partie dans un couvent de fqih guérisseur.  
S_ Le fquih Mekki Tourabi de Témara ? Ou le Qadiri Boudchichi de Madagh ?   
M_ Chut, elle entend. Elle est chez quelqu’un m’a-t-on dit, de plus cultivé en démonerie angélique ! Elle a grossi. Elle s’était cultivée. Mais revenons à toi, à vous, my dear Lalla Student ! C’est formidable vous volez le temps disais-je! Vous vous subtilisez à ses tours et à ses morsures ! On vous a volé d’un musée égyptien ? A propos Moubarak, Saddam, Ben Ladden, des nouvelles ?  
S_ Ils sont au secret !  
M_ Je vous croyais émigrée outre-tombe, pardon outre-mer ! A Paris,  à Tel Aviv ! 
S_ Non, non, il y a longtemps que j’ai terminé avec la Palestine, les Juifs et leur Prince de sang hébraïque, 
M_ David Salomon le 60 ème ! Mon célèbre malade. Je n’ai plus eu de princes après lui. 
S_ Oui ! J’avais dit adieu au Roi de Sion, ses cérémonies, sa stratégie, car il devait préparer l’Apocalypse. Le Mahdi, Hagog et Magog, le retour de Jésus et celui des Quatre Cavaliers de … 
M _ De l’Apocalypse ! Ce n’est pas d’un bon présage ! Ça ne me convient pas. Rien ne presse pour broyer du noir ni broyer cette bonne terre et la pulvériser. Les riches fermiers qui ne paient pas d’impôts agricoles vont vous fulminer. Et, il n’y en a pas trente six comme elle, tu sais ! Notre pu… de bonne Terre, elle a des fans qui refusent son chaos ! Dans toute la Voie Lactée, dans touts l’univers, elle est unique, comme toi. Et je tiens à garder ma maison et mon cabinet, ma patrie, qu’est cette bonne petite Terre ! Dont je n’ai aucune acre pourtant !  
S_ Est tu si sûr ? Tous les fondamentalistes bibliques d’ici et d’Amérique ne croient qu’en ça, depuis l’origine de la planète et bien avant ! L’Apocalypse ! Toute création est mortelle. Même le Soleil, finira par s’éteindre un jour et l’univers entier se ramasser dans le petit grain qu’il fut avant le Big Bang ! 
M_ C’est votre droit, je le respecte, malgré moi et ce par conviction, mais sans y croire ! Balivernes ! Et, Dieu, Sidi Rabbi, Lui avez-vous demandé Son avis, avant de vouloir bazarder Sa création ? En prétextant de stupides prophéties et avant de vous lancer dans cette hypothèse et ces aventures sans lendemain... 
S- 11 / 9 !  2012 ! Tiens-toi prêt ! Tout est prédit d’avance.  
M_ C’est vrai qu’on ne peut prédire qu’à l’avance…Rarement après ! Tout est périmé d’avance ! Et que prédire tient plus de la science que du hasard et de l’illumination. Enfin, ce n’est pas tout à fait mon domaine, même si on imagine le décours de certaines maladies. Encore que le destin n’est destin qu’à postériori ! N’est-ce pas ?  
S_ Ne te moque pas des choses hermétiques et des causes et raisons qui te sont cachées !   
M_ Mais ne cassez pas des peuples et ne faites pas de nettoyages ethniques pour ça !  
S_ Qu’est-ce que ça avoir ici, pour l’instant ? 
M_ Le mythe, le rêve, les religions, c’est bien d’y croire, mais sans porter atteinte aux autres crédos, à la paix générale, aux biens des gens. Et ce même si vous êtes de pieux  illuminés, en mal de divins clans et de célestes filiations. Forts de votre extraction Laissez-faire la nature. Laissez faire les peuples, les civilisations. Ne cassez pas l’horloge pour avancer l’heure ! 
S_ C’est entendu ! Je te sais plus philosophe en surface et plus laïc en apparence ! Sans formation pointue, pour ne pas blesser, ni profonde ou large pour ne pas te noyer !  
M_ Merci ! Mais qu’insinues-tu par là ? (Vipère, tu n’a rien perdu de ton poison en crevant)  
S_ Non, c’est plus cynique que ça n’en l’air et que j’en ai entendu de plus péjoratif sur ton dos ! Je dis, j’affirme, mais je n’insinue rien. 
M_ Pari gagné, perverse créature ! J’avais pris cela pour un compliment. Ça gonflait mon égo ! J’en avais besoin avec tous les ratés, les maladies, les malades, les déprimés, les déceptions, les manques, les autorités qui nous surveillent mais ne nous écoutent pas…Les soulèvements inutiles des révolutions ratées, les pollutions nocturnes des peuples de la Lune !   
S_ Ne pleure pas ! Les mortels sont devenus récalcitrants ! C’est pour ça que je te laisse chater ! Je respecte les délires en surface et les bravades face à face ! C’est le droit de chacun de se tromper, de croire comme vraies à ses erreurs ! Mais, c’est mon droit et de mon devoir aussi de ne pas faire avec ce qu’il raconte ou qu’il croit juste. Et ça ne me dérange pas que tu ne crois pas en ce que je crois ! « Lakoum dinoukoum wa liya dini », parole coranique, appliquée à de laïcs crédos ! Dieu n’a besoin de personne ! Ni des manipulations d’aucuns, pour Le défendre. Encore moins d’obliger les gens à se plier en quatre, à jeuner, à égorger un mouton pour Lui, ou à se sacrifier, Lui-même sur une croix, s’y laisser percer de lances et de clous,  afin de demander à Soi-même, la grâce du troupeau !  
M_ Oh, la vache, on ne te dirait point chrétienne, tu refuses le miracle de la Trinité !  
S_ pour te rassurer je ne suis pas apostat. Le credo est une chose mais je suis une laïque. Parallèlement aux libertés, croire c’est admettre les miracles et c’en est un ici, si ça te plait de l’entendre ainsi !  
M_ Oui, entendu ! Ce sont tes concepts mais ton crédo Une belle nuance que je viens de saisi. Je t’ai comprise. Il faut être d’opinions diverses pour dialoguer avec profit ! Sinon ce serait un monologue de foule ! Un ronronnement d’une platitude qui se répète et qui répète ce que l’autre sait déjà ! 
S_ Ou un brouhaha, quand il gène les autres, leurs concepts et leurs crédos et qu’il suscite de l’incompréhension, l’opposition, les soulèvements, les révoltes et les guerres. Et, puis sans transition, il est toujours malade, Le pauvre !  
M_ Qui ça, Chirac ? Boutef, Kadhafi, Saddam ? 
S_ Non je parle de mon filleul et disciple, David Salomon le 60 ème ! On vous doit une  fière chandelle. Israël vous est reconnaissant d’avoir soigné son héritier du trône et sauvé Sa réputation et Son aura ! Depuis que vous l’avez sorti d’une gono-candidose de la bouche et protégé de sa succulente copine arabe, Ruby Berlusconi, qui allait briser sa carrière et nous causer un néfaste Davidgate ! Mais, Il est resté mince et fluet, l’allure maladive, au lieu de garder son air princier. 
M_ Oui, je me rappelle du cas médical. J’en tremble encore. On lui avait fait faire, à son insu et à la tienne aussi, une recherche du Sida ! Pour ne pas l’alarmer et pour ne pas passer à côté de la plaque non plus ! Parce que la pulpeuse Karima El Mahroug risquait de le calciner aussi ! C’est une tombeuse d’icones ! Méfie-toi ! 
S_ Ah oui, je me rappelle de cette bombe iconoclaste, avant qu’elle n’aille botter en Italie. Je suis son dossier. Elle y sévit encore. On avait emprunté un autre nom imaginaire, pour ne pas divulguer une maladie éventuelle aux ennemis du peuple de Sion qui auraient…calciné le Maroc pour se venger de la marocaine…  
M_ Il faut aux princes d’éviter de faire trop bonne chair. Ne pas abuser des protéines, ni des bonnes terres, synthétiques ou esthétiquement modifiées ! Ce sont de mauvaises rencontres gastronomiques qui bombent le ventre et causent des météorismes.  
S - Une mauvaise idée que cette recherche de nostalgie charnelle avec les filles de l’extérieur…Elles perdent leur garantie et leur pureté locale. Et puis le Prince perdait sa pureté raciale en fricotant avec une Arabe d’ici !  Méfie-toi, je te dis! 
M- Elles sont meilleures que les autres, dit-on ! Et pour une femme, tu en connais plus qu’il ne faut à propos des nôtres.  
S_ Il a dû être contaminé par une flore résistante, certes.  
M_ Certainement, une souche importée des pays riches où sévissent l’homosexualité et l’usage les drogues injectables ! Mais, je ne jette pas la pierre ! 
S_ Ces terroristes sont minées de l’intérieur. Elles sont bourrées de germes mortels pour les autres. Ce sont des porteuses saines. Mais ces microbes restent quiescents dans l’organisme  Ces espionnes sont préparées, vaccinées, protégées et utilisées par vos services…Cette poule dynamitée est une porteuse qui a été envoyée par le Hamas ! L’Iran ou Al Qaeda, Bel Laden, qui sait ? Qui a pu perfectionner cette arme terroriste femelle et la propulser sur le Prince David ? Lui si jeune, si pur et si innocent ! 
M - Ah, je ne savais pas que les terroristes gardaient leurs militantes vivantes après usage !  
S_ Tu ne sais rien ou tu fais mine de ne rien savoir, dès qu’on parle de politique locale ou d’Israël ? Tu as peur de dire des bêtises ou de parler des tabous ? Un secret médical de plus ! Décevant comme posture intellectuelle de la part d’un scientifique ! Tu aurais peur de dire ton opinion, publiquement, à une vieille dame, sur le retour, qui sait garder tes confidences ? 
M_ Je ne sais pas à qui tu me vends quand tu sors ! Cette pimpante espionne, vue la sournoise approche et le cynisme de l’affaire, ne pouvait être qu’au service du triste Mossad ! Nous, on n’a pas le génie pervers, sournois, fourbe et suffisant qui peut défier le leur !  
S_ Vous avez appris depuis. Vous êtes devenus une puissance en la matière ! Vous avez des conseillers et des formateurs ! Et vous êtes moins radins ! En plus de la bouffe opulente et des cadeaux, vous les payez mieux. Elle s’était rendue volontairement malade, j’en suis certaine, sachant qu’elle allait être offerte comme cadeau en nature, aux fins d’attirer la sympathie du prince, et de l’infecter mortellement en retour!  
M_ C’est trop compliqué pour moi ! Elle servait non seulement de vectrice, mais aussi d’arme redoutable, politique, pour impliquer faussement les adversaires d’Israël et dire des Arabes qu’ils sont la cause de l’effacement d’Israël et de l’empêchement de la fin du monde. I faut le faire ! C’est de la ‘’pourritique* friction’’ !   
S_ Passons sur ces insanités.  
M_ Attention ‘’çha glische’’ ! Tu es revenue de l’autre monde. OK, vamos ! Et tu as une mission Student. Laquelle, dis-nous ? Le lecteur veut connaître la fin de l’histoire. Le pourquoi de son inception et de son intrusion. 
S_ L’Apocalypse reste un credo très attendu par toutes les religions ! Même la vôtre, d’islamiste ! 
M_ D’islamique… 
S_ Lapsus ! Alors que vous, les Mahométans, vous préférez prolonger la vie dans ce bas-monde. Et en ce bas monde, les bons croyants, les vrais croyants, eux, ils aspirent et se préparent pour avancer la fin du monde. Et par là, la venue du Paradis !  
M _ Quel culot ! Quel calcul ! Je vois. Cette fille est une bombe, sexologique qui a détourné le destin de l’Univers ! Et qui détourne par là, la sainte Apocalypse que préparent Sion et l’Amérique ! C’est le grain de sable qui va faire éclater le globe. Le Gono gagnera la guerre. La bléno va éradiquer l’homo sapiens. Si la syphilis espagnole a fait le nettoyage ethnique des Incas, la bléno signera la fin de l’espèce humaine ! Homo erectus, bye bye ! Homos eroticus versus homos eradicus*, une espèce éteinte des suites de mauvaise étreintes ! Bravo les politiques !  
S_ S’il vous plait Docteur ! Il y a des couples, légalement mariés entre femme ou entre hommes, qui ont adopté des enfants et qui vont vous détester. Et puis vous allez perdre vos clients. 
M_ Blache ! Si c’est la fin du monde, ma clientèle suivra ! Attend, je laisse tomber les homos et je reprends mon raisonnement. Voilà donc une putain, impétueuse et pulpeuse, qui fait le trottoir dans les lits des célébrités et qui devient un surhomme. Plus puissante que les surhommes des cartoons ! Elle va sauver le monde de sa destruction, telle que programmée politiquement par les fils de Sion selon les crédos religieux de certaines communautés juives ! La Jeanne d’Arc universelle s’appelle Ruby ! Et, miracle, elle est marocaine ! 
S_ Tu dis tout cela pour ternir la sainte famille hébraïque, stériliser la dynastie royale des descendants de David Salomon. Le patrimoine d’Israël, est issu de Noé, d’Abraham et de Joseph et Moïse allait se terminer dans un naufrage sidatique. Réduire à zéro tout les espoirs de la mythologie, pardon de la nation juive ! Heureusement que tout est sauvé et que la fin du monde attendue viendra ! Ah ces pu… de femmes, que vous avez ! Ah les  racistes de bougnoules ! Aujourd’hui les canaques sont démaquées ! 
M _ Pas d’injures ici, SVP ! On est susceptibles et trop surveillés ! La funeste fortune qui allait corrompre la destinée prophétique, les projets vénérés de Yahvé, le credo  commun à tous les monothéistes ! Tralala et tralala, lal, lala ! Qu’est ce que je m’en tape, ma belle ! Je ne crois pas du tout à vos balivernes funestes et belliqueuses. Je ne trouve ni logique ni démocratique pour vos clans et tribus de vouloir casser la terre. Et de venir justifier l’appropriation de la Palestine et la colonisation de ses gens par une supercherie une fumisterie, anachronique, un mythe vorace ! Et prétendre par dessus le marché, avec la frénésie des fanatiques américains, vous activer, afin d’avancer le supposé fâcheux programme de votre Yahvé en forçant de venir avant terme les cavaliers de l’Apocalypse …Ouf ! 
S_ Il était temps de laisser souffler mes oreilles ! Tu m’as fait un bouchon ! Sauf, qu’après ces dires hérétiques, tu n’es pas moins qu’un virulent apostat qui s’ignore et s’agite !  
M_ Jette-moi la première pierre… 
S_ Si tu ne crois pas aux cavaliers de l’Apocalyse, c’est que tu ne crois pas en la venue du Christ, non plus !  
M_ Moi, je l’appelle simplement de son prénom Jésus ! Yéchou, Al Yassouë. Ce n’est pas aux hommes de commander, d’exiger ou d’activer le retour du Mahdi, de Hagog ou d’Issa ! 
S_ C’est un peu logique, il y a du vrai dans ce raisonnement. Seulement.. 
M_ Ça suffit ! Amen ! Jette-moi la première pierre et enterre-moi dans le sable de Merzouga jusqu’au cou ! Et frappe si tu ne me comprends pas. Je rejoindrais alors une belle iranienne qu’aurait sauvée sans doute Jésus de la lapidation. Il aurait empêché par charité le caillassage de la caille, s’il n’était pas trop élevé ou trop loin !  
S _ Tu admets qu’elle soit libre ! Tu as dû être contaminé par cette résistante, la Ruby, cette satanée femelle, envoyée par le Hamas ! Il faudra faire ton bilan…Le sida et l’hépatite vont te ravager mon pote et  te rapprocher enfin de moi ! C’est ce que tu veux… 
M_ Je plaisantais ! Laisse-moi, ici ! Vade retro ! Tu es trop vieille, pour moi, nous avons au moins 62 ans d’écart ! Au Paradis j’aurais droit à un harem de juvéniles houris !   
S _ Dans l’Au-delà, dont j’ai l’expérience, les écarts d’âge disparaissent. Oublie-mes rides, oubli les plis de la maja, habillée ou nue. A elles, je serais pareille ! Il n’y a que les écarts de température !  
M _ Il faut rire ? Et il se pourrait que je te trouve plus irrésistible encore  
S_ Tu peux ! Tu peux être amoureux et prendre même une australopithèque ou une jeunesse, du genre pithécanthrope ! Remise ou maquillée au look du jour !  
M _ Je te redis Lucy-Student, que cette pimpante personne, vue la sournoise approche et le cynisme de l’affaire ne pouvait être qu’une espionne, au service du triste Mossad ! Pas des nôtres ! Si elle s’était rendue volontairement malade, afin d’infecter ton Prince et servir non seulement de vectrice, mais d’arme redoutable, je n’en sais rien et je te promets que je ne la connais point, ni d’Adam ni d’Ève, ni du lit !  
S_ Une bombe sexologique ! Une bombe auto-immune. Une conspiration, une félonie interne, un coup bas contre Israël et l’Apocalypse avancée ! Le Paradis avance. Alléluia !  
M_ Non, non, non, laisse ça aux généraux !  
S_ Mais ce sont eux les cerveaux et non pas que les gâchettes ! Le pouvoir, l’intelligence et l’argent, la sécurité des gens, de leurs lois, de leurs biens…Et la force de frappe économique.  
M_ Comme dans les films ! Ils conçoivent, manipulent à l’ombre les politiques et les services eux-mêmes. L’armée, ce ne sont pas des tueurs, des assassins ou des liquidateurs, mais des génies ! Des ingénieurs, des tacticiens qui font dans la prospective ! Et partout maintenant ! On ne va pas donner des trucs aussi précis et névralgiques à des fonctionnaires, à des bachibouzouks, des parlementaires mal réveillés, absents ou abscons, ou à des civils mal électrisés par les dernières coalitions électorales attirés des alliances et des alaires seigneuriaux…  
S- Ah, mais oui ! Comment sais-tu tout ça, toi qui n’es que médecin, apolitique et simple généraliste ! 
M_ Je t’avoue comprendre que ce n’est pas qu’un rôle banal de respectueuse ! De pute pulpeuse et impétueuse, que cette merveilleuse aventurière aurait endossé ! C’est une inversion perverse et sournoise. C’est la conversion charnelle d’une conspiration. Secrète, la prostitution n’est pour elle vraisemblablement qu’une couverture !  
S_ Une couverture avec bien des plaisirs ! Des soirées de bonheur, de jeux et de joies, de luxe partagé, de musique et de danse. Avec des célébrités blin-blin et beaucoup d’argent en sus.  
M- ‘’ La luxure du pouvoir atteint des sommets orgiaques’’ ! 
S_ C’est bien frappé comme sentence, même si je ne suis pas d’accord ! J’aurais admis, banalement que ‘’ Les orgies du pouvoir ont valeur de luxures extrêmes’’.  Ou vice versa,’’ La luxure du pouvoir atteint des orgies extrêmes’’. Passons au principal, nous y réfléchirons après, ensemble ! 
M_  Amen ! 
S_ Amen, quoi ?  
M_ Ensemble, tes dictons sont au bon endroit ! 
S_ Dis plutôt, Maidoc, que c’est une femelle qui répand la terreur !  
M_ Pas « un mal qui répand la terreur… »  
S_ Une croqueuse de vie qui répand les plaisirs sur l’humanité, c’est bien beau ! Et qui vole les hommes à leurs épouses, c’est un peu trop mâles*  ! 
M_ Elle ne les garde pas, ce n’est pas une roturière, elle les utilise ! 
S_ Elle les use ! Elle les compromet. Elle les casse. 
M_ Penses-tu ! 
S_ La volonté des plus puissants du monde, le trône divinisé, allait succomber pour une amourette de passage avec cette aguichante bête du démon ! Le diable est fort de la beauté des femmes aguichantes et de leur pouvoir d’attirance sur les hommes qu’il vise, lui même de séduire. 
M_ ‘’L’’ , c’et Lui ! La tentation même ! Le 69 ! Avec des tétons à la place des cornes ! La politique satanique ne manque pas de belles femmes ! Toi, tu ne peux venir que de Dieu, ma bonne Student ! On devrait faire un film de cette histoire !  
S_ Pas tout de suite, attendons la fin du monde !  
M_ Ah oui, 2012 ! Il ne faut précéder les événements ni contourner le destin ! On prend quand même une photo souvenir avant le retournement… 
S_ Tu comprends qu’alors, on ne verra pas qui sortira des élections de France, de Russie et des States. Encore moins ce train qui va faire gagner une heure aux Marocains. ! Ce cher TGV, prévu pour 2015, lancé par Sarko et M-6, risque de ne pas siffler, si la fin du monde est avancée pour 2012 ! 
M_ Laissons, ces balivernes quotidiennes et ces babils géopolitiques du café de la joutya*, à ceux qui vont les lire et nous cacher leurs opinions. En saluant, pour ma part leurs efforts ! (Coucou, les lecteurs !). Alors raconte, en dehors du train-train habituel ! Qu’est-ce que vous faites des vieilles vierges dans l’au-delà, en attendant la Résurrection ? 
S_ Par quoi que je commence ? Toi, Maidoc, qui a l’heur du temps et qui se joue du temps en interférant avec les vies et le destin des malades, tu as du temps pour moi ?  
M_ Toujours ma belle Student ! Je parle de ton esprit ! Si ça peut calmer tes fausses étreintes…Et j’invente des chapitres de tes chroniques pour te redonner vie.  
S_ Trêve de plaisanterie, trêve de fiction. Les lecteurs vont croire que tu es amoureux de moi….Ce qui n’est pas mon cas ! Je suis venue sans rendez-vous pour te faire la surprise et en même temps te donner une information décidée d’En-Haut et qui est inéluctable. !  
M_ De la Maison Blanche, du Pentagone, de l’Elysée ? Du palais royal ? De M-VI ? Rappelle-lui mes trois milliards de centimes ! 
S _ Non, du Ciel !   
M_ Rappelle lui d’y veiller. 
S_ Il ne t’a pas entendu ! Mais il aurait pu te répondre que tu peux continuer de rêver !  
M_ sui tu dis que l’apocalypse est proche, il n’a rien à faire avec ça. Me rétribuer, m’honorer, le délivrerait d’un poids inutile… 
S_ Personne ne lui dira rien de ta plaisanterie. Mais il aurait pu te répondre que tu peux continuer de rêver !  
M _ Nom du Ciel ! Ah Rebbi ! Ne plaisante pas a Lalla ! Moi je suis à l’étage du moqaddem et du percepteur de la trésorerie du royaume, qui pour 467, 20 dh, oubliés depuis moins d’un an, «  menace de se voir dans l’obligation de faire poursuivre le recouvrement de cette créance par toute les voies du droit »…  
S _ Ce n’est pas grave ! Mais c’est bien rédigé ! Ils ont fait des progrès en français. La colonisation est payante.  
M_ Prenez tout ! Je demande mon salut ! 
S_ Il veut dire la police, le tribunal, l’armée, Sarko, Clinton, l’OTAN. Leurs porte-avions qui gitent en méditerranée en offrant le couvert céleste aux libyens du CNL !  
M _ Je ne suis pas surpris, Mme Student, que tu ne viennes me visiter que lors de grands événements ! Des bouleversements de l’histoire, des chamboulements politiques, des révolutions géologiques, des insurrections telluriques et de la Résurrection des dieux.  
S _  C’est vrai, Mondoc, je ne viens pas ressusciter les vivants ni les réanimer ! C’est une alchimie qui me dépasse… 
M _ A propos, où cachez-vous les âmes des morts, quand vous prenez leurs vies des corps?  
S _ Moi je ne prends rien : ce ne sont pas mes attributions. Voici mon opinion. On ne va pas laisser chambouler la Terre et transférer les âmes des humains ailleurs que sur la Terre ! Sur une autre planète inhabituelle ou inhospitalière pour eux. Il s’agit de la sauver pour eux, tant qu’elle reste globalement utile. On ne va pas transférer les Argileux sur un monde ou d’autre êtres doivent retourner après leur mort  et leur recyclage posthume. A chaque planète ses cycles et les siens !  
M_ Il reste bien quelque chose de nos passages, n’est-ce pas. Et les morts, comment font-ils pour se rappeler après tout le temps passé ailleurs, après leurs inhumations ? On les réanime avant de les caser ? Et tout cet arrivage de Lybie, du Yémen et de Syrie. Et puis ceux du tsunami du Japon et des grandes guerres. Des fours crématoires, celles des résistances, des colonies, des conquêtes, puis avant Napoléon, entre Alexandre et les Perses , les Romains et les Barbares, les Turcs et les Barbares, les Musulmans entre eux, les Chrétiens entre eux, entre …Bon Dieu quel boulot pour rafistoler tous les débris, des calcinés et de ceux qui été pulvérisés. Par les explosions et les bombes américaines ! Et toutes les âmes des vieux ringards de la politique locale…Et ce qu’il faut vraiment les ressusciter ? Vos ministres et nos parlementaires ? Un puzzle ma chère ! Sans compter les squelettes fossiles des milliards de milliards de milliards d’êtres vivants, qui il y a 300 millions d’années, étaient des hommes debout, des singes, des dinosaures, des poissons et qui ont précédé  ‘’les humains’’, façon de parler ces races et de leurs ancêtres qui se sont succédés sur notre glaireuse de terre !  
S_  Je reste bouche bée…Les Lecteur sont partis se reposer avant de reprendre. Je te laisse chater et tchatcher, tout seul. A plus Darling ! OK, @+ ! 
M _ Pardon, pardon Mamie ! Ce sont des questions auxquelles je n’ai aucune réponse logique ! Je tenais à t’en faire part, avant des les oublier. Alzheimer, la démence, le laisser-aller. Ou si on ne se voit plus, tu les auras entendues au moins une fois ! A toi, Student, qui est la plus proche créature des dieux et des rois ! A toi, qui traverse l’espace-temps en moins d’un chapitre. Il fallait bien que je te confie pour tes chroniques des mes questionnements d’être humain fragile.  
S _ Je ne suis pas venue divulguer le secret de Dieu ! Sinon vos promoteurs et leur basics instincts, risquent d’aller jusqu’aux lointaines planètes du système, Uranus et Neptune, soudoyer les Habous de là-bas, l’Église de là-bas ou les Anges de là-haut, pour exploiter sans vergogne, les lieux où se reposent les âmes et puis les faire évacuer par le Ministère de là-haut, afin de faire des lotissements à la Doha du Sefrioui, qui s’est trompé de ghassoul en trempant dans le ciment… 
M _ Ah, toi aussi tu as des nouvelles d’ici-bas ! Mais, que deviennent ces riches investisseurs, une fois morts ! Est-ce qu’ils demandent aux leurs des enterrer debout pour ne pas perdre de place à lotir ? Salut au professeur Benomar qui a posé le problème pour le conseil de Témara ! 
S _ Lâche-moi, je pars ! Je suis venue pour t’interviewer et non me faire harceler de questions. Il ne faut pas te prendre pour DSK et inverser les rôles ! L’initiative est la mienne, puisque je suis venue t’avertir de la fin du monde ! Alors, ne me harcèle pas de questions sur l’Au-dela !  
M _ A propos comment va Arafat ? Et ce salaud d’Ariel et de Bush, ils ne l’ont pas encore rejoint ? 
S _ Encore des interrogations médicalement stupides de la part d’un médecin ! Ah non, ils ne peuvent pas ! Arafat est déjà au Paradis en train de jouer aux logos. Les autres vont devoir être recyclés pour renaître, sous forme d’insectes ou d’animaux de proie, afin de corriger leurs karmas ! De mourir encore plusieurs fois pour se refaire une santé et corriger leurs âmes délétères !  
M_ Alors pour les corriger, comme tu dis, pour sauver et rééduquer leur âmes, n’avancez pas la date de l’Apocalypse, laissez faire le temps. Laissez faire la nature, sans plus d’interactions externe des dieux.  
S _ Si on n’agit pas tout de suite la terre, sera irrémédiablement détériorée qu’elle ne pourra plus servir de paradis pour les bienheureux. 
M _ «  Dieu a créé les États-Unis pour qu'ils dominent le monde », assure Mitt Romney ! A quoi bon alors la démocratie, avec un empereur pareil…Mieux vaut l’Apocalypse et attendre la Résurrection…au moins on ne se sentira humiliés pas ces arrogant cowboys !  
M_ Laissons de côté ces considérations scabreuses, d’allure mystique. Passons aux choses moins érotiques. La chair des passeurs est fragile et mortelle. Laisse les dire ! 
S_ Ils n’en pensent pas moins ! Heureusement qu’ils sont mortels. Laissons ces discussions eschatologiques thanatologiques et scatologiques aux spécialistes ! 
M_ Ariel Sharon ? Il ne faut pas trop se casser pour lui ! Il va polluer l’enfer ! Laissez-le ici en réa ! Pas de métempsychose pour lui ! D’ailleurs on n’a aucune nouvelle vraie. Ils n’ont jamais déclaré qu’il soit mort. Il doit être en phase intermédiaire…Zombi ! Peut-être qu’il vit avec les organes d’Arafat, et que par pudeur, on ne veut pas dire que les gentils Juifs volent aussi bien les corps que les terres des palestiniens ! Ou leurs âmes ! Pour les revendre avec profit à, on sait parfaitement, quel Démon ! 
S_ Là je t’arrête sinon on ne pourra jamais traduire ton texte en hébreux. Mais bien te traduire devant un tribunal du genre Nuremberg. Ou te rentrer dedans ! On n’a pas hésité à gommer de plus illustres tapageurs ! Tu as bien un téléphone ? Donc, tu es accessible et pilonnable !  
M_ Je plaisante ! Mais si tu le prends au sérieux, c’est autre chose. Je ne vais plus l’utiliser, ni sortir de chez moi…Je vais avoir peur de cogiter. Je vais clouer le chapeau, accrocher mes hémisphères au porte-clés ou leur une cure de chez le blanchisseur. ‘’ Je ne vais plus parler, je ne vais plus bouger, je me cacherais là, à te regarder danser et puis mieux...’’ 
S_ Salut Brel,  salut Nina !  
M _ Je vais en vacances secrètes…A l’hôpital Mohammed V, comme d’habitude, pour ma formation, ma remise à plat, mon recyclage…  
S _ Ton reformatage, oui ! 
M _ Ils ne viendront pas tes amis me poursuivre, jusque-là, j’espère ? Et pour Arhioul Charogne ? 
S _ Ils y travaillent ! Quant à Ariel Sharoune, ce n’est pas pressé. Il se nourrit d’extase que sont les nouvelles de la Nouvelle Palestine qu’on lui perfuse dans la sonde ! Il attend de pâtir, oups, de partir, avec tout le Contingent des Netanyahou et la Cohorte des Hyènes !   
M _ Le CNCH ? Ah, tu ne les aimes pas non plus ? 
S _ Je suis tolérante, mais pas silencieuse. 
M _ Ils ont déjà un nom ? CNCH !  Enfin, passons ! Mais là, tu n’es plus revenue au Ministère de la Santé pour sauver Maître Yasmina de sa révolution tunisienne ? Ça la déprime qu’on tape sur ses médecins dans la rue …  
S _ Qeyasse el kheir âlina ! Ma hna qaddine ! Mme Baddou, elle est tellement ravissante que pour elle et son sourire, on voudrait la revoir, dans un autre ministère et garder les mêmes fassis, les mêmes partis aux prochains gouvernements !  
M_ Il y a des fils de zaïms  qui sont faits pour gouverner. Ils ont le génome plein de chromozhommes d’états. Ce n’est pas une tare génétique, c’est un plus culturel, un placement boursier pour l’éternité. Le temps au pouvoir, c’est de l’argent au carré. Le pouvoir c’est de l’argent, le temps c’est de l’agent. C’est ainsi que les fils des présidents deviennent des présidents, puis des rois et que des tribus deviennent des empires et des nations. Ce n’est pas trop tard de reprendre notre histoire à partir du passé, déconfit et décomposé, pour remembrer les anciens territoires spoliés, Tlemcen, le Sénégal et l’Andalousie. L’Europe s’est bien refaite sur les décombres de la Deuxième Guerre Mondiale, Non ?  
M _ Prend les avec toi. Pour leur prochain et autre monde. Tu feras une bonne action ! La Rue te saura gré ! Ils te rueront  dessus pour t’embrasser de reconnaissance !  
S _ Oui, sans problème. La Rue ne les voulant plus, a voté ! 
M _ Pour Yasmina. Elle a trouvé une bonne secrétaire, médecin, berbère et puéricultrice de ses enfants, cuisinière, une femme à tout faire sur mes recommandations. C’est mieux qu’un homme ! Dans d’autres ministères, où officient les femmes aux portefeuilles, j’espère qu’on s’en inspirera.  
S _ Ah, elle embaume ? 
M_ Elle, elle est folle du jasmin, la Yasmine. Ça lui permet de retenir son nom et de le rappeler vertement aux autres ! Elle l’exhale à sa façon, haut et fort. Les Égyptiens ont leurs pharaons intacts, grâce à leurs embaumeurs !  
S_ Ouvre, ouvre la fenêtre, ça ne sent pas la rose ! 
M_ C’est normal, je reçois des enfants diarrhéiques, des ouvriers en transsudations de produits chimiques, des vieux qu’on ne baigne plus, et même des moisies, après leur séjours chez les morts ! 
S_ Il y des gens qui mélangent nos odeurs avec leurs relents. Ceux qui vivent et se sentent bien, devront fermer leur narines à l’avenir et ne pas se pencher avec trop de fierté sur soi ! Autrement, pour sa secrétaire, la rifaine pleine de khattabique* orgueil, on avait fait un sketch, un épisode de la saga des Chroniques de Student. Tu te souviens ? 
S_ Et comment ! Je ne suis pas aveugle, mais je ne me rappelle plus de son parfum ! Laisse-la ? Lâchons-la. Ces derniers temps je te vois fantasmer dessus. Comme si c’était, elle, ta muse ! Tu m’oublies, ingrat Fidélio ! Elle est assez grande pour comprendre tes demandes, dont celle de détaxer les médicaments et de laisser les cliniques tranquilles !  
M _ Mais ça ne dépend pas d’elle ! On lui demande juste de passer le relai, aux Parlements, aux ministres, au Secrétariat de Sa Majesté le Roi Sidi Mohamed, prudemment, gentiment avec respect, passion, ténacité, insistance et engouement.  
S _ Mais tu leur a déjà écrit, que je sache ! T’es un râleur impénitent. On te croirait un Français de souche ! Je suis sûre que l’Au-delà a déjà reçu des copies de ton courrier… 
M _ Oui, tu me lasses, avec ces histoires terrestres et terre à terre !  passons ! Revenons à nos ‘’mutons’’ virtuels, c’est plus sain et moins engageant ! 
S _ Mutants ou moutons ? Oui, il vaut mieux faire dans le virtuel ou le PC, que dans la réalité ! Par pragmatisme !  
M _ Au moins pour notre degré zéro de lâcheté, au moins on est libres de nos propos ! Sans devoir faire allusion ni blessures aux vivants et autres zombis ! Sans auto-sangsues sur nos vers. Pardon pour la dérive voulue ! Sans sangsues sur nos cerbères ! Qui sont sens dessus-dessous, pour savoir qui s’alliera avec qui, qui sortira et qui vivra ?  
S_ Oui, vaux mieux faire dans le vétéranariat *  
M_ Tu veux dire vétérinaire, pour s’occuper des moutons !  
S_ A peu près ! Des mutins, c’est à la mode ! Les moutons sont devenus des mutins ! Les ânes d’antan et les mules de leurs compagnes se sont débarrassés de leurs harnais !  
M _ Je veux dire vétéranariat*! Les vétérans, les vieux de l’engagement, sauf ton respect ma vielle…À propos Mis Student, tu as quel âge, enfin celui déclaré ? Est-ce que la Reine Elisabeth n’a pas pensé à t’anoblir ? Et le prix Nobel des Revenants ! Sûr qu’on te le donnerait, alors va représenter dignement le Maroc. Pour nous rougir le visage*.  
S _ J’ai compris en dialectal, Sebhanna Allah* ! Pas besoin de traduire ni d’écrire en rouge. Et puis toi,  Mathusalem, salam  âlikoum ! 
M - Je disais, pour couper court à ta belle coiffure, que les 3èmes et 4èmes âges, qui s’occupent encore du civique et qui vont voter comme des citoyens… normaux, c’est brav… 
S _ Parce que les citoyens vieillis, devenus ‘’anormaux’’, n’auraient pas le droit de voter ?  
M _ Que si ! Mais, si je parle des femmes qui, la fatigue, les enfants, la cuisine, le linge, le lit et le temps, ont pris de l’âge et des plis, malgré les courbes estompées qui leur restent… 
S _ (En colère et injurieuse !) Raciste archaïque, macho ingrat; misogyne, misanthrope, ennemi de Sappho ! Il n’y pas d’aptitude à voter. Pas de certificat de santé à présenter devant les commissions de vote, le jour aux urnes. Ni certificat d’étude ou de virginité à exhiber avant de voter ! Le vote est libre, de droit et contre ton gré ! Ha ! 
M _ Ah, tu veux que les vieux votent et qu’ils remplissent les urnes, au lieu de combler les tombes ? Après la panse et le bas ventre, les urnes ! Un fait d’armes (à gauche), si normal à leur âge ! Et qu’ils règnent encore, s’ils sont toujours au pouvoir !  
S _ Je ne suis pas pour que les vieux reptiles et autres dromadaires fossiles continuent de diriger les jeunes, en tremblant, en oubliant, en se faisant diriger par leur entourage. Et s’ils sont très malades, qu’ils continuent à représenter le peuple, le pays, le gouvernement, la cité, l’usine ou l’entreprise, même s’ils sont amoindris ? En toutes compétences ? Face aux autres, aux adversaires et aux concurrents ? Là c’est la faillite assurée ! Non, là je cède, sans disputes… 
M_ Dix ! Où sont-elles ?  
S_ Elles te font saliver à ce point, les pouffes !  ? 
M Ce sont des femmes, plus femmes que les autres. Qu’ils gouvernent, qu’elles dirigent, jusqu’à un certain âge, avec à chaque fois un certificat de bonne santé ! Le serpent Ouroboros, qui se mord la queue. Quintessence de la sagesse ou de l’égocentrisme inlassable  Ce qui renforcera leur légitimité ! Un certificat étayant et confirmant leur stature politique, leurs compétences et la santé de leurs neurones !  
S _ Tu es sérieux ? Et si on exigeait des cadres des certificats de bonne santé avant qu’ils ne prennent les affaires en mains. C’est juste une dérive, un rêve glissant, un idéal .improbable et  inapplicable ? Idéal…istique* !  
M _ Tu voies bien que non ! Nos champions, nos héros sont partis avec l’âge ou en martyrs. Il ne reste plus de leurs fans que des ombres décrépies ! 
S_  Tu parles de qui, Maidoc ? 
M _ Des acteurs de cinéma qui on bercé notre jeunesse et qui se sont éteints ! Je regarde leurs vieux films dans notre lucarne avec tant d’émotion et de nostalgie que ça me donne de l’émotion et de l’âge e ! Mon jeu les plus souvent, avec Azzed, est de tenter de retrouver leurs noms !  
S _ Sans beaucoup de succès ! 
M _ Il est vrai ! Tu me vois faire de la médecine avec un Alzheimer ! Ou de la chirurgie avec un Parkinson ! Tremblant tentant de tenir en érection un bistouri ou une aiguille de sutures, incapable de me tenir debout et de marcher? Comment-pourrais-je ingurgiter les milliers de génériques que l’on veut me faire prescrire, par ordre de la Non-Tbiba, mais néanmoins belle avocate ? Et toutes ces nouveautés qui défient chaque jour mes compétences et l’entendement…Ne le dis pas à mes fidèles ! 
S_ Ana ma âmmate had ! Ana ma wazirate had ! Continue ce que tu as commencé mon cher neveux, et surtout ne t’arrête pas ! C’est ainsi que pensent les vieilles, elles ne veulent pas être exclues pour ne pas dépérir ! Mais toi, tu te recycles, enfin ! Il y a le Net, même si n’assistes plus aux conférences, inamicales, devenues de gastronomiques et cynique dérisions… 
M _ Hum, je vois le topo. Les vieux sont inaptes à survivre par nature ! La mémoire et la concentration leur échappent. L’intérêt de la chose décroit. La cessation, le chaos personnel. C’est la fin du monde pour eux. Dès lors, tu es venue me chercher. Tu veux que je déguerpisse d’ici pour te tenir compagnie…dans l’Au-delà ? Ou à Benali et ses chers collègues Saddam, Kaddafi, Saleh, Bachar… 
S_ Ne parle pas de celui-là ! Il est tellement récalcitrant, que c’est lui qui va allumer la mèche de 2012, la dépôlisation* du globe et la fin du monde en visant Israël !  
M_ il aurait dû se consacrer à la médecine où il aurait commis moins de morts et de dégâts ! Pas croyable, tout le monde en veut à la tribu du bon dieu !  
S_ Son trône ou le chaos, ose-t-il ! Alors que l’Otan de Rasmussen le pousse à la sortie pour ses actes génocidaires sur les manifestants. Imagine donc, qu’il veut enflammer tout l’Orient pour ne pas lâcher la présidence, quitte à se faire aider par le Hisbollah et l’Iran, que l’on dit être prêts et solidaire de sa ténacité meurtrière ! 
M_ N’oublie pas les regards complices de la Russie qui fait niet* au conseil de sécurité  de la Chine qui manifeste son opposition !  
S_ Tout ça c’est loin de la démocratie, du nationalisme bien pensé et des ringards de parmi les despotes et les tyrans. 
M_ Il y en a eu parmi eux qui ont été pour leurs pays des dictateurs, des sauveurs…  
S _ Tiens De Gaule, Eisenhower, Franco !  
M_ Oui, si tu veux, dans une autre partie du monde ! Parfois, ils furent des pères de leurs nations et les garants de la paix de leurs peuples et régions. Mais on ne rencontre plus que de grands voleurs, des satrapes, à la solde des empereurs…Riches comme Crésus, avec des magots placés dans les cavernes d’Ali Baba…!  
S _ Mais, tu fais comme eux ! C’est vrai ! Qu’est-ce que tu fais encore là, dans ce gourbi que tu ne veux pas lâcher ? T’as pas de pension de retraite ou que tu veux mourir à la tâche ? Comme l’inaltérable Moubarak,  l’inénarrable Mitterrand ou l’innommable… !  
M _ C’est vrai que dans ma catégorie, notre Ordre et notre État n’ont rien prévu de général ni d’obligatoire, pour assumer leur rôle de cadres directeurs, avisés et prévoyants ! On doit crever au boulot, sans retraite ou harassés par les maladies sans mutuelle ni pension ! C’est notre façon de tenir au pouvoir et trône contre nos marcheurs que sont les maladies et les affections ! Si je lâche mon stéthoscope, c’est mon sceptre que j’abandonne, mon trône que je vide. Partir et quitter ma mission, c’est mon magistère et ma passion, mon devoir que je trahis. 
S _ Oui, j’ai compris, tu veux mourir debout plutôt qu’un zombie dans un pieu ! Crever à la tâche, pour ne pas sentir la mort ! C’est quasiment prévu et prescrit pour toi  ?!  
M _ C’est beau ! Non ? Nous sommes des accros du stéthoscope, qui nous sert de gouvernail, de barre et de canne. Partir entier, comme un capitaine sur son bateau, c’est un genre ! Partir en donnant les soins à un jeune enfant, ça doit être aussi super ! 
S _ Maidoc, c’est effrayant ce que tu dis même pour une morte ! Tu vas décevoir nos lecteurs et pire tes clients potentiels ! Tu ne leS sens pas terrifiés ? J’espère que ce n’est pas prémédité en ce qui te concernes et qu’un jour tu laisseras un jeune médecin, ton fils par exemple ou ton neveu, trimer à ta place ! 
M _ Le cabinet n’est pas une monarchie divine ni une république héréditaire, non plus ! Et il faut bien préparer la relève et me préparer à faire barra barra de moi-même ! 
S _ Tu te révoltes ? Ou tu fais semblant ? 
M _ Je critique pacifiquement mollement, comme on le veut : démocratiquement, certes ! Tu me voies en train de m’immoler par les flammes, en public et faire la révolution tout seul contre ce qui ne va plus ici ? Ou contre mon propre destin ? 
S _ Ça m’a effleuré l’esprit. Tu vas devenir trop vieux pour ce métier. Et, tes rides vont effrayer tes jeunes « clients » ! Tu imagines un pilote partir en volant ou en atterrissant, avec plein de passagers dans son avion ? C’est de la folie ! Passe la main, a Houbbi inou * ! 
M _ Tape sec ! Darbi el khamsa ! Ce n’est pas la même chose, je ne suis responsable que de moi-même ! Je ne suis pas absolument éteint ! Ni tellement atteint. Je philosophe, je crois, même si je déraisonne, selon toi ou que je dérange ! Je réfléchis en écrivant, en parlant, en te causant. Tes observations servent de barrières et de juge à mes extrêmes et dérives !  
S _ Merci, Mondoc ! Je sais qu’on se complète !  
M_ On se complète ou on complote ? 
S_ Mais je suis déjà,  maintenant, je suis une âme !  
M_ Une âme ?! Une âme de défunte, ayant réellement vécu ? Ou une âme que j’ai pu créer dans le réel et l’invisible ? Une âme en détresse en tout cas, et,  bien tracassière ! 
S_ Non, à la recherche d’une autre âme, ‘’qui s’attache à mon âme et la force d’aimer’’. Sais-tu Doc, la différence entre l’esprit, et l’âme ? Ils ont identiques, sauf que l’âme est sérieuse et que l’esprit aime plaisanter ! L’âme est existentielle et statique, détachée mais identitaire. C’est la partie vivace, quand à l’esprit, il a plus de souplesse et de dynamisme. Il reste accroché au souffle de la vie, à la laquelle il contribue de son vivant, avant de se recoller à l’âme son autre aspect.   
M _ Ce sont tes théories ou des explications illogiques ? Alors, tout ce qui vit sur terre, ça a un esprit et une âme ? Les fauves, le bétail, les oiseaux qu’on ne cesse d’occire pour se remplir la panse ? Et les insectes les arbres et les fleurs ? 
S_ Pour les poètes, c’est sûr ! 
M_ Non. Ce délire est le résulta colporté par l’imagination et la seule culture des mots, des lettres,  des rêves et des phrases…!  
S_ Comment peux-tu être si sûr, alors que je m’en remets à Dieu, pour ce que je ne m’explique pas ! L’esprit est une traduction un aspect de l’âme ! Néanmoins, je pense que les esprits sont plus spécifiques des êtres évolués ! Ayant une conscience, une idée de soi ! Ils seront tous ressuscités, comme les témoins des atrocités qu’on leur réserve 
M _ Mon Dieu ! Qu’est-ce qui m’attend avec toutes ces cuisses et ces chairs, immolées pour me servir d’aliments ?  
S_ Deviens végétariens, pour souffrir moins de tes crimes sur les vivants !  
M_ Je ne suis pas autiste dans mes monologues ! Je pense que tu es ma mauvaise conscience et non un spectre qui veut frimer sur terre et sur mon compte ….Je pense que je me découvre en parlant, en discutant, en t’écoutant ! Comme en écoutant ceux que ne sont pas de mon invention. 
S _ Les autres te regardent. Tu éventrer vas notre secret. Ne te déshabilles pas trop, ni tout seul !  
M _ C’est gratuit ! 
S _ Hum ! Y a pas de quoi faire un grand repas !  
M _ C’est volontaire, c’est un don de soi ! Même de si peu, il faut savoir donner ! Ce sont les lois de l’hospitalité. Et c’est grâce à ça que l’on dit de nous un peuple hospitalier et généreux. 
S_ C’est courageux comme position, certes ! On dirait un curé chrétien qui fait un sermon le vendredi dans une synagogue ! 
M _ C’est de la pommade, ma gente Dame ?  
S_ Attends Maidoc ! Ce qui tu as dit au début est d’un aventuriste dément ! C’est ingrat de vouloir crever à la tache et de gouverner, jusqu’à la sénilité ! De vouloir gérer seul. Seul, jusqu’à la lie ! Seul contre tous, seul contre gré ! C’est d’une hystérie paranoïaque ! 
M_ Attends Student encore. Je n’ai pas l’âge de faire dans la politique. C’est un art plus difficile et subtil, que la médecine.  
S _ Tu crois me berner ? Tu n’as plus l’âge ! Les plus prolifiques te décapassent en âge Mathusalem ! 
M _ Je maintiens mon opinion concernant la politique, c’est un art ingrat, difficile et sans répit ! Et ce, quelles que soient les sciences dont elle s’entoure et s’inspire, chez les plus puissants des chefs ! Je dis qu’avec ses imprévus, malgré ses prospectives, avec ses retournements, ses traitrises ineptes, ses avanies, ses perverses complaisances et ineptes conspirations, qu’elle me rebute. Je parle de moi, pas des despotes ni des ploutocrates ! Ceux qui nous gèrent de leurs Olympes diverses, malgré le prurit de nos réflexions et leurs tracas ! 
S _ Entre l’hypocrisie et la diplomatie, il n’y a pas l’ombre d’un médecin !  
M _ Tu parles de qui ? De toi, inapprivoisable mégère ? 
S _ Je ne connais, Maidoc, ni le récalcitrant Kadhafi, devenu idiot et assassin, ni le bonhommique* Moubarak des pyramides, ni Zine, le beau fugitif, encore moins sa décoiffante Leïla ! La preuve, c’est que je suis décoiffée, avec plein de cheveux blancs !  
M _ Mais tu es toute blanche, comme la Lune ! C’est déjà ça, ma vieille Student ! Tu as de la chance qu’il te reste encore des cheveux, potentiellement colorables !  
S _ Tu m’en veux, parce que j’ai des cheveux…Tu en veux aux autres parce qu’il y a un tas … 
M _ D’ordures !  
S _ Tu en veux aux autres, parce qu’ils ont mieux réussi que toi et que tu les jalouses ! 
M _ Loin de là ! Et en quoi ? Je n’ai pas forcement les mêmes valeurs, matériellement parlant ! Si je suis énervé et inquiet, c’est par civisme ! Je ne jalouse personne ! 
S _ Tu en veux à celui qui a une ferme grande comme la Tunisie ou une voiture qui fait quatre fois de la tienne ? 
M _ C’est parce qu’il conduit mal avec arrogance ! Et qu’il ait l’Égypte tout entière ! Ce n’est ni mon problème ni mon ambition ! Je m’en passe ! Tout comme de n’importe quel pays de cette planète !  
S _ Tu en veux à l’autre parce qu’il trompe ses malades ! À l’autre, parce qu’il trompe les chefs arabes et les jeunes musulmans. Et à l’autre parce qu’il a je ne sais quoi en fait et avec ça tu dis que tu ne fais pas de politique. Je ne vais pas sortir dehors ce que tu me dis en aparté. Parle, manifeste, pu…. !  
M _ Hou le vilain gros mot dans la petite bouche d’une grande femme. Y a mieux que ça à y mettre, femelle ! Ma teddiouche âliha ! Ne lui en voulez pas ! Elle est folle. Elle n’est pas d’ici. Elle voit trop de films. Trop d’infos sur la chaîne Al Jazeera du prince-émir américain ! Elle ne fomente pas de troubles. Vous pouvez lâcher sa surveillance. Ciao ! Ok. Good luck. By! 
S_ A qui parles-tu, Maidoc? Je ne vois personne on n’est pas surveillé, je l’espère, ton employée n’est plus là…Ton père My Othmane, non plus… 
M_ Je parle aux lecteurs seulement… 
S_ Ils ne vont pas faire les vecteurs seulement ? 
M _. Je fais avec. Ne la chassez pas ! Ne l’exilez pas ! Elle risque de rejoindre le prince rouge et de lui souffler des choses regrettables ! C’est une vieille malade. La preuve, c’est qu’elle vient au cabinet se faire soigner alors qu’elle est morte. 
S _ Autocensure ! Self circoncision ! Je ne suis pas morte, je suis une revenante, c’est pire à ton endroit ! 
M_ A qui tu parles ? 
S_ A ceux qui nous écoutent et nous scannérisent  sans arrêt.  
M_  Pour ma part, à l’endroit de tes génies possesseurs !  Je fais avec. Ne la chassez pas ! Ne l’exilez pas ! Elle risque de rejoindre le prince rouge et de lui souffler des choses regrettables ! C’est une vieille malade…la preuve, c’est qu’elle vient au cabinet se faire soigner.  
S _ Autocensure ! Bis repetita. Self circoncision !  
M _ Un homme circoncis en vaut deux, ma belle !  
S _ Et pas assez viril avec ça ! Qu’est-ce que tu vas trouver comme excuse à ton silence ? Quelle lâcheté originale vas-tu produire pour t’éclipser ? Que feras-tu si la vague de mécontentements débarque ici en tsunami ? Je les entends brailler leurs slogans du 20 Fev d’ici ! Que feront tes semblables ? Tes confrères ? Vont-ils faire grève comme les profs ou participer à la marche de la colère. 
M _ Sont-ce mes oignons, si la colère gronde ailleurs ? Chez les requins du Tonkin, les babouins des Malouines ou les tigres du Bengale ? Ils ont l’oncle Sam pour s’occuper d’eux ! Ce n’est pas moi, le Pentagone pour diriger l’Olympe et ses dieux ! 
S _ Ce métier de chair et de viscères enlève leurs couilles à la majorité saignante dans ses urines ! Les hommes sont du pipi !  
M _ Madame Student, habsi *!  
S _ Les hommes sont du zizi. Ils respirent par leurs zizis ! Ils travaillent pour leur zizi. Ils volent pour…Ils cassent pour ! Ils tuent pour.. 
M_ c’est pour vous les offrir ! Tous ces sacrifices et ces rêves, cette civilisation, ses guerres, c’est pour vous les offrir  mesdames ! C’est vous qui les inspirez aux hommes ! Mais, tu vas trop fort. Je crois que je vais supprimer ce passage 
S_ Il t’est interdit de me censurer ! 
M_ On va me reprocher de te laisser hurler comme une folle et de livrer des monstruosités sous ma signature ! Ou on va croire que c’est moi qui sors ces insanités de caniveau de mon clavier ! Et, c’est du n’importe quoi ! 
S _ Ici, on est tranquilles ! On n’a pas besoin de toi pour aller raconter ce que je te raconte ! Rien ne devra percer de ces murs. C’est une confidence juste entre nous. Je ne suis pas en train de crier dehors dans un pays qui n’est pas le mien. 
M _ Entendu ! Personne ne saura rien de ce que tu me chantes ! Jusqu’à lever du secret d’État et sur requête du conseil de sécurité seulement !  
S _ Alors, je m’en vais, Mondoc ! Tu ne sais pas ce que je sais l’avenir. Je sais ce que tus vas faire et ce que tu vas dire ! Je connais ton destin, comme celui d’un millier d’autres, puisque je viens de l’administration de l’au-delà ! Je viens chez toi en premier, en reconnaissance, pour baliser le terrain avec  Netanyahou et les siens, avant les quatre Cavaliers de l’Apocalypse… 
M _ Âoud’tani ! Encore ! Ce ne sont pas mes oignons a Lalla Moulati Fatma ! Tes balivernes d’ado atardée et tes rodomontades de Super-vieille vont fatiguer mes rares lecteurs !  
S _ Moi je radote, a Si Tbib ? Ana ma hamqa,  ma hamqe âlik. Je suis une âme en révolte…je profite de ta bouche et de tes lèvres pour crier ! 
M _ Ache derte lak ? Haydi ! Ma bouche et mes lèvres je les utilise pour quelque musique de meilleure. 
S_ Pourquoi pas avec moi ?   
M_ Toi, je te respecte. 
S_ Ne me respecte pas ! Laisse-moi m’exprimer, aêténi haqqi à Ssi ! 
M_ On n’est pas à Central Park pour faire la halqa aux anglais ! Ici, on surveille des gens leur correction. Et tu es une ancienne prof, alors parle élégamment !  
S_ Élégamment pour quoi dire ? Des banalisés, des idées balisées !  
M_ Tu es un mythe, une page de légende, un spectre qui fait des fantasmes et qui délire en post mortem ! Il nous suffit de nos Cassandres ! Et de leurs vociférations de malheur  sur papiers et sur nos télés ! 
S _ Et toi, tu ne bouges pas ? Tu laisses le monde péricliter, la corruption, la misère la hogra, l’injustice, l’analphabétisme, les impôts, les taxes, les saletés, les maladies, les taxes sur les malades, l’incivisme… 
M _ Les colons, les sionistes, les prédateurs en tout genre, les tyrans, les prédaCteurs ! Et, oui, je les laisse ! Unis et nombreux, convaincus que de cette nouvelle religion, la leur, ils me dépassent ! Eux, ils ont une mission, comme toi, de proposer ou d’avancer l’Apocalypse, cette insurrection et ces manifestations au Moyen-Orient, qui préparent et précèdent la Résurrection ! Ça y est, je vois le pourquoi du Printemps Arabe.  
S_ Ça y est tu comprends ! Monsieur sort de la mythomanie à la mythologie, et du mythe aux sémites !  
M_ Je prends ma retraite civique et je m’enferme !  
S _ Avec moi ? Quel bonheur ? 
M_ Mais, mais, on se répète-là. Je t’ai dis ce que je pense. J’ai des témoins, s’ils arrivent à me suivre jusqu’ici ! Levez-vous Lecteur, dites ce que vous savez.  
S_ Ah bon ! C’est comme ça ! Ana ma mefakache a Ssi * ! Monsieur est devenu aveugle, sourd, muet et la lâche !  
M _ Tu veux que je fasse ça en groupe ou en coopérative ! Et puis, je ne suis pas de près les modes, en groupe ni de très près… 
S _ C’est une forme d’irresponsabilité, une forme majeure de suicide, d’autolyse ! De renoncement à autrui. C’est un concentré d’égoïsme et d’individualisme unique ! Où vas-tu, vieux ?  
M _ Tu m’accuses d’euthanasie ? 
S _ Non, ça c’est plus doux et moins pénible, moins burlesque, venant de toi ! Là c’est le destin du monde ! Le comble ! 
M_ Hé là, réveille-toi ! Ou plutôt le contraire, repart, dégage. Barra !  Reviens à tes os et à retourne dans ton coffret de reliques ! Je pense que s’il y a encore des métiers nobles, qu’il y a aussi des repos mérités ! Décroche ! Va rejoindre la ruche des âmes ! Et garde ton miel et tes douceurs comme nectar et ambroisie aux dieux !  
S _ Maidoc, je viens de lire des articles de presse où la Ministre stigmatise courageusement la corruption qui sévit dans son secteur ! La pauvre ! Tu vois encore des métiers nobles avec cette sordide compromission que l’on appelle l’argent-sous-table. Que le prennent vos bienheureux PTAménagistes ou les autres pontes qui envahissent les cliniques, ou aux hôpitaux, à la sauvette ! Les dernières images de ce type, à la télé, ont été écœurantes. Je ne pensais pas que ce beau pays allait en être atteint d'autant de trafics, d'escroqueries et de concussion ! Cela va donner des idées de sanctions punitives à notre Yasmina. Si elle doit fermer les hôpitaux déficients, vous serez dans la cata !  
M _ Sincèrement ? Ne, sais tu pas que cette connivence est un lien sociologique. C’est une religion, un lien entre supérieurs et assujettis ! Une idéologie généralisée comme un culte, des procédures entre états, qui sont entrés dans la pratique et les mœurs depuis bien des décades ? Des faveurs ancestrales aux privilèges. C’est un ciment qui maintient la production et la vente, la commission et l’intermédiation, le pouvoir et l’amitié entre clients et fournisseurs ! 
S _ Je ne te savais comme ça ! Tu as changé depuis ma résurrection ? Est-ce que tu es pour les faveurs et les privilèges ? Pour la concussion et le népotisme qui ravagent les acquis et détruisent les rares progrès de la démocratie ? 
M_ Ah, ça jamais, ça me révulse, ma Student . Je parle de la théorie et de la pratique de la complaisance forcée, régulière, habituelle, sous forme d’arnaque et de corruption ! Je ne t’ai jamais dis que j’approuvais ! C’est une constatation. Un état regrettable qui a changé l’ADN et le groupe sanguin des nôtres ! Et pas que des nôtres ! Le monde entier en est barbouillé, des plus haut pontes de la morale aux décideurs les plus pervers, en dégoulinant sur les plus basses échelles.  
S _ Je n’ai pas besoin que tu me fasses état d’un pareil dessin c’est mon constat ! 
M _ Pour une fois nous sommes d’accord !  
S_ C’est ce qui me révolte et qui devait te pousser à faire autant ! Je ne suis pas venue d’outre tombe pour voir tes beaux yeux mais pour te voir agir. Parce que c’est écrit ! 
M _ Ah bon merci ! Et l’amitié que tu me vouais, Mamie ? 
S _ Ça, c’est entre nous. Mais là, il y un coté Mission… 
M _ Oui, un magistère pour l’égérie, la passionaria des missionnaires de la colonisation !  
S _ Je ne suis pas venue non plus pour te soutirer une ordonnance complaisante pour le Médiator ou le Viagra ! 
M _ Mais il n’y a pas de solutions qui soient uniquement locales indigènes ou autochtones. C’est une culture transgénique acclimatée. Ça vient des plus riches, de vos pays riches  qui nous impulsent ce maudit, modus vivendi ! De nos partenaires qui imposent leurs façons de faire ! N’empêche qu’il ne faut pas se leurrer et s’aveugler en responsabilisant autrui. Une lutte de proximité, constante, doit quadriller toutes les classes et toutes les activités ! A commencer par les plus riches, en indiquant et en protégeant les droits des usagers avec plus de carté et en pénalisant les profiteurs et les irrédentistes 
S_ Maidoc ! Tu veux créer un alcotest pour dénicher les actes et les intentions de corruptions !  
M_ Ce n’est pas en moralisant religieusement, seulement, mais en développant la culture civique et surtout en éduquant et pour éduquer.  
S_ Maidoc ! Mondoc…Le docteur Afaq est décédé. Lâche un peu le civisme, c’est hors propos ! Il n’ya pas de civisme sans éducation ! Pas de civisme sans alphabétisation. Comme il n’y a pas de démocratie sans respect des libertés et des droits de l’homme. 
M_ Je vais ronfler à écouter tes slogans. Ces banalités coulent de source ! Il faut alphabétiser, afin d’éclairer les citoyens, leur montrer leurs droit pour exiger d’eux plus de rigueur et moins de faiblesses ! Plus de volonté, plus de courage ! Cultiver la délation doit être entretenu. Et protéger ceux qui oseront déclarer les inconduites doit être une garantie affichée et encouragée par la loi !  
S _ Ouf ! Bravo pour le sermon Maidoc ! Entre le réel et le potentiel, ce qui est vrai est certes possible. Ce qui est possible n'est pas encore vrai. Ou encore dans ce cas, pas encore réalisé. Les valeurs et les rêves, c'est fonction de l'offre et de la demande. L'argent est un grand révélateur de notre force morale et de nos autres instinctives loyautés. La morale et la fidélité ont un poids en or.
M _ Des mots, des mots, encore des mots ! Tu mérites la médaille de la persévérance et de l’endurance. Student ! Celle de la philosophie, tout au moins ! 
S _ Et toi de même, mon cher Maidoc, celle de la longévité, de la loyauté et de la constance ! Depuis quand travailles-tu ?  
M _ Je ne me souviens pas avoir arrêté de produire, de parler, d’expliquer et de bucher, de tenter de m’instruire, depuis que je suis né ! Et je ne sais qu’une chose, c’est immense ce qu’il faut savoir et qu’il faut des centaines de vies pour étancher un peu de sa soif de connaissance de ce monde. 
S _ Tant que ça ? Un peu prétentieux, si on compte les années d’ignorance primitives et celles qui prometteuses d’oublis vont devoir venir ! Alzheimer frappe à nos portes pour détruire notre mémoire et par là notre personnalité et nos responsabilités ! A quoi sert-il d’approfondir son savoir ou d’élargir ses connaissances si l’on doit tout oublier… 
M_ …et mourir demain ! Tu es décourageant ! Tu ne changeras jamais, toujours aussi cynique et polémiste. Tu me rappelles un ‘’mortel’’ de parmi mes amis, divine pécheresse !  
S _ Descend de mon Olympe, morpion d’Esculape ! Moi, je travaille dur, dur, depuis que ma tante, la mère du Général Lyautey, qui m’a prise à 5 ans chez elle pour m’adopter et m’éduquer, à la suite de la mort de mes parents. 
M _ Tu as été boniche, dès cet âge, chez ta tantine ? Elle ne devait pas te payer suffisamment. Tu venais de la compagne d’Alsace ? De Verdun ou de Nancy ? Ce n’est pas bien d’exploiter les enfants, fussent-ils d’anciens ruraux de Germanie ! C’est un crime ! Surtout avec la jeune  parentèle, pour l’exploiter au nom et à la faveur du sang !   
S _ C’est idiot ou cynique, c’est hors de propos ! Ça ne servira pas pour relancer un lecteur fatigué ! Si tu as un message, il ne faut pas dépasser une page ! Et évite les mots difficiles et les plaisanteries les plus connes ! Alors, je te dis qu’elle fut ma première maitresse, ma tante Lyautey ! Plus tard, au CP, j’ai sauté de classes, ensuite au cours élémentaire j’ai ressauté de classes !  
M _ Les hommes sautent de l’Italie. Les fillettes sautent à la corde et toi de classes ! Maintenant tu sautes d’un monde à l’autre ! Tu te souviens de tes maitresses ? 
S _ Bien sûr et même des noms de la plus part de mes camarades ! Elles portaient des fleurs et des noms d’arbres, ces gentilles et timides bougnoulettes qui nous servaient…Pardon ces mignonnes et petites indigènes, des Fatna Zohra, des Yasmine, des Zinnia, des Warda, des Khadouj pas khanzates, des Mokhamed en pagaille, qui travaillaient chez-nous, à la Ferme, puis à l’Hôtel après notre passage à la Résidence  !  
M _ De vastes demeures avec de belles villas et des centaines de servantes ! C’est digne des péplums et autres films de cœur. La Louisiane, les esclaves. La saga des cours de Vienne, Paris, Rabat et Marrakech…Tu as connu le Glaoui ou ses fils ?  
S _ Si,  Si ! 
M _ Pas l’impératrice !? 
S _ Je parle de Si Thami, le Seigneur de l’Atlas ! 
M _ Ben ! Oublie-le il est mort ! Mais pourquoi venir au Gharb et Kénitra ?  
S _ C’est pour te rencontrer un siècle plus tard. Dans notre ville. Celle crée par mon cousin le général Lyautey !    
M _ Une ville perdue après le départ des GI et des français ! Agrandie, étroite, trouée, minée, dépersonnalisée, sans les siens depuis. Minabilisée*  ! J’en ai la nostalgie, même si ce ne fut pas au début la mienne de ville ! ‘’Vile’’, il faut l’écrire avec un seul ‘’l’’ si ça continue ! 
S _ Ce n’est pas de notre faute ! Nous, ‘’on’ est partis ! La preuve ! 
M_ Oui, Toi, surtout ! Allah yerhmek !  
S_ Ce fut une belle épopée en fait. Mais je vois beaucoup de travaux et la ville prendre de la hauteur, de l’ampleur à devenir hors de prix ! Vous avez l’autoroute, le boulevard Mohammed V qui va jusqu’à Rabat, les bateaux, les deux ports, bientôt un troisième à Mehdia,  
M_ Si les autorités finissent par écouter ma suggestion. Mais ça ne profitera qu’aux profiteurs, le cercle des initiés, qui achèteront large !  
S_ Le monde est ainsi. Tu es jaloux ? Ne t’inquiète pas. Ils n’y survivront pas ! Il y a trop de ports au Maroc….Malgré ça je continue. Le Maroc, c’est un beau casino ! Vous avez, les avions, le lac la plage, le kilomètre 9, la zone franche, les usines et les fermes en pagaille, la double voie ferrée, les filles en chair, les cigognes, les mouettes et bientôt le Sarkosy… 
M_ Comment ? Il a fini avec la France ! Il vient se présenter ici ? 
S_ Le TGV !  
M_ Ne me fait pas sauter du coq à l’âne ! Je te disais, en parlant de ton histoire sous le protectorat, ou vice versa, qu’avec toi comme première femme, tu devais pourfendre les cœurs ! La bégum des salons de la Résidence ! On ne t’a pas prêtée des fois aux puissants de l’époque ! À ton cousin Lyautey, entre autres politiques et officiers ?  
S _ Que si ! Comme maîtresse…  
M_ Enfin tu avoues, après tant d’années de retenue ! 
S_ Comme maîtresse, comme enseignante, Mondoc. Les secrets d’alcôve ! Les secrets de cour, c’était nous les héroïnes ! Mais confidences, côté cœur, c’était nul ! Que du bruit pour rien ! A peine un peu de poésie et de piano ! Il y avait trop de guerres à mon époque et pas assez de temps de repos ! Les valses, la cour, les soirées infinies, c’est du cinéma ! On n’a pas beaucoup profité au Maroc ! Du moins pas encore. Mais on y revient, on y retourne…Je suis déjà là ! 
M_ Au secours, les colons reviennent ! Il n’y a aura plus de grenouilles pour nourrir nos cigognes. Les français arrivent et cigognes vont nous quitter ! Ça, c’est pour la plaisanterie gauloise !  
S_ Non merci, je ne fume plus ! 
M_ Nous, non plus, ‘’ on’’ n’est jamais partis !  
S_ A ça oui ! On y met des freins. 
M_ Des barrières entre les espèces ! Les beaux blancs n’aiment pas les mulâtres…Ou seulement celles qui font leurs lits. Racistes impénitents, cela revient pour eux de faire dans la zoophilie ! 
S_ C’est ça ! Sauf que dans le détail, y en a pas mal de maures en France comme MREux ! Et je ne te dis pas les problèmes, les us, les odeurs, les…  
M_ C’est ce qui fait les bons films ! Retour sur la précédente séquence. Avec plein d’odeurs de canon et de parfums de larmes ! De valeur, de courage, de sang et de sacrifices…Les jeunes et les gens simples croyaient en ce genre de missions, de culture de puissance, de défis et de nécessité. Ce fut un bon film ta vie ?  
S _ La vie est plus amère et moins poétique ! A mon âge, je dirais plus éphémère encore ! 
M _ La mémoire ça se travaille plus que ça ne se soigne. Alors, pour tes mérites je demanderais au Palais Royal de te donner un Wissam !  
S _ J’en ai récoltés pas mal, de quatre ou cinq rois !  
M_ Fichtre ! Les médecins en sont exclus, depuis qu’on a préféré donner ma médaille à une dame. Plus introduite auprès du Populaire. Elle avait la prouesse de faire des radios à toutes ses clientes! Heureusement que je fais mine d’oublier son nom, afin d’en garder les meilleures actions humanitaires !  
S _ Elle ne doit pas être pire que ces médecins qui font des actes inutiles à leurs malades ! Des escroqueries sous formes d’électroencéphalogrammes, de scanners, d’échographies, de perfusion, d’hospitalisations, d’opérations inutiles… 
M_ Tu parles des circoncisions ?  
S _ Ne change pas de discussion encore ! Non, ce ne sont pas des escroqueries, là ! C’est remboursable par votre Sécu ? 
M _ Non c’est rembourrable, comme les prothèses siliconées que t’as en dessous des hamacs qui te servent de soutiens !  
S _ Tu peux crever ! Tu n’y coucheras pas !  
M_ j’adore ta répartie, autant que tes meilleures parties !  
S_ Ce n’est pas moi, l’objet de ma visite. C’est 2012, la fin du monde.  
M _ Si je crève, ça me rapprochera de toi, Chérie Student! 
S_ J’ai les parties là-bas et bien trop d’avance, avec de meilleurs partis ! 
M_ Autant pour moi, allons y les rejoindre, on en profitera là-haut ! 
S_ Non !  
M_ Inaccessible à jamais ! Tu le resteras pour tous !  
S_ Je ne paie pas en nature, moi, les honoraires des papys en mal de boulot ! Et puis j’ai dépassé l’âge des plaisanteries. Surtout celles dont on ne garde rien !  
M _ Mais tu es toujours demoiselle ? Tu crois que ça va se conserver, si tu ne les utilises pas sur terre, tes bons organes ? Faire un don d’organe, par amour et rester vivante, ce pas beau Mamy ? Rien n’est excessif, par amour ! Même une relation charnelle, avec une morte. Demandez la fatwa du Cheik Zemzami ! Surtout si son âme est revenue !  
S_ Hé hé, arrête ! 
M_ Pratiquer la nécrophilie, avec une revenante, consentante, n’est pas illogique même si cela parait impossible à certains ! C’est moins préjudiciable en tous cas, pour la théorie des droits, ceux des hommes morts ! Il faut constitutionaliser cela, dans la Moudawana et la Nouvelle Constitution. 
S _ Je suis une, une revenante, une aura, un avatar, qui ne te servirait à rien maintenant.  
M_ Même si tu n’es plus de chair, je peux regarder à travers ce qui te sert d’habit. Un petit chouya de fantasmes, imaginaires, ça doit être grisant pour qui sait s’y prendre. Le virtuel, tu sais ça excite aussi ! Même si la main le traverse et n’en garde rien ! Le principal dans tout ça, c’est l’idée, le rêve, l’imagination, le fantasme….  
S_ Oui, mais toutes ces hormones et ces leurres, ces orgies, n’ont qu’une finalité. Maintenir les espèces et nous faire faire des enfants. Le bonheur, le plaisir, les neurones stimulés, l’orgasme, ne sont que de petites satisfactions pour monnayer la plus grande des responsabilités et des entreprises humaines ! Faire des enfants qui seront les berceaux de nos âmes !  
M_ Ah ! Ça nous laisse loin de Kénitrou et des ordures de la ville ! 
S_ Je t’avais confié, de mon vivant, que j’avais failli me marier avec mon cousin, le Maréchal Lyautey ! Mais pour la consanguinité, nous avons évité de le faire !  
M_ Alors autant pour moi. J’ai de l’espoir pour ravir le cœur endurci d’une blonde devenue une spectrale apparition ! Dis ?  
S_ Ce n’est pas en mission, chez les soi-disant vivants, que je vais rompre mon crédo, mon dogme et mes convictions, pour suivre le délire nécrophile des tiennes. Surtout, maintenant, après avoir vu une partie de l’Au-delà et que je suis venue t’aviser de l’Apocalypse !  
M _ Un amour platonique, en somme ! Des amourettes par ci par là, pour la jeune fille déconfite...L’aristocrate militaire, qui est venue en bateau au Gharb, pour être la première maitresse de la colonie !  
S _ Cesse de ressasser mon histoire, pour tenter de te rapprocher de moi ! Tu n’arriveras à rien, ni à écorcher mes souvenirs et ma réputation ! Je suis un hologramme ! 
M _ Holo quoi ? 
S_ Sers-toi du Wikipédia pour me suivre ! Et voici de mes notes pour la grande histoire. Je fus la première maitresse du Protectorat, s’il te plait ! On tenait énormément et par sympathie à ce peuple, tien ! À ce pays, son climat, son histoire, sa tolérance, son ouverture ! On n’a jamais vu le Maroc comme une colonie. Nous faisions œuvre religieuse, de culture, une œuvre morale, d’expansion pour répandre le bien ! Même si on était nombreux à le mettre en valeur, à le faire prospérer, pour le sortir de la misère, des épidémies, du moyen-âge, de la peste, de la lèpre, des poux, des mains des rebelles et des saigneurs, de cet archaïsme surprenant ! On avait des jaloux et des difficultés ! Des poches de résistances, que l’on perçoit encore dans vos campagnes et vos Partis indépendantistes et embourgeoisés sur notre dos ! Hélas ! 
M _ Hélas ? Certes, vous nous avez civilisés, policés à votre façon. Vous nous avez servis de révélateurs en nous sortant de cinq siècles de léthargie ! Tranquilles, on n’avait rien demandé cependant. Slatétou âlina* ! Et plus que des ‘’dépoussiérants’’ encore, vous vouliez, comme des fixateurs, vous planter à jamais sur nos terres ! Et encore, tout près de nous, même en dégageant, vous nous avez légué vos représentants et vos matons…A chaque tentative de nous débarrasser de vos chaînes encanaillées, des affaires resurgissaient, pour nous intimider et nous cimenter plus et nous bloquer et nous impliquer dans des crédit de développement et des achats, dont nous ne sortirons plus jamais. Parlez-vous de démocratie ou d’aliénations ? Des balivernes de marchands de sable, de sorciers paternalistes, ou de marchands de canons ! 
S _ Cette optique n’est pas forclose ! Nous vous aimons. Nous restons ou nous revenons !  
M_ Y a pas photos ! Vous êtes indécollables ! On le sait, on vous reste hospitaliers et attachés comme d’éternels amants. Ne suis-je pas en train d’utiliser votre langue ? Après Sonia, Nour n’a-t-elle pas contracté les mêmes valeurs et les mêmes sentiments. Attaches indélébiles ou contretemps ?  
S_ Oui, nous sommes comme chez-nous. Un peu comme dans une résidence secondaire, avec un plus de ciel bleu et de soleil.  
M_ Avant, c’était comme chez vous ! Maintenant vous êtes chez vous !  
S_ En restant un peu plus nous vous aurions tous donné la nationalité française…Vous auriez pu tous aller et venir en France, sans passeports ni carte, ni visa. Vous ne vous casseriez pas autant les méninges que maintenant, à la traficoter pour venir travailler chez nous, pour y rester !  
M _ Bref ! Coup bien reçu ! Stop ! Et le généralissime, il n’était pas un peu comme ces philosophes grecs et ces maîtres foqahas ? Et c’est pour ça que rien n’a été conclu, bibliquement entre vous-deux !  
S _ Y a pas photos non plus! Il était trop occupé avec ses hommes, à vous pacifier gaiement et gentiment ! Des sornettes ! Des racontars, des rumeurs proférées par l’ennemi ! Des qu’on-dira-t-on ! Ce sont nos ennemis qui ont sorti ces insanités. Tu imagines un guerrier livrer son illustre postérieur ? Par plaisir ! Jamais ! Plutôt mourir ! C’était la guerre psychologique. N’oublie pas que nous étions pris dans un cycle de guerres, intercurrentes, constamment avec nos voisins, 
M _ Avec vos cousins, les Germains !  
S _ Oui, les Allemands ! 
M _ Pas seulement, vous avez construit votre nation et votre histoire, avec les Huns et les autres, les Goths, les romains, les Anglo-saxon, les Anglais, les Ibères, les Italiens, les Russes, les Algériens, les Palestiniens et les Juifs…Le Vel D’Hiv, les trains... 
S _ Histoire, des histoires ! Tu peux relire tout ça sur cette encyclopédie dont je trimbale les DVD ! Il y a du Lyautey dedans !  
M _ Et toi, Student, par conséquent ! Les Allemands étaient vos cousins germains. Comme nous, nous avons les nôtres de prussiens qui sont aussi nos voisins. Mais ils sont un peu plus orgueilleux que vos Boschs ! Et nous, plus prudents et plus pacifistes que vous !  
S _ Vous n’avez ni leurs moyens ni leur fierté ! C’est pour cela que vous êtes prudents. Tout comme à l’égard des teneurs de Ceuta,  Melilla et d’Israël 
M _ Ni leurs hogras* ! Mais dans quels mélanges tu te plonges ma vieille ! Pour un peu tu rendrais le Maroc responsable et ou la cause de la Première Guerre Mondiale !  
S _ C’est comme si tu étais ! Vous, vous y êtes habitués, dociles par excès de pudeur et de respect, c’est différent ! Et c’est pour cette fierté-là, que je suis restée fidèle à cet amour de mon cousin, même s’il s’était marié !  
M _ Elle était jolie la femme à Lyautey ?  
S _ Un mariage de raison, vaut mieux qu’un mariage maison !  En somme !  
M _ En Somme, en Loire, ou sur Seine… 
S _ Sur scène et même ici, entre cousins et cousines et pays frères, en somme !  
M - En sommeil agité, il y a des possibilités de créer, mais moins pour penser logiquement ! Il y a les muezzins et la santé qui sont en cause ! Et celui-là, le pauvre, quelle voix rauque et détestable que devient la sienne. Ses paroles sont étouffées, avec ces hauts parleurs détraqués, qui braient et qui craquent au lieu de chanter des paroles de piété, de salut et de paix !  
S_ Heureux que le ministre des Habous, Si Ahmed Toufik, n’habite pas dans ce quartier…Sinon il l’aurait mis en pièces… 
M_ Qui, le muezzin ? Hawel al Ghoula ! Il y a déjà Mme Famille Skally qui a failli être lapidée pour crier contre le crieur afin de ne pas chasser les touristes, qui essaient à cet instant même du farj, euh du fajr et de l’aube, de couver leurs bonnes ivresses et ardeurs, entre nos zanga zanga, leurs riads et maisons chaudes…. Tu n’es pas concernée par nos façons de prier. Et puis, qu’est-ce qu’il t’a fait à toi, notre muezzin, pour le mettre en pièce ?  
S_ Non, non, non, je parle de l’ampli et des hauts vociférateurs, qu’il faut réparer ! Qu’est ce que tu vas chercher ? Tu veux me griller avec les soufis que je respecte ? Qui te dis que je ne prie pas à ma façon ? 
M_ Excuses plurielles !  
S_ Le muezzin, c’est comme la lumière du jour pour les vaps, les vamps et les vampires ! Moi, c’est le moment de rejoindre les autres âmes, afin de participer à la prière collective.  
M_ Ah, tu m’épates, explique ! Tu pries ? Tu m’as collé ta langue. Je t’ai engrossée de ma religion ?  
S_ Pas le temps. Je me tire. A plus mon doux. Salut à vous lecteurs. Bon réveil. Il est temps d’aller prier, vous aussi !  
M_ J’espère que tu reviendras ! C’est sur un sermon religieux que tu termines la comédie ? Ainsi, je rêvais donc ! Lecteur, tu m’entends ?  
C’est la chute habituelle et tristement banale de tous ce genre de littératures fantastiques, sans queue ni tête. C’est le cas de le dire ici, avec cette héroïne virtuelle que je sniffe hard, madame Student. Elle vous excite et vous fait des pollutions inutiles. Elle vous fait crier de rage, indécemment, impudemment, comme n’importe quelle nihiliste d’adolescente attardée en mal de mâle ou de bouffe publique, parce que trop en avance sur ses gens et sur son temps.  
Mais, ces rêves, tout comme les songes, les visions et les roquias* des prophètes politisés ou pas, ce sont des productions métaboliques de nos neurones, qui continuent de s’activer avec des leurres et du virtuel. A y croire, il y a de l’inspiration pour les écrivains et les poètes. Et pour les ministres et les parlementaires, me diras-tu Lecteur, à la place de ma lubie ?  
Eux, ils ne rêvent pas ! Ils nous font rêver ! Surtout à la veille des élections ! Ce sont des magiciens. La combine, la conspiration, c’est lorsque les âmes viennent envahir nos rêves pour nous piéger ou nous impliquer dans un programme réel. Mais ce ne sont là en fait, que des idées morbides. Un prurit intellectuel, une urticaire civique auto-infligé et contagieux. Je ne délire, pas je ne plaisante pas. Il y a beaucoup de vrai et de sérieux dans cette comédie. A commencer par l’urticaire… 
DR IDRISSI MY AHMED 
CONÇU EN MARS  
REPRIS LE 08 OCTOBRE 2011 
  

_________________
DR IDRISSI MY AHMED
aamm25@gmail.com
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Dim 9 Oct - 00:04 (2011)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
DR IDRISSI MY AHMED
Soleil
Soleil

Hors ligne

Inscrit le: 22 Juin 2008
Messages: 895
Localisation: Kénitra

MessagePosté le: Dim 9 Oct - 00:11 (2011)    Sujet du message: LES PLIS ÉROTIQUES DE LA MAJA OU L’ANNONCE DE L’APOCALYPSE Répondre en citant

POUR AGRANDIR  LES CARACTÈRES DU TEXTE 
TAPEZ EN MÊME TEMPS  
SUR LES TOUCHES DU CLAVIER
''  CTRL '' et  ''   +  '' 


_________________
DR IDRISSI MY AHMED
aamm25@gmail.com
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 17:36 (2017)    Sujet du message: LES PLIS ÉROTIQUES DE LA MAJA OU L’ANNONCE DE L’APOCALYPSE

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum des Médecins Au Maroc Index du Forum -> Détendez vous -> Art & Culture -> Littérature Toutes les heures sont au format GMT
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | créer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com